• Sylvain Lupari

AUGENSTERN: Skydancing (1987/2014) (FR)

Très paisible, Skydancing est un bel opus de musique ambiante dont l'approche New Age séduit par ses atours progressifs

1 Introduction 5:35

2 Chakra Pt. I 19:30

3 Chakra Pt. II 4:42

4 Chakra Pt. III 6:42

5 Chakra Pt. IV 3:26

6 Breathing Sky 3:17

7 Floating Water 7:14

Ricochet Dream | RD032

(CD 50:00)

(Ambient, New Age, Meditative)

Les fans de Tangerine Dream seront familiers avec le nom de Steve Schroyder qui fut l'un des premiers musiciens à monter à bord de la merveilleuse aventure du Dream, en remplacement de Conrad Schnitzler, pour les albums Alpha Centauri et Zeit en 1971 et 1972. Après sa brève association avec Ash Ra Tempel (Seven Up en 1973), il concentrait sa carrière dans le domaine de la conception des orgues tout en participant à plusieurs projets qui resteront sous le radar. Il formait en 1980 un duo avec Gene Gross dont le nom initial de Oxo allait changer pour Augenstern en 1985. Seulement 3 enregistrements, tous en format cassette, allait être réalisé entre 1986 et 1987, en plus d'une compilation, cette fois-ci sur CD, en 1991. Même si certains sites allèguent que la musique de Augenstern flirte avec celle de Tangerine Dream, il n'y a rien de plus inexact. Il s'agit plutôt de New Age! De musique de méditation bien montée de somptueuses vagues de synthé aux couleurs de la contemplativité. Et pour plusieurs connaisseurs dans le genre, SKYDANCING serait une des très belles réalisations dans le domaine. Et je dois admettre que j'ai été passablement séduit par cette œuvre perdue dans les ramifications du temps que le label Ricochet Dream a décidé de dépoussiérer. Les limitations de la source d'enregistrement sont très présentes et peuvent ennuyer les purs audiophiles, mais l'essentiel de l'œuvre resplendit encore mieux que sur cassette.

L'introduction me fait penser aux douces quiétudes que l'on retrouve sur La Vie de Mind Over Matter. La narration Allemande ajoute une touche exotique à une musique enveloppante où les lignes bourdonnantes déploient d'amples mouvements ailés qui nous amènent aux portes de la méditation. Ici, il n'y a pas de flafla ni d'artifices qui servent à banaliser la musique avec des approches à l'eau-de-rose dont les seuls buts est de faire lever le poil des bras avec une surabondance d'orchestrations insipides. Le bref Chakra Pt. IV est l'exception, mais c'est tellement beau. L'idée générale de ce 3ième album du duo Allemand repose sur le Tantrisme, d'où la présence de Margot Anand qui y murmure ses souffles oniriques. Bien que très relaxante, la musique reste aussi très intense avec de lentes vagues denses qui s'enroulent et se contorsionnent comme les amantes de la musique dans un enveloppant moment d'extase spirituelle. Ce magma sonique est orné de fins ligaments carillonnés qui pétillent et chatouillent les ambiances de légers baisers pudiques dans, ce que je pourrais appeler, un concentrique mouvement de sérénité. Les ombres sombres dessinent des monuments de contrastes avec le souffle des voix et les filagrammes scintillants qui se fondent aux envoûtantes nappes d'orgue. Malgré sa vocation méditative, Chakra Pt. I dévie par moments dans des phases hallucinatoires avec des incantations tantrismes qui sont les témoins d'une œuvre ambiante plus près des sentiers du progressif que du New Age. Chakra Pt. II ouvrait la côté de la cassette avec une approche sibylline et un côté plutôt obscur alors que Chakra Pt. III offre de délicates bribes d'harmonies avec une voix Elfique qui souffle sur les murmures des carillons. La base reste sombre avec de fines modulations dans le mouvement qui n'amplifient en rien sa soif de rythmes ambiants. Après le très reposant Breathing Sky et ses longues ailes morphiques, Floating Water termine ce paisible voyage immersif avec une approche de lentes larmes qui s'écoulent des couches de synthé flottant entre nos deux hémisphères. Le mouvement peut être aussi triste que serein et laisse exsuder des accords plus limpides qui tintent avec des bribes d'harmonies dont le sanctuaire n'est pas vraiment trop loin des origines de Steve Schroeder, faisant de SKYDANCING une belle œuvre de musique ambiante dont l'approche New Age séduit de ses parures progressives.

Sylvain Lupari (9 Décembre 2014) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Ricochet Dream

2 views0 comments

Recent Posts

See All
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari