top of page
  • Writer's pictureSylvain Lupari

Francisco Nicosia Historias Secretas (2023) (FR)

Un rendez-vous incontournable pour les fans de MÉ cosmique à la JM-Jarre

1 Neurotron 6:37

2 Carbono 5:16

3 Invierno 8:18

4 Primavera 7:00

5 Punta Médanos 14:26

6 Mayor Buratovich 14:08

7 La Anunciación 4:29

8 Polinomio de Taylor 2:25

9 Ruta 63 11:04

10 Electrónica del antiguo Egipto 13:46

11 Atardecer en El Palmar 4:50

12 El último tema del lado B 5:40

(CD-(R)/DDL 98:05)

(Cosmic EM)

Musicien et voyageur qui a sillonné son Argentine et ses splendides paysages côtiers, Francisco Nicosia s'inspire des moments captés par souvenirs de ses yeux et/ou photographiques lors de ces randonnées pour nous proposer un tout nouvel album qui dépasse pourtant les frontières de sa terre natale. Navigant bien plus dans les profondeurs cosmiques des odes électroniques de Jean-Michel Jarre, le musicien-synthésiste Argentin fait voyager nos oreilles au gré de ses fantaisies et mémoires visuelles sur des ambiances qui flirtent avec les premiers albums du musicien de Lyons, France. Dans un long album qui flirte avec les 100 minutes, HISTORIAS SECRETAS nous enveloppe dans une dense toile d'éléments atmosphériques où rythmes électroniques, airs cosmiques et effets sonores du genre, sauf en quelques occasions, versent dans les univers interstellaires de JM-Jarre de Oxygène à Rendez-vous tout en excluant Zoolook. Et comme c'est souvent le cas avec les réalisations du label Cyclical Dreams, j'ai passé d'agréables moments à capter toute la richesse sonore de ce très bel album disponible en format téléchargeable et en CD-(R) HQ.

Pour bien des fans de cet album, Neurotron est son plus beau titre. Il nous plonge tout de go dans cet univers du musicien français, pensons à Les Chants Magnétiques, avec un rythme nerveux qui est construit sur une ligne de vives oscillations virevoltant sur des basses pulsations en mode boom-boom. Le clavier tisse une belle mélodie qui est tout aussi nerveuse et qui s'attache agréablement aux oreilles. Les percussions solidifient le rythme autour de la 90ième seconde. C'est à ce niveau que les souvenirs du 3ième album de JM Jarre hantent nos oreilles. Le synthé siffle de beaux solos harmonieux qui se contorsionnent sur des poussées de vagues et des effets sonores cosmiques. Au final, c'est effectivement un très bon rock électronique cosmique. Carbono suit en adoptant l'ossature rythmique de Neurotron. Son rythme est moins rapide mais tout autant efficace avec des ions sauteurs qui virevoltent dans une chorégraphie rythmique atypique. Les éléments atmosphériques d'un Cosmos pris dans une tourmente météorique sont denses, créant une masse sonore qui étouffe la danse chaotique des séquences sauteuses. Les pads de synthé qui soufflent des airs ambiants avec une teinte spectrale, j'entends des fragrances musicales et les arrangements orchestraux de Rendez-vous, sont mieux définis ici que sur le titre précédent. La plupart des titres dans HISTORIAS SECRETAS s'imbrique un à l'autre, créant une mosaïque musicale qui peut s'inspirer du titre précédent. C'est ainsi que Invierno épouse la texture atmosphérique de Carbono afin de nous amener vers une lente valse cosmique sur un tapis de légères réverbérations qui dérivent avec des pads saccadés. La combinaison clavier/synthé y tisse une mélodie aussi agréable que dans Neurotron. L'impression d'entendre un album perdu, ou secret, de JM-Jarre devient moins évidente, exception faite pour les airs cosmico-spectraux du synthé, lorsque Primavera enchaine avec sa faune aviaire intergalactique. Le débit est lent avec des basse-pulsations qui cognent et résonnent afin de structurer une lente ascension filamenteuse légèrement stroboscopique. Les éléments percussifs qui tintent, comme des queues de crotales, à intervalle régulier ajoutent beaucoup de charme à ce titre qui évolue avec la démarche processionnelle des pads de synthé. J'aime bien! Plus long titre de ce nouvel album de Francisco Nicosia, Punta Médanos évolue en 3 segments. Sa 1ière partie est plus atmosphérique avec un essaim de pads saccadés dont la danse spasmodique recueille une panoplie d'effets et d'airs de synthé, incluant des solos évanescents. Le clavier injecte aussi sa part de mélodies en déconstruction avec des lignes continues qui font du zigzag ascensionnel et alimentent la seconde portion d'un rythme plus entraînant dès que la barrière des 6 minutes est franchie. Les percussions et des suites de pads séquencés en cadence saccadée réénergisent momentanément cette structure qui évanouie dans une finale nourrie de mugissements, de bourdonnements et de vents cosmiques.

Un titre tout simplement brillant, Mayor Buratovich progresse sur les éléments d'ambiances interstellaires de Punta Médanos avec un amoncellement de pads très harmonieux pour finalement déposer une merveilleuse mélodie pianotée sur un clavecin autour de sa 5ième minute. Tout simplement irrésistible, cette mélodie bucolique résiste au temps sur sa distance de 2 minutes avant que le titre explore une finale plus sinistre avec des radiations de bourdonnements (drones) lugubres et de nature toujours aussi cosmique. La Anunciación débute avec des pulsations qui étirent leurs résonnances comme les respirations d'une bête industrielle. Ces battements allongés deviennent une marche processionnelle et la lenteur apathique du mouvement sert de base à un synthé qui dispersent des harmonies pleureuses. Après un Polinomio de Taylor fort en sonorités et en effets cosmiques, Ruta 63 rouvre la route des rythmes électroniques avec un mouvement pulsatoire remplit de suspense rythmique. Une ligne de basse-pulsations étale une emprise ascensionnelle. Des cliquetis, de l'univers Jarre, et de sobres percussions se greffent afin de créer un lent dynamisme qui progressera sans véritablement exploser. Le jeu de la basse est très efficace avec de belles ondulations, solidifiant encore plus ce rythme semi lent où se posent de très bons solos de synthé. Des solos qui font la force des 7 premières minutes de ce titre qui se perd dans un passage atmosphérique plus éthéré avant qu'une structure de rythme moins puissante mais plus affamée monte et descend un panorama cosmique plus serein. C'est un peu cette ossature de rythme, plus puissante au niveau son, qui anime l'ouverture de Electrónica del antiguo Egipto qui poursuit sur cette lancée de rythme noué sur des pulsations qui alternent vivement dans une autre de ces structures ascensionnelles délicieusement nerveuses. Francisco nourrit nos oreilles d'autres superbes solos de synthé aux tonalités d'antan qui virevoltent, tournicotent et s'entrelacent dans une magnifique chorégraphie électronique. Le musicien-synthésiste de Buenos Aires joue sur les modulations du rythme, qui prend une belle texture de résonnance caoutchouteuse en mi-parcours, sans jamais modifier la structure de ses solos. Ils continuent de tournicoter dans cette farandole aérienne qui graduellement modifie la texture de ses battements autour de la 9ième minute pour une finale plus éthérée, quasiment méditative. Ces 2 derniers titres sont de la pure magie de l'univers de la musique électronique (MÉ). Atardecer en El Palmar sort du contexte cosmique de HISTORIAS SECRETAS pour offrir une belle ballade remplie de romance où les essences chinoises rappellent le côté hyper mélodieux de Vangelis. Le synthé, ses harmonies et ses solos, sont d'une tendresse à nous émouvoir. C'est très beau! Les fans du regretté musicien Grec vont aimer. El último tema del lado B est un peu du même genre. Plus vivant et plus rythmé, il offre une belle mélodie cinématographique qui fait sa trace vers notre âme avec la même grâce que Vangelis possédait.

Un très bel album qui est en fait un habile mélange des ambiances et des structures plus progressives de Cuentos Fantásticos et des mélodies de Time, HISTORIAS SECRETAS est un de ces albums qu'il fait bon découvrir au fil des écoutes où nos oreilles colligent alors des petits trésors qui s'accumulent sans cesse. Signe d'un grand album de MÉ!

Sylvain Lupari (01/05/23) ****½*

Disponible au Cyclical Dreams Bandcamp

(NB: Les textes en bleu sont des liens sur lesquels vous pouvez cliquer)

179 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page