• Sylvain Lupari

ARCANE: 33 1/3 RPM (2005) (FR)

AMHO, c'est le meilleur d'Arcane parce qu'il est plus complet et qu'il parcourt 2 époques

1 33 1/3 rpm pt1 20:11

2 33 1/3 rpm pt2 19:27

3 Dr Wutzke's Psychedelic Wonder Machine 6:18

4 Silent Thief on a Desert Train 7:18

5 The Taxidermist 7:26

New Harmony NH 034

(CD/DDL 60:42)

(E-Rock, OST, TD-like)

Plus de 4 ans depuis la parution, underground avons-nous compris, de l'album Alterstill, la légende de Arcane fait paraître un nouveau chapitre avec 33 1/3 RPM. La rumeur faisait état que le groupe de Max von Richter avait déjà enregistré un album-double intitulé Teach Yourself to Crash Cars autour de 1973. On a jamais entendu parler de ce projet par la suite, sauf qu'un bon jour une copie vinyle de la partie 2 fût trouvée chez un disquaire indépendant. Ça créé tout un émoi dans les cercles de la MÉ à l'époque! L'enregistrement en question a été retrouvé dans un sombre studio Allemand. Il a été transféré et mixé sur CD, d'où les crépitements, auquel ont été ajouté 3 titres en prime. 33 1/3 RPM est selon toute vraisemblance issu de cette époque où l'orgue, le mellotron et les flûtes surnaturelles, les chorales abscondes et les atmosphères prismatiques étaient légion. Et si on en doute encore, l'album porte les traces de Gather Darkness dans sa musique et ses nombreux rebondissements. De quoi vous faire saliver d'impatience…

C'est avec des crépitements d'un vinyle sonnant comme feu mourant que des ululements de loups et autres rapaces nocturnes ouvrent le portail de 33 1/3 rpm pt1. Peu de temps après qu'une violente nappe d'orgue se soit abattue sur l'ouverture et qu'une délicate flûte en émerge pour mesurer son chant à celui d'une chorale chtonienne. On perçoit encore d'étranges hurlements lorsque la musique dévie tranquillement vers une délicate basse séquence qui fait battre quelques accords dandinant. Un vieux clavier étend ses empreintes sonores mouillées alors que la flûte y va pour un chant sur la défensive. Emprisonnés dans cette atmosphère taciturne, nos sens s'éveillent légèrement lorsque le séquenceur émiette quelques ions dans les saveurs de trompette un peu avant la 8ième minute. Nous sommes littéralement dans l'antre de Tangerine Dream avec ce rythme naissant, ces riffs de clavier et ce synthé aux souffles de vents trompetés. Le rythme s'articule de plus en plus, en même temps que les éléments de son décor accentuent leur intensité. C’est lorsque les percussions arrivent quelques 120 secondes plus loin. La texture de 33 1/3 rpm pt1 devient plus électronique avec un mouvement à peine convulsif qui bat sous un très beau solo de synthé qu'on peut prendre pour un violon. Cette lente évolution échoue sur une première phase de transition autour de la 12ième minute. L'orgue et le beau chant du mellotron nous entraîne dans un univers sordide rempli par une autre chorale luciférienne et strié par ces fins rasoirs qui laissent filtrer ces cris écarlates qui reluisent dans les frontières de Sauron. Ces fines lamentations résistent et guident la prochaine phase de transition de 33 1/3 rpm pt1 vers le rythme ascendant du séquenceur qui sculpte une courte phase de rythme soutenu avant que cette première partie de 33 1/3 RPM ne sombre à nouveau dans ce décor gothique de TD des années Stratosfear à Force Majeure.

Le vinyle crépite encore à l'ouverture de 33 1/3 rpm pt2. Égaré entre des ondes prismatiques, un bourdonnement, on dirait celui d'un bolide de course, fait vibrionner nos oreilles. Il y a plus d'un tour et mes oreilles commencent à s'impatienter lorsqu'une nappe se met à flotter avec des chevrotements dans ses airs. Une musicalité séraphique s'élève de cette introduction pour tisser une subtile mélodie ascendante. C'est dans les charmes de cette mélodie que le séquenceur libère une phase de rythme qui reste en retrait devant ce sublime chant du mellotron. Les percussions s'invitent après la 6ième minute, appuyant cette mélodie devenue séquencée. Ces 3 éléments se soudent afin d'amener 33 1/3 rpm pt2vers un rythme aussi entraînant que la nouvelle mélodie aérée du mellotron. Et là, c'est dans une nouvelle ambiance qui flirte avec Logos que le titre entreprend son autre transition. On approche la barrière des 12 minutes lorsque ce rythme s’évapore dans une phase atmosphérique où chorale chtonienne et vapeurs de mellotron instaurent une ambiance ténébreuse. Le séquenceur retrace une ligne de rythme en une forme de 8 pas vraiment réussie que le synthé lance des airs de Wavelength. Et peu à peu, 33 1/3 rpm pt2 restructure son rythme pour nous amener dans une finale éclairée par les mélodieuses visions d'un Tangerine Dream à son meilleur.

Construit sur des percussions enlevantes et une mélodie moqueuse séquencée, Dr Wutzke's Psychedelic Wonder Machine donne le ton à ces titres en prime par un bon rythme enlevant. Le séquenceur se met en mode dribblage de séquences dans une structure électronique qui se compare à la trame sonore Thief de TD. Superbe titre construit sur un séquenceur créatif avec des belles modifications de son parcourt toujours soutenu par son auréole harmonique. Moins animé et dans une ambiance plus sombre, Silent Thief on a Desert Train progresse sur une ligne de pulsations glauques hypnotiques. Les nappes de synthé injectent une ambiance de film d'effroi que les percussions tentent d'attirer vers un rock électronique plus harmonieux. Les saccades orchestrales et le chant prismatique, sans oublier les ambiances influenceront plus tard une trame sonore comme The Keep ou Near Dark. Parlant d'influences, n'est-ce pas que The Taxidermist est aussi en avant de son temps pour avoir influencé un titre comme Charlie The Kid dans la musique du film Firestarter. Quoi qu'il en soit, c'est un très beau downtempo avec une divine approche mélodieuse avec les airs spectraux du synthé Un petit bijou signé Arcane.

Une chance qu'on ait finalement récupéré cette seconde partie de Teach Yourself To Crash Cars! 33 1/3 RPM est un très bon cd qu'il faut diviser par deux étapes; celle plus aux ambiances évolutives des deux premiers titres et celle avec une MÉ plus contemporaine de ses 3 titres en bonus. Si on aime la MÉ des années 70, on appréciera les passages atmosphériques tempérés par du très bon mellotron. Selon moi, il s'agit du meilleur de Arcane parce que plus complet et qu'il voyage sur 2 époques.

Sylvain Lupari (08/07/06) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Paul Lawler Bandcamp

127 views0 comments

Recent Posts

See All