• Sylvain Lupari

ROBERT FOX: Timeless (Best of Robert Fox 1991-2005) (2005) (FR)

Une très belle compilation qui s'écoute d'un bout à l'autre...

1 Thundering Water (Niagra) 3:49

2 Queen of Hearts 6:38

3 3 Sisters 4:40

4 FourSixZero 4:51

5 Over Turquoise Seas 6:21

6 Water Music 3:48

7 Heavens Gate 4:41

8 And All Shall be Well 4:36

9 Brother Earth 4:08

10 Angel 5:30

11 Half Heard in the Stillness 4:40

12 Somewhere Out There 5:25

13 White Man Dreaming 6:56

14 Moving On 3:40

15 Ascension 6:40

AD Music – AD46CD

(CD/DDL 76:23)

(New Age EM Cinema)

J'ai appris dernièrement que Robert Fox avait de sérieux problèmes de santé. C'est dans la foulée de cette nouvelle que le label AD Music sortait une seconde compilation intitulée Timeless Vol 2 (Best of 2005-2022). Mais quoi de mieux que de vous entretenir de sa première compilation parue en 2005 avant de parler de cette dernière? TIMELESS (Best of Robert Fox 1991-2005) couvre les albums Asfafa à Maya et démontre le style très éclectique du musicien Anglais qui s'inspire autant de la littérature que de ses expériences personnelles et ses nombreux voyages. Je connais très peu cette période du musicien de Newcastle que j'ai découvert sur le tard avec son album Touching the Serpents Tail qui a été réalisé 2 ans après Maya. Peu importe, le style n'a pas beaucoup changé! Mélodiste exceptionnel, il propose des compositions qui sont bien structurées et soutenues par de soyeuses orchestrations et dont le style peut rivaliser avec les périodes Miramar de Tangerine Dream ainsi que Arista/EastWest de Vangelis avec un côté très Enigma pour les chants et les orchestrations rythmées.

C'est une ouverture cinématographique Babylonienne qui ouvre le splendide Thundering Water (Niagra). Orchestrations à la fois lentes et saccadées sur des roulements de tambours symphoniques, le titre glisse vers une texture mélodieuse qui fait très Vangelis de l'époque 1492 Conquest of Paradise. Déjà des frissons! Chaque titre se fond un dans l'autre dans ce TIMELESS (Best of Robert Fox 1991-2005), ce faisant nous avons l'impression d'entendre une longue histoire lyrique sans paroles. C'est ainsi que Queen of Hearts fait entendre une étrange horloge percussive qui structure un rythme lent et envoûtant. On dirait des coups sur une enclume recouverte d'une texture de bois. Le clavier tisse une mélodie qui roule sur elle-même sur des orchestrations dansant comme des feuilles prises dans des vents tourbillonnant. De soyeux arrangements orchestraux propulsent le rythme volant de 3 Sisters qui possède un léger cachet oriental avec une belle mélodie fixée à un clavier romantique. Robert Fox ajoute des effets de voix après et organiques pour une finale dramatique. Over Turquoise Seas est du même genre en étant plus aérien et moins dramatique. L'influence de Vangelis est remarquable dans la structure de composition et les orchestrations. Le splendide et très éthéré And All Shall be Well en est une belle preuve. Quel beau tire fournisseur de frissons! Malgré son côté romanesque à l'eau-de-rose, le claviériste Anglais sait produire une musique plus raffinée, comme le démontre la structure berbère de FourSixZero. Un gros titre bien en selle sur un rythme entraînant qui est à la limite de l'Électronica avec un synthé qui place ses strophes musicaux dans d'autres orchestrations à faire frémir l'âme. Les textures des voix grégaires et des orchestrations dansantes flirtent avec le territoire de Enigma.

Avec des orchestrations plus saccadées, Heavens Gate est du même genre. Water Music offre une structure plus du genre rock électronique de style Easy Listening avec une ligne de riffs de clavier dans une texture aquatique qui enveloppe une vision mélodieuse d'un claviériste en mode TD des années Miramar. Brother Earth propose une texture tribale du Moyen-Orient avec des orchestrations dont les mouvements de valse rythmée sont bien stimulés par un énorme jeu des percussions. Un rock tribal électronique que le clavier nourri d'une structure mélodieuse circulaire dans son dernier tiers. Côté orchestrations rythmiques, un titre comme Angel ne donne pas sa place. Un excellent titre qui flirte aussi avec des essences Enigma. On peut en dire autant de Half Heard in the Stillness et de sa chorale d'enfants de chœur d'une paroisse luciférienne. Sa mélodie est aussi obsédante que celle de Halloween, elle en à l'air, jouée par Mark Shreeve de l'époque Legion. Le piano qui conduit l'ouverture de Somewhere Out There se fond admirablement dans ce décor, surtout avec les effets sonores lugubres qui l'accompagnent. Le titre prend une tournure plus enjouée avec un rythme légèrement entraînant qui sautille sous d'épaisses lames de brume et qui est plus près de l'électronique. La mélodie est frappée par des arpèges de verre et tournoie dans cette épaisse masse d'orchestrations, de riffs de clavier et de voix absentes. Sa finale verse vers une tangente plus rock tout en ayant une essence dramatique. L'effet d’écho des percussions de White Man Dreaming structure un rythme lent avec une essence quasiment tribale. Une belle flûte brumeuse qui chante sous d’épaisses orchestrations, aussi lentes que le rythme, dégage par moments un parfum du Moyen-Orient. Moving On possède un cachet bucolique avec une mélodie rythmique grattée sur une guitare acoustique. On tape du pied dans une vision où on se voit autour d'un feu de camp. Une flûte de Pan ajoute une touche New Age qu'un clavier enracine encore plus avec une autre structure de mélodie rythmique. Ascension termine cette première compilation de Robert Fox avec une musique ayant le même niveau d'émotions que Thundering Water (Niagra). Moins pharaonique, les orchestrations murmurent comme structurent un lent mouvement qui oriente le piano vers une mélodie assez belle pour faire pleurer une roche. Très beau!

Voilà pour cette 1ière compilation de Robert Fox! Avec ses 15 titres étendus sur plus de 76 minutes d'une MÉ inspirée et inspirante, TIMELESS (Best of Robert Fox 1991-2005) fait la juste part des choses en proposant les diverses orientations musicales qui jalonnent les 10 premiers albums du musicien Anglais sur AD Music. Il y en a pour tous les goûts et chaque style démontre son immense talent de mélodiste. Une très belle compilation qui s'écoute d'un bout à l'autre et dont la diversité dans les styles passe comme une brise musicale par un beau dimanche tout plein de soleil.

Sylvain Lupari (20/07/22) *****

SynthSequences.com

Disponible chez AD Music

164 views0 comments

Recent Posts

See All