• Sylvain Lupari

GRÜM~PÉ: A Strange Uncertain Light (2021) (FR)

Un album surprenant et intrigant avec une force dans les rythmes qui est peu commune

1 An Amicable Resolution 9:55

2 A Strange Uncertain Light 5:45

3 Fugitive Quandaries 7:37

4 Shards of Misheard Canticles 4:09

5 Disrupted Threads of Energy 9:32

6 The Lies of Lazy Days 3:40

7 The Pattern Jugglers 14:24

8 Unravelling Rogue Truths in Interesting Times 13:51

Cyclical Dreams Music

(DDL 68:54)

(Modular Synth Music)

Un nouveau-venu sur le label sur le label Cyclical Dreams? Nahhh… Maurice Gallagher est l'homme derrière Grüm~Pé. Le synthésiste Anglais a réalisé près de 50 albums sur Bandcamp. Certains d'entre eux ont été sélectionnés par Synth Music Direct et son dernier, A STRANGE UNCERTAIN LIGHT, est sorti sur Cyclical Dreams. Grüm~Pé tisse un univers abstrait sur cet album avec une sonorité d'aliens de ses synthés modulaires et ainsi que des rythmes rebelles et échevelés. Un album difficile d'approche qui mérite amplement votre patience et ce désir d'aller à la rencontre d'une nouvelle faune sonore.

C'est avec une conversation entre extra-terrestres que s'ouvre An Amicable Resolution. Le débit des accords percussifs et les effets de dialogues imaginées par les synthés pavent la voie à un titre qui sépare ambiances et mélodies pour laisser la phase rythmique implanter son code morse. On trouve diverses sources de rythmes qui sont comme des autoroutes et des routes secondaires embourbées qui s'entrecroisent dans des carrefours sans issus. Le synthé parvient à coordonner ses gémissements d'aliens avec les rythmes lorsque ces derniers dévient pour épouser une autre tangente, obligeant le synthé à faire de même. Et avec leurs visions et leurs tonalités. Un très bon titre qui se veut une belle invitation pour découvrir cet album de Grüm~Pé. A Strange Uncertain Light propose un titre lent plein de mystères et d'intrigues avec des pads de synthé qui atterrissent comme des coups de rasoirs. Les atmosphères bordent un genre de schizophrénie sonore avec des effets et d'étranges parfums organiques. Un titre étrange et patibulaire qui offre aussi de très bons effets percussifs autour de ces arrangements incisifs. Fugitive Quandaries est un titre très agressif avec des mouvements entrecroisés d'un séquenceur en folie. Un titre tout en rythme avec l'ajout d'une ligne de basse-séquences pulsant sans fin, le rythme est pilonné d'un doigt sautillant dans une vision improvisée. Il va dans toutes les directions, empruntant même les parfums de UK dans la première minute de Presto Vivace And Reprise. Il n'y a pas une seconde de répit dans cette structure échevelée. Inséré ici dans l'album rend la structure un peu moins agressante. Ça reste un titre tout en rythme continu sur ses 7 minutes et 37 secondes qui donne le vertige aux oreilles. C'est avec une onde de réverbérations, ramassant tout ce qui se trouve dans son sillage, que débute Shards of Misheard Canticles. Il y a effectivement ces éclats de cantiques mal entendus et autres trucs dans ses empreintes. Principalement des poussières et/ou des cliquetis industriels, il y a surtout des crissements et des empreintes sonores des ombres rampantes dans ce passage atmosphérique lourd des ambitions de son titre.

Par la suite arrive cette structure bondissant de ses séquences gorgées de gargouillements qu'est Disrupted Threads of Energy. Constitué de la fesse gauche de Fugitive Quandaries, le rythme n'en demeure pas moins plus musical. Même dans sa vision expérimentale, puisqu'une ligne mélodique apparait dans ce troupe d'ions toujours très fous mais apprivoisables. Encore là, plus de 9 minutes à entendre des billes s'entrechoquer, à tinter et se heurter dans un univers parallèle mal insonorisé peut venir à bout de n'importe quel patience! Des vents hululant et des cognements de machineries sont à l'origine de The Lies of Lazy Days, un titre ambiant avec un inconfort qui irait bien avec la pièce-titre. On retrouve ces synthés audacieux de An Amicable Resolution extraire de l'huile de Picasso dans leurs solos sur le titre semi ambiant The Pattern Jugglers. Semi ambiant parce que statique malgré les ambiances, qui sont plus musicales aussi, et ce tapis de séquences grouillantes de vies artificielles sur lequel repose la structure de The Pattern Jugglers. Mais peu importe, ce titre est rempli de solos de synthé aux pirouettes audacieuses et aux chants touchants. La musique s'évapore tranquillement pour laisser entendre le jeu du séquenceur et les divers éléments rythmiques s'isoler autour de la 8ième minute dans une finale qui s'étire et qui n'apporte rien de concret, artistiquement parlant, au titre. Unravelling Rogue Truths in Interesting Times est le seul titre à flirter avec l'univers de la Berlin School. Le rythme est solide avec une liberté du séquenceur qui nous ramène à la cohorte rythmique de Fugitive Quandaries, mais dans une vision plus cohérente. Les ions se partagent la discipline et son contraire, pour de courtes phases, et un côté mélodieux fortement structuré. Un très bon titre structuré sur de belles visions du séquenceur qui parvient à maitriser son côté rebelle, faisant de ce titre le joyau de A STRANGE UNCERTAIN LIGHT.

Voilà! Un album fort de son séquenceur créatif et de ce langage de synthé qui nous mène aux portes de quelque chose de nouveau. Quelque chose d'audacieux qui demande un peu d'écoute pour vous convaincre que vous avez un régal pour vos oreilles avec ce A STRANGE UNCERTAIN LIGHT, un album surprenant et intrigant avec une force dans les rythmes qui est peu commune de Grüm~Pé.

Sylvain Lupari (08/07/21) *****

SynthSequences.com

Disponible au Cyclical Dreams Bandcamp

132 views0 comments

Recent Posts

See All