• Sylvain Lupari

HARALD NIES: Tales of Light (2016) (FR)

“Pas de surprises et ni déceptions, Tales of Light est ce qu'Harald Nies sait faire le mieux; de la solide et mélodieuse MÉ”

1 Flowing Particles 6:19 2 The Age of Light 7:33 3 Invisible 8:32 4 400 to 700 12:21 5 Follow Me 8:37 6 Blind Fall 11:13 7 Reflectance 8:28 8 Cahaya 6:06 9 The End of the Candle 7:51 MellowJet ‎| cdr-hn1601 

(CD-r/DDL 76:59) (E-Rock, morphic beat and Berlin School)

J'aime quand c'est lourd et lent. Comme un blues cosmique! Flowing Particles se défait d'une ligne de synthé qui courbe lentement et émiette ses poussières irisées par une ligne de basse qui traîne langoureusement ses notes furtives. Les percussions tombent. Elles ne sont pas lourdes, elles ne font que structurer ce rythme lent qui trouve sa lourdeur dans sa robe sonique. Un synthé lance des harmonies plaintives alors qu'une ligne de séquences fait clignoter ses ions et secoue le rythme avec des hoquets spasmodiques. Mais le rythme reste toujours lent, et le synthé crache toujours ses harmonies aussi sensuelles qu'éthérées. La guitare se joint à ce blues céleste avec des solos plus aériens que le synthé qui éparpille un tapis de soie dont les poussières scintillent comme des centaines d'astres. Toujours partagé entre le rock électronique et un rock cosmique qui échappe quelques ballades assez sentimentales, Harald Nies nous revient avec un album qui fait l'étalage de tous ses styles. Si on craque pour le blues cosmique, comme ce Flowing Particles, on aimera sans nul doute le superbe et très électronique Follow Me et ses solos de synthé très criards sur un rythme aussi lourd que lent. Les échanges entre une six-cordes très vaporeuse et le synthé en fait un titre aussi puissant Perpetual Lights que l'on retrouve dans l'album Horizon. Ce qui est peu dire. La douceur morphique de Flowing Particles se jette dans le filet des séquences spasmodiques de The Age of Light. Les arrangements sont soyeux avec des nappes de voix qui se perdent dans les ambiances d'un synthé en mode ésotérique. Statique, ce rythme qui reste linéaire amasse des cliquetis et autres effets qui se fondent dans de lourdes nappes de brumes et de voix absentes. Nous sommes un peu dans les territoires d'ambiances qui occupent une large partie de TALES OF LIGHT, si on inclut le très ambiant Cahaya et ses murmures berbères et sa sitar aux notes très pincées, ainsi que The End of the Candle qui termine ce dernier opus de Harald Nies avec émotivité et intensité. Mais entre les deux, il y a du rythme!

Chaque titre ici est finement attaché par des lignes d'ambiances parées de prismes moirés. C'est dans ces mailles que naît le mouvement de séquences de Invisible qui boitille nonchalamment sous une parure électronique dardée d'effets et de fins bruits hétéroclites. Un peu comme dans The Age of Light la structure reste d'un ambiant cosmique avec un rythme qui clapote comme une mer que l'on agite afin de lui donner un semblant de vie. Des nappes intenses tombent des nues et enveloppe ce rythme stationnaire d'un aura tragique, guidant cette délicate ossature de rythme vers un genre de hip-hop cosmique orné de très beaux solos de synthé. On remarque une guitare plus discrète autour des 9 chapitres qui composent TALES OF LIGHT, donnant ainsi un volet plus éthéré à l'album, sauf pour 400 to 700 qui est un bon rock électronique enveloppé de bons effets cosmiques et juché sur bonnes percussions genre rock. Le matraquage dirige une structure vive et assez entraînante, les refrains le sont carrément, que je situerais, pour point de comparaison, entre du Tangerine Dream des années Eastgate, du très bon Frank Dorittke et même Mike Oldfield. C'est un solide titre qui nous garde sur le qui-vive. Blind Fall démarre lentement avant de prendre une tournure de rythme qui me fait penser à Silverline, toujours de l'album Horizon. Les séquences dansent avec des riffs et des accords saccadés, forgeant un rythme nerveux que des percussions sobres martèlent avec une motricité robotique. Les nappes de synthé sont hyper enveloppantes et jettent du gaz morphique sur une structure qui va et vient au gré de ces nappes et des leurs effets. Ça devient du bon up-tempo toujours gêné de perturber les immenses caresses des nappes. Ça fait très rock progressif cosmique. Les 4 premières minutes de Reflectance offre un autre très bon rock électronique, le plus féroce et le plus vivant de TALES OF LIGHT, avant de prendre une tangente plus éthérée en mi-parcours, donnant juste le temps à Harald Nies d'aiguiller son rythme sauvage qui s'éteindra dans les moments d'ambiances nomades de Cahaya et celles du très intense et assez cinématographique The End of the Candle. À chacun de ses albums, c'est toujours la même histoire. Toujours à cheval entre des styles qu'il aime exploiter, Harald Nies reste un artiste qui désarçonne de par sa liberté de création. L'homme aime autant le blues que le gros rock mais aussi ces nappes endormitoires qui emmitouflent cette guérilla rythmique qui aime aussi cracher ces beaux filets de séquences dont les soubresauts spasmodiques fouettent les ambiances tel de long lassos stroboscopiques. Bref, chaque titre des albums d'Harald Nies est pour quelqu'un et on trouve dans TALES OF LIGHT, comme dans tous ses albums d'ailleurs, un titre qui nous connecte à sa musique. Un bel artiste et une MÉ différente à découvrir!

Sylvain Lupari (12/09/16) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez MellowJet Records

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari