• Sylvain Lupari

Beyond Berlin Live at Awakenings (2022) (FR)

C'est ce que j'appelle un solide album de Berlin School à la sauce Hollandaise

1 Heavenly Resurrection 20:41

2 Interlude 3:55

3 No Man's Land 12:00

4 Weakness 21:46

5 E-Lusions (Bonus E-Live) 13:46

Groove NL GR-335

(CD/DDL 72:11)

(Berlin School)

LIVE AT AWAKENINGS est un document audio qui fut enregistré lors de la performance de Beyond Berlin au Festival du même nom en septembre 2014. Un an auparavant, le duo Hollandais avait resplendit au fameux Cosmic Nights, qui s'est tenu au planétarium de Bruxelles, conduisant au tout premier album-téléchargement du duo, Cosmic Nights en 2013. Masterisé par Ron Boots pour les besoins de son label Groove nl, ce LIVE AT AWAKENINGS propose la même palette de style. Soit du très bon Berlin School, ambiant et cadencé, où Rene de Bakker et Martin Peters modulent l'art de construire des rythmes harmoniques, uniques à la Netherlands School, avec la tonalité des années analogue, grâce aux synthés et séquenceurs modulaires qui garnissent la scène de Beyond Berlin.

Heavenly Resurrection débute cette performance au pays du England School par une lourde ouverture atmosphérique qui est l'apanage du genre. Une onde de synthé avec une gradation toujours plus enveloppante délie ses fluctuations dans les explosions des pads de basse. La fusion jette une aura dramatique, surtout lorsqu'une subtile chorale chtonienne laisse entendre son chant discret. Un effet de secousse anime le mouvement méditatif de cette onde qui laisse aussi partir de fines lamentations alors que les minutes s'écoulent au cadran. D'autres éléments convergent vers cette ouverture, dont des arrangements orchestraux et des tintements d'étoiles qui tissent une vision plus cosmique. Cette ouverture typique aux sessions d'improvisation du Berlin School remplira aussi celle du colossal Weakness. Les ondes bourdonnent toujours avec force après la 8ième minute, moment où une ligne d'arpèges chantonne en se dandinant en arrière-plan. C'est le signal pour allumer le séquenceur! Il active deux lignes d'arpèges qui gambadent à contrecourant sous une nappe de voix toujours aussi ténébreuse. Le mouvement est alambiqué de par sa nature chancelante et de par ses accords qui s'entrecroisent dans une vision plus harmonique que rythmique. Le décor modifie à peine sa texture qui irradie constamment cette approche luciférienne de la musique d'ambiances ténébreuses, même avec le rythme qui prend une légère accentuation pour disparaître peu à peu autour de la 17ième minute. Le synthé harmonise le tout avec des pa