• Sylvain Lupari

ALLUSTE: Aliens Enigmas (2013) (FR)

Complexité dans ses structures, Aliens Enigmas s'imprègne de ces ambiances électroniques qui ont les charmes de la musique inexpliquée

1 Gods or Aliens 8:21

2 Ancient Visitors 9:15

3 Signals from the Future 10:20

4 Angels Descended from Heaven 8:17

5 Nibiru 9:26

6 The Spaceships of Ezekiel 8:12

Alluste Music (DDL 53:53)

(Sequencer-basedNew Berlin School)

Un fin mouvement de séquences émerge entre un filet de voix éthérées, moulant un rythme fragile qui sautille parmi des harmonies vocalisées finement saccadées. Une autre ligne de séquences apparaît. Elle fait voltiger ses ions limpides qui maraudent d'un mouvement stationnaire, subjugués qu'ils sont par ces voix séraphiques qui enveloppent le rythme passif de Gods or Aliens. Un rythme qui harmonise sa fluidité en accueillant une 3ième ligne de séquences dont le doux galop s'arrime à une ligne de basse et à son mouvement furtif qui oscille à contre-courant d'une structure de rythme aux tentacules morphiques. Et contrairement à Boards of Stringana, Alluste arrose copieusement son rythme de suaves solos qui étendent une rosée harmonieuse dans un univers sonique où les séquences trépignent avec retenue. Sans détours, ALIENS ENIGMAS est l'œuvre la plus complète du synthésiste Italien. Piero Monachello architecture un album intensément ambiosphérique où les lignes de séquences se multiplient en des bras rythmiques contigus, moulant des rythmes stationnaires qui papillonnent et ondulent dans un bain musical aux fragrances très Tangerine Dream, des années Franke, et des structures de séquences rebelles d'un Gert Emmens très cosmique.

La ligne de séquence basse qui nourrit l'intro de Ancient Visitors complète à merveille les souffles noirs des synthés qui grisaillent et grésillent dans une ambiance Méphistophélique. Les ions sont happés par un intense voile de noirceur, ajoutant plus d'ambiances à un titre sombre qui tranquillement sort des ombres avec un fin mouvement de séquences qui fait dandiner ses ions avec leurs doubles dans de soyeuses nappes de brumes. Aussi musicale que les séquences, le synthé asperge Ancient Visitors de délicates bribes harmoniques et de tonalités hétéroclites alors que le titre s'enracine dans sa tourmente avec de superbes élans de séquences qui sont toujours happés par d'intenses voiles aussi sombres que morphiques. Un mouvement d'ambigüité dans les ambiances aussi similaire que sur Ancient Visitors guette l'intro de Signals from the Future, de loin le plus beau titre sur ALIENS ENIGMAS, dont l’hypnotique mouvement des séquences progresse en détachant deux lignes aux harmonies rythmiques entrecroisées. Des cymbales s'ajoutent à cette procession éthérée qu'un synthé anoblit avec une approche harmonieuse un brin spectrale. Puisant à fond dans ses 10 minutes Signals from the Future s'éloigne de son approche processionnelle avec un superbe mouvement de séquences qui papillonnent comme une tornade et ses vents contraires dans une structure de rythme lourde et stationnaire qui rappelle les œuvres de Gert Emmens. Très bon.

Au fil du temps, Alluste a appris à maîtriser l'art du séquençage et de ses rythmes subdivisés qui se clonent en entités indépendantes. Voix séraphiques et ambiances sibyllines ouvrent Angels Descended from Heaven dont la descente s'accroche à une belle ligne de basse aux pulsations sombres. Alluste étale sa structure de rythmes et d'harmonies entrecroisés avec une ligne de séquences qui se détache de la ligne de basse, faisant miroiter des ions dont les fines ruades qui oscillent sous des lignes de synthé apocalyptiques rappellent les ambiances de Wavelenght. Ces séquences qui ondulent sournoisement sont l'ossature d'un titre aussi sombre en Nibiru, dont la fusion séquences et ligne de basse rampe avec envoûtement sous des lignes de synthé aux brises noires et fantomatiques alors que le séquenceur, toujours créatif, dispersent des ions qui sautillent comme des moutons sans garde avant de s'arrimer à de sobres percussions électroniques. C'est une intro truffée de tonalités de crotales cosmiques qui attend nos oreilles avec The Spaceships of Ezekiel dont l'ouverture ambiosphérique dévie vers une très belle structure de rythme qui ondule de ses galops aux ions multi soniques et pluri harmoniques. Des ions qui se fractionnent pour créer d'autres phases de rythmes limitrophes qui sautillent dans un axe rotatif stationnaire, virevoltant comme des coups de ciseaux dans un intense voile de brume sibyllin.

Une fine complexité dans des structures où les rythmes foisonnent de contradictions, ALIENS ENIGMAS trempe de ces ambiances électroniques qui faisaient les charmes des musiques inexpliquées. Diluant ses rythmes ambiants comme une peinture morphique dans des tornades sphéroïdales, Alluste captive une écoute avec une séduisante complicité entre ses ambiances ténébreuses et ses mélodies évasives qui s'accouplent à merveille sur des figures de rythmes dont l'inconnu reste le seul allié. Très bon!

Sylvain Lupari (03/09/13) *****

SynthSequences.com

Disponible au Alluste Bandcamp

3 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari