Search
  • Sylvain Lupari

F.D. PROJECT: Roots (2018) (FR)

“Roots est aussi bon que Timeless II et possède un petit quelque chose à propos des rythmes qui les rendent très attrayants et harmonieux... plus la guitare”

1 Roots 9:42

2 Revolution 8:42

3 Deep Dream 6:30

4 50 Years TD...Tribute 11:51

5 Bells 7:34

6 B.T.T.R 9:17

7 Open Land 8:55

FD Project Music

(CD/DDL 62:23) (Berlin School)

Timeless II avait consolidé la place de FD Project dans la liste des musiciens très influents dans les sphères de la MÉ du genre Berlin School. Et ce n'est pas avec ROOTS que le multi-instrumentaliste Allemand va perdre un centimètre de sa place. Album grouillant de patterns rythmiques très entraînants, ROOTS propose 7 structures posées sur des mouvements du séquenceur qui s'agite comme un nid de serpents rythmiques. Les séquences vibrent de tonalités usuelles comme distorsionnées et les percussions ajustent ces rythmes entre des phases de danse et d'autres plus sédentaires alors que les synthés et la guitare ajustent leurs duels dans une fascinante complicité qui coule avec tellement d'évidence…comme si l'un n’allait pas sans l'autre dans l'univers de F.D. Project.

La pièce-titres est réminiscence d'Edgar Froese. Le mouvement du séquenceur offre une ligne de rythme qui zigzague entre ses tonalités douces et d'autres rongées de distorsions. Une autre ligne se greffe et puis une autre…Roots devient alors un carrefour rythmique giratoire qui finit par s'appuyer sur de sobres percussions. C'est du pur Berlin School de la fin des années 70 avec une structure à la fois rythmique et mélodique qui promène ses boucles sous de bons effets de brume astrale et des solos soufflés du bout des doigts. Revolution suit avec un bon rock électronique qui est juste à cheval entre une structure lente et vivante. Lourd et sphéroïdal, le rythme est certainement très entraînant pour les pieds tout en servant de base à une guitare qui exploite ses solos lourds et aériens sans oublier sa danse des riffs. Du gros rock électronique unique à la signature de Frank Dorittke. Deep Dream est un autre titre très entraînant. Sa structure minimaliste propose un bon rythme avec des rondeurs légèrement spasmodiques. De sobres percussions ajoutent un léger entrain à une ritournelle rythmique qui a soif de Techno et dont le noyau principal fige un ver-d'oreille bien connecté à nos pieds. Les solos sont divisés entre ceux d'un synthé, qui laisse plus de place au charme rythmique, et une guitare vorace qui démontre la possibilité d'une réelle complicité entre le synthé et la guitare dans l'univers de la MÉ.

50 Years TD ... Tribute est un titre qui est plus attaché aux influences d'Edgar Froese que de Tangerine Dream. Sa structure de rythme est tout autant minimaliste sédentaire que les autres dans ROOTS. Elle vacille entre ses tonalités autant musicales que pleine de distorsions tout en étant entourée d'effets nébuleux et d'autres effets un peu plus organiques. J'essaie de trouver les liens entre ce titre et son sens! Une chose est certaine cependant; c'est le genre de titre qui demande plusieurs écoutes avant de séduire comme les 6 autres titres de cet album qui sont littéralement plus accessibles. Bells est une autre interprétation libre, et surtout un ixième hommage, aux œuvres tubulaires de Mike Oldfield. Cette fois-ci le guitariste-synthésiste Allemand s'inspire des harmonies plus contemporaines de Tubular Bells. Moulé un peu sur le style de Deep Dream, B.T.T.R offre un bon rock électronique étourdissant qui est riche de ses séquences vives et saccadées. Les percussions donnent du tonus à cette structure dont l'habile maillage entre les tonalités du séquenceur inspire une danse rock qui accueille ses solos de guitare après 6 minutes de rythme entraînant. Open Land termine ce dernier opus de FD Project avec une approche d'un genre down-tempo qui s'appuie aussi sur ces patterns de rythmes entrecroisées et délicatement convulsifs qui font le principal charme de ROOTS. Répétitif et magnétisant, Open Land tournoie comme une valse éthérée tout en offrant cette délicieuse balance entre les effets de synthé et les solos d'une guitare plus discrète. Ça fait très Tangerine Dream, surtout la guitare et ses parfums d'Edgar Froese.

La grande force de cet album est qu'il offre une musique qui s'apprivoise sans difficultés. Les rythmes sont vivants et mélodieux, même si cogités dans des entrelacements d'un troupeau de serpents figés à la même place, alors que les solos de guitare ont toujours ce petit quelque chose d'inexplicable qui fait ressortir ici les légendaires solos d'Edgar Froese. Les fans de FD Project seront emballés par ROOTS alors que les autres fans de MÉ devraient apprécier cet album sans trop de difficultés et peut-être même s'introduire à son univers, surtout que Frank Dorittke a officiellement ouvert son site Bandcamp. La version téléchargeable y est disponible, alors que le CD sera en vente autour du 20 Octobre.

Sylvain Lupari (30/09/18) ****¼* SynthSequences.com Disponible au FD Project Bandcamp

0 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle