• Sylvain Lupari

BODDY & REUTERS: Pure (2004) (FR)

Updated: Dec 3, 2019

“Pure est un monde de tons de verre, un univers de cristaux qui nous entoure de légers mouvements flottants et immobiles”

1 Prescence 3:48 2 History 3:53 3 This Life 4:30 4 Glisten 3:46 5 Immersion 6:07 6 Clearing 6:06 7 The Source 3:49 8 The Level 8:40 9 Breathe 3:30 10 Fragments 5: 05 11 Pure 5:53 DiN17

(CD 55:37) (V.F.)

(Ambient Music)

Ian Boddy est l'un des musiciens les plus avant-gardistes qui soit. Pionnier de la MÉ Anglaise, il a produit sa 1ière œuvre au début des années 1980 avec The Climb. Toujours attiré par des frontières plus progressives de la MÉ, il créa son propre label afin d'acquérir une plus grande indépendance artistique. Depuis, son label a produit des albums très expérimentaux. Son union avec Markus Reuter n'a donc rien d'étonnant. Markus Reuter est ce guitariste Allemand que l'on a découvert dernièrement avec son dernier album solo Trepanation ainsi qu'avec étonnante et inattendue collaboration avec ['ramp]. Privilégiant aussi une approche artistique toujours créative, il utilise ici guitare Warr. Une guitare étrange où l'on frappe les cordes, au lieu de les pincer! Il s'agit d'une deuxième collaboration pour ce duo très avant-gardiste à qui l'on doit Distant Rituals, réalisé en 2003. Un album que les critiques jugeaient très éthéré. Sur PURE, le côté céleste est presque absent. Nous flottons plutôt dans un monde de verre. Un univers de cristal qui nous encercle de légers mouvements flottants et velléitaires.

Un sitar brumeux libère des notes feutrées et des accords incertains pour ouvrir Prescence. Un titre aux mouvements délicats qui ressemble à une berceuse irréelle, tant la cristallinité des notes et des accords poussent vers un sommeil aux carillons harmonieux. Et c'est ce qui frappe sur cet album. La pureté des sons, des liens et des accords qui nous transpose dans un monde d'artifices où les tonalités voltigent telle des cristaux gelés. La musique naît de leurs frottements et leurs contacts furtifs mus par des vents qui concordent les danses et les mouvements. Tout au long de PURE, le duo Boddy/Reuter mélange les rythmes et les atmosphères sur des notes au cristal pur qui créent de superbes sonorités d'une limpidité halieutique, autant sur des titres mouvementés comme The History et This Life que les titres plus doux. L'introduction de Glisten libère un oblong mouvement en esse dont les notes carillonnées flottent sur un synthé au crescendo angoissant. Immersion et Clearing viennent changer les ambiances. Flottant, Immersion débute sur des notes claires, comme un xylophone électronique flottant dans une ambiance ouatée. Une guitare vient étendre ses courts solos segmentés pour embraser un long mouvement éthéré. Clearing est purement expérimental. Son charme réside dans la mutation des effets sonores sur des filaments serpentins et cristallins qui réussissent à maintenir un effet d'harmonie. Le voyage de cristal se poursuit jusqu'à la pièce-titre. Ian Boddy & Markus Reuter sont des recherchistes sonores. Deux musiciens qui explorent des territoires interdits, versant dans une forme d'anti-musique qui se veut tout de même harmonieuse, par instant mélodieuse. Si The Level nous amène sur un côté un peu plus progressif avec sa guitare acoustique, les autres pièces sont aussi douces qu'étranges avec une limpidité à faire tinter l'ouïe. Il suffit de dire que Pure conclut sur une note tendre, tout en étant plus cristallin. Un titre aux belles modulations et aux belles notes limpides qui serpentent cet étrange univers, se demandant qui du pur ou de l'impur serait le meilleur compagnon pour s'épanouir.

Sylvain Lupari (02/04/07) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au DiN Bandcamp

3 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari