• Sylvain Lupari

BINAR: Tales of the Uninformed Part I (2016) (FR)

Tales of the Uninformed Part I établit ce lien indéfaisable que Binar a tissé entre Berlin School, England School et Psybient

1 Bose-Einstein Condensation 12:16 2 Reflected Glory 6:22 3 A Finger, The Moon 9:01 4 The Lost Decades 12:19 5 Skyway 9:01 6 B-boner E-bola 12:07 Binar Music (DDL 61:06) (Berlin and England School tied to Psybient's roots)

Ah…L'univers de Binar! Performé et enregistré lors du Lea Hall Summer Bawl, à Staffordshire en Aout 2016, Tales of the Uninformed met en relief le caractère très particulier de deux exterminateurs d'ambiances éthérées qui se foutent des conventions tout en étant aussi délectables qu'originaux. Andy Pickford et Paul Nagle se déchaînent dans un contexte toujours satirique avec 2 albums et 3 vidéos disponibles sur You Tube. Binar nous revient en très grande forme avec une musique toujours aussi unique qui fait un lien indéfaisable entre la Berlin School, l'England School et le Psybient dans cette duologie qui s'écoute aussi bien les sens en éveil qu'endormis par une substance douteuse…comme de l'herbe superficielle.

Des effets de torsions sonores qui configurent des hurlements de machines se recueillent sur une ligne de basse troublante où nichent voix et effets dignes de semer la psychose chez ceux qui ne sont toujours pas sûr d'avoir le gène. Ces effets de voix pareils à ceux qui nous obsèdent au travers les brouillards de nos cauchemars, ces chœurs chthoniens qui marmonnent l'incohérence et ces effets sonores toujours très uniques à la signature Binar seront le lit des rythmes croissants et des mélodies égarées qui flabergasterons nos sens pour les 2 volets de cet événement où le psybient était à l'honneur. Des cliquetis de cymbales volètent autour de l'introduction de Bose-Einstein Condensation où le cosmos et les ténèbres rattachent leurs frontières. Une ligne de séquences éparpille quelques ions qui serpentent et puis disparaissent pour réapparaître sous une autre forme dans une structure de rythme qui prend un peu plus sa forme avec des cognements sourds. Ce techno pour Zombies passifs reste suspendu à ses effets alors que des nappes de synthé flottent et dégagent un parfum endormitoire. Mais rien n'est facile dans l'univers de Binar. Tandis que ces lignes de synthé, parfumées maintenant de l'apocalypse selon Vangelis, tentent de dompter notre phase d'endormissement, l'embryon rythmique s'éveille pour forcer une approche plus fluide et soutenue où les nappes harmonieuses des synthés s'abreuvent de l'univers Tangerine Dream. Vivante, cette phase de 6 minutes s'estompe dans le secret des accords de clavier qui éveilleront chez certain un goût d'entendre du Pink Floyd. Ambient psychédélique, Berlin School et essences de la musique progressive Anglaise, Bose-Einstein Condensation est un merveilleux prélude à l'univers Binar et de TALES OF THE UNINFORMED PATRT I. Chaque titre s'enchaîne dans une mosaïque psychédélique de 60 minutes. La structure de Reflected Glory s'éveille aux sons d'effets de percussions manuelles. Le rythme, aussi indomptable qu'un mustang rebelle, donne ses ruades en parallèle avec des effets d'harmonies qui ne peuvent résister au sévère matraquage des percussions. Ce rythme ambiant et tapageur est bien évidemment nappé d'effets de voix Gothiques et d'un essaim de tonalités qui serait trop long à énumérer.

S'extirpant des effets cosmiques qui ornent son intro, A Finger, The Moon nous balance un solide rythme entraînant avec des solos de synthé qui serpentent comme des mille-pattes bien confortablement défoncés sur un lit de séquences en continuel mouvement. Vivante, la structure amplifie sa démesure en défiant ses minutes au compteur avant de s'éteindre dans les bras d'une Morphée méconnaissable. Le jeu des séquences et des percussions est aussi contagieux ici que les superbes solos de synthé. Du Binar à son sommet! Qu’on le veuille ou non, l'influence de Tangerine Dream est toujours à l'avant-scène de la MÉ portée par des rythmes sculptées dans les ondulations de séquences sombres et sournoises. C'est ainsi que se déroule The Lost Decades et son rythme mou qui oscille dans un contexte de Psybient aussi discret que l'ossature de son rythme. Les nappes de synthé et leurs effets respirent la période Green Desert avec de bons solos aériens qui survolent une région rythmique secouée par une autre ligne de rythme contiguë vers la 6ième minute. Délicieuses, ces séquences sautillent avec une tonalité de bois dans une ambiance séraphique des années 70. C'est un très bon titre qui insuffle une dose calmante à la folie Binardesque. Un calme que Skyway déchiquète en mille morceaux avec un rythme aussi entraînant que A Finger, The Moon et où le rock électronique se perd dans un superbe et inattendu Électronica et même dans un impétueux mouvement de Trance & Dance toujours cerné des effets Binar. Très bon! B-boner E-bola clôture cette première à Tales of the Uninformed avec un long passage ambiant, mais pas du tout méditatif. Des ronflements et des mugissements de machinerie possédée par une substance hideuse et cataplectique finie par accentuer le plaisir de l'écoute. Un titre un peu long qui ne diminue en rien tout le charme de ce bel album de Binar. Plongeons dans Tales of The Uninformed Part 2 maintenant!

Sylvain Lupari (08/12/16) *****

SynthSequences.com

Disponible au Andy Pickford Bandcamp

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari