© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

ARCANE: Live @ E-day 2017 (2017) (FR)

“Si vous ne connaissez pas la musique de Paul Lawler, Arcane : Live @ E-day 2017 me semble une excellente façon de commencer”

1 Introduction to Opus-1 2:55 2 Philae 8:04 3 Dark Star 1:54 4 Alterstill 6 5:46 5 Cloud Surfer 6:39 6 The Seven Numbers 5:04 7 Lunar 9 5:29 8 Fire Wings 6:29 9 Aphelion 2 5:44 10 The Taxidermist 6:26 11 Post-Apocalyptic Rodeo 5:50 12 (Encore) From Here to Oblivion 6:46

Paul Lawler Music

(DDL 67:11) (E-Rock, England and Berlin Schools)

Par où débuter si l'on voudrait partir à la découverte de l'univers de Paul Lawler et/ou d'Arcane? La discographie du musicien et synthésiste Anglais est tout de même assez imposante avec une vingtaine d'albums sous les noms d'Arcane, Max van Richter et Paul Lawler. Cela en excluant les quelques E.P. éparpillés ici et là depuis quelques années (j'en ai dénombré 7) et les bandes sonores. Eh bien, je dirais que la meilleure façon est avec ce dernier album; ARCANE: Live @ E-day 2017. Reculant aussi loin que le troisième album d'Arcane, Alterstill paru en 2001, ce dernier album que Paul Lawler a enregistré lors de sa performance au E-day en Avril dernier fait un trop bref survol des 18 ans d'une carrière qui fut menée sous les différentes bannières artistiques de la MÉ contemporaine. Et ici nous avons droit à du très solide rock électronique au couleurs de Tangerine Dream avec des structures de rythme soutenues par des percussions électroniques sobres et efficaces, mais surtout à ces mouvements de séquences uniques à la signature d'Arcane.

C'est avec un court extrait d'Opus, de l'album du même nom, qu'Introduction to Opus-1 installe bien nos oreilles pour les 65 minutes qui suivront. Le son est plus fort et est nourri d'une plus profonde accentuation. Des petits arpèges séquencés gambadent naïvement en ouverture de Philae, initiant le rythme évolutif qui traversera un beau chant flûté avant de foncer vers un bon rock électronique. Assez fidèle à la version du E.P. Landers, cette version de Philae offre un chant plus suave d'un synthé qui multiplie ses boucles harmoniques en symbiose avec la charge du rythme. Chaque titre s'imbrique l’un à l’autre dans une mosaïque sculptée sous le signe des ténèbres, sous le signe d’une musique qui seconderait assez bien un film d’horreur apocalyptique. C'est ainsi que suit le rythme vif et frénétique d'Alterstill 6, après les ambiances nébuleuses de Dark Star, un beau retour dans le passé où Arcane sonnait littéralement comme du Tangerine Dream, période Franke-Froese et Baumann, avec une tonalité plus contemporaine. Je crois que Cloud Surfer est une nouveauté ici. Le rythme est enjoué et structuré sur un bon maillage de percussions et de séquences qui sculptent une allure de galop d'une gendarmerie. La musique offre une belle texture orchestrale avec un synthé dont les harmonies se sifflotent sur les roulements de billes des séquences qui deviennent plus vives après les 3 minutes.

Un autre titre que je n’ai pas trouvé dans le catalogue Arcane /Paul Lawler, The Seven Numbers est lourd et saccadé avec une texture plus près de TD des années Tyger. Par la suite, Paul Lawler défile une série de titres plus contemporains comme Lunar 9, de Landers, Aphelion 2 du E.P. du même nom et Fire Wings de l'album Opus qui est très présent ici avec une interprétation toujours très rock de Post-Apocalyptic Rodeo sans la guitare de Zlatko Perica mais avec de bons arrangements et un synthé très mélodieux. Ça sonne très Logos et c'est vraiment dans le ton du concert. The Taxidermist nous ramène en 2004 avec le très bon 33 1/3 RPM. La structure est lente et martelée par de bonnes percussions. Le synthé et le séquenceur font très TD des années Thief et/ou Flashpoint. Un très bon titre d'un album discontinué que l'on peut retrouver sur le site Bandcamp de Paul Lawler. C'est le lien idéal vers le trop délicieux Post-Apocalyptic Rodeo. From Here to Oblivion est le rappel de cet excellent album en concert. Ici, comme sur les 11 autres titres ARCANE: Live @ E-day 2017, tout est restitué avec plus de force, avec plus de punch dans l'offensive rythmique alors que les approches mélodieuses restent toujours tissées dans le mysticisme avec de bons arrangements et un synthé que Paul Lawler harmonise très bien avec la thématique qu'il veut donner aux ambiances. Flûté et mélodieux, il peut aussi être de glace et de mystère comme ici sur cette très solide interprétation d'un titre dont les roulements de crotales restent le charme indéniable de cette musique qui nous parvient de l'album Revenants, paru en 2014.

On entend un WoW dans l'assistance. Et je crois que ça décrit très bien l'effet de surprise et d'enchantement face à la sélection de titres que Paul Lawler a soigneusement étoffée en une longue mosaïque, très dépendante de chacun des titres, qui s'écoule en une splendide symbiose, tant au niveau des rythmes que des harmonies, et qui fait abstraction des quelques 15 ans qui les séparent. ARCANE: Live @ E-day 2017 est un très bel album d'un concert qui me semble trop court afin de bien courtiser le vaste univers d'Arcane. Mais c'est un excellent début…

Sylvain Lupari (28/08/2017) ***** SynthSequences.com

Disponible au Paul Lawler Bandcamp

1 view