• Sylvain Lupari

CHRISTIAN FIESEL: Carnival of the Uninvited (2021) (FR)

Un très bel album avec sa part de moments fascinants

1 Carnival of the Uninvited 7:25

2 Party is Over for the Blind Man 16:02

3 Only A Beggar at the Feet of the Lord 3:24

4 Ashes and Embers 10:38

5 On This Mountain Stands my Foot on This Valley Rests my Gaze 13:26

6 The Final Reveal of your True Nature 13:26

7 The Clock is Ticking but It is All Happening Backwards 7:36

Cyclical Dreams CYD 0040

(DDL 72:00)

(Dark Ambient)

L'ouverture de la pièce-titre est tout de macabre vêtu. Des vagues déferlantes et des cognements sans ambition rythmique étendent un linceul de réverbération que des délicats arpèges percent quelque 45 secondes plus tard. Le tintement de ces arpèges sont mélodieux tout en ayant ce pouvoir de radier les réverbérations, laissant ainsi Carnival of the Uninvited un premier lien mélodique avec l'auditeur désirant goûter aux fascinantes ambiances de Christian Fiesel. Une suite d'arpèges défilant comme un centipède sur une pente en slalom se balance dans l'écho cristallin de ces arpèges. Séquencée, cette suite est vite raboutée en une ligne continue afin de créer une illusion de rythme ambiant qui va et vient comme une comptine à demi diabolique. Des pads de synthé se joignent à ce débit mélodieux qui n'a cessé de croître et qui devient quelque peu confus dès que la pièce-titre dépasse sa mi-temps. Par la suite, les ambiances douteuses soufflent bruine et brume alors que des gros accords apocalyptiques font trembler le temple de nos tympans et conduisent Carnival of the Uninvited dans une finale bourdonnante remplie de ces vents qui soufflent sur une terre dévastée. Cette pièce-titre donne le coup de départ à un 2ième album de Christian Fiesel sur Cyclical Dreams en 2021. Disponible uniquement en format téléchargeable, CARNIVAL OF THE UNINVITED est une étonnante fable musicale construite autour de titres remplis d'une profondeur qui s'adapte autant à leur signification qu'à notre perception. L'album doit sa conception suite à un reportage sur les différentes façons de célébrer un carnaval à travers le monde et selon les croyances des différents peuples qui les célèbrent. Et peu importe les origines, un carnaval est célébré dans presque toutes les classes sociales. Très différent de Follow Me South, l'album propose une musique aussi envoûtante que ses ambiances dans un carnaval où même l'auditeur ne se sent pas tout à fait invité et où le temps et ses témoins roulent à l'envers.

Party is Over for the Blind Man est un long titre avec une fascinante évolution. Son ouverture fait entendre des vagues de sons grésillant sur un lit d'électricité statique. Un débit pulsatoire fantôme irradie entre nos oreilles, battant comme un cœur mécanique qui s'allume et s'éteint. Une bizarre de procession creuse son fossé avec des éléments régurgitant tandis qu'une fine nappe d'éther et d'orgue filtre un filon de mélodie chtonienne que les gnomes ne peuvent fredonner. C'est à ce moment, pas loin des 5 minutes, que des battements se font entendre. Le débit irrégulier attise l'écoute alors qu'une mélodie surréaliste comme à hanter l'écoute parmi le débris des chaines rouillées qui grincent pour laisser la porte ouverte aux esprits méliques. Tout au long de cette procession, Fiesel joue avec des bouts de mélodies et des nappes de synthé sibyllines qu'il jette en pâture à des ambiances dont on ne sait toujours pas où le mal réside. Oui, Party is Over for the Blind Man! Only A Beggar at the Feet of the Lord exploite un mouvement ascendant de nappes séquencées qui montent les marches d'un univers sonore dissonant.

Brises creuses, orchestrations brumeuses, Ashes and Embers laisse tomber un collier de pralines musicales qui s'émiette en un fil mélodieux. Les ambiances sont plus lugubres ici avec un fond de légendes et sorcelleries où ululent des âmes meurtries. Un lent mouvement de rythme sort des ténèbres dès les derniers souffles métamorphosés en pads de synthé autour de la 7ième minute, créant une autre procession nettement plus musicale que sa longue ouverture. On This Mountain Stands my Foot on This Valley Rests my Gaze est un titre d'ambiances ténébreuse qui rejoint l'univers plus sombre et expérimental de Christian Fiesel. Titre en deux teintes, The Final Reveal of your True Nature propose un premier mouvement alambiqué qui peine à sortir de son embryon pour finalement osciller maladroitement sous des nappes de synthé aux couleurs gothiques. On s'étonne de suivre cette cadence quasiment inexistante et de pousser pour qu'elle éclot encore plus dans un premier 4 minutes qu'une compatissante nappe de synthé enveloppe de son voile occulte jusqu'à ce que la seconde teinte de The Final Reveal of your True Nature nous plonge dans les abysses du noir. Après ces deux phases ambiantes et expérimentales, le musicien de Trittau réactive nos neurones avec un titre nettement plus vivant qui conjugue encore sa vision expérimentale en The Clock is Ticking but It is All Happening Backwards. Disons que la musique et ses ambiances reflètent à merveille le sens et la profondeur de son titre.

CARNIVAL OF THE UNINVITED est une charmante invitation de Cyclical Dreams afin de mieux découvrir le monde de Christian Fiesel. Un univers plus accessible, de par ses nombreuses bribes mélodiques et ses rythmes qui flirtent avec un bout de folie contagieuse. Un très bel album avec sa part de moments fascinants.

Sylvain Lupari (25/12/21) *****

SynthSequences.com

Disponible au Cyclical Dreams Bandcamp

115 views0 comments

Recent Posts

See All