Search
  • Sylvain Lupari

HOLLAND HOLMES: Incandescent (2015) (FR)

“Voici un mélange parfait de rythmes et ambiances structurant des paysages sonores enrichis d'une pléiade d'effets sonores”

1 First Light 7:59 2 The Year's First Rain 7:39 3 Letting Go 7:35 4 Valley of the Rocks 7:08 5 Earth Song 8:05 6 Interstellar Lullaby 5:35 7 The Inevitability of Change 8:09 8 Ancient Atmosphere 7:54 9 Incandescent 7:25 Hollan Holmes Music

(CD/DDL 67:47)

(Sequenced and ambient Pacific School)

2018 est bel et bien en marche avec une avalanche de productions musicales qui ne cesse de s'accumuler sur mon bureau. Mais il y a toujours de ces perles qui datent de 2 à 3 ans, des fois plus, et que l'on m’a fait parvenir afin de charmer encore plus mes oreilles. Et ces oreilles, qui sont continuellement imbibées de musique, s'émerveillent effectivement et questionne mon cerveau à savoir où j'étais lorsque cet album atterrissait sur le Net ou dans les bacs. INCANDESCENT fait partie de ces albums qui ont échappé à mon attention en 2015. Et pourtant, j'avais été totalement conquis par le brillant The Spirits of Starlight qui fut réalisé un an plus tôt. Tout d'abord, saluons cet artiste complet qu'est Hollan Holmes. À l'ère du numérique et des albums en format téléchargeable, le sculpteur d'ambiances Texan est aussi à l'aise dans les arts visuels qu'avec des instruments de musique. Enveloppé dans une belle pochette avec 6 panels bien imagés et conçu par lui-même, ce 5ième album d'Hollan Holmes est dédié à Richard Burmer, un artiste et musicien américain qui est de la trempe de Steve Roach, Robert Rich et autres. Des artistes qui ont influencé la musique d'Hollan Holmes.

First Light débute cet album majoritairement souhaitable pour la méditation avec une musique qui va à contresens de mes derniers propos. Le rythme est animé dans un état statique avec des séquences qui alternent vivement. Ces vives oscillations sculptent une volée de coups de ciseaux qui découpent une dizaine miettes de notes à la minute. Ces fragments chutent d'une façon aléatoire pour se transformer en effets électronique qui sont au diapason d'une luminosité astrale. Musical et lyrique, First Light est délicatement propulsé par des impulsions d'une ligne de basse et/ou par une accumulation de l'effet statique qui refoule les miettes rythmiques des fascinants élans fantôme. Une musique qui s'inscrit dignement dans les influences de Steve Roach et son épique Now/Traveller. La musique d'INCANDESCENT semble décrire un voyage. Un voyage dans le Monument Valley d'où est tiré la pochette de l'album. Éloignant la menace des tonnerres, The Year's First Rain est un petit bijou où perle un essaim de séquences et de carillons qui roulent sur la même cadence. Des lignes de synthé ondulent avec le même appétit pour du rythme casanier qui se veut extrêmement musical et poétique. Clochettes, séquences et ondulations forment une forte symbiose hypnotique où s'accrochent de féroces pulsations de basse et des nappes de voix séraphique. L'esthétisme sonore ici est à son comble ici avec cette pléiade d'éléments qui convergent vers la même destination sans avoir les mêmes artifices. Un autre titre solide! Je vous parlais de l'influence de Steve Roach sur la musique d'Hollan Holmes, Letting Go ne fait rien pour diluer cette perception. Le séquenceur est plus alerte, plus incisif que sur First Light tandis que des impulsions de basses séquences dominent cette perception que la musique voyage comme une course des nuages. Disons que je viens de me farcir près de 23 minutes de MÉ du style Pacific School comme je les aime. Valley of the Rocks entame l'ascension ambiante de cet album. Un banc de brume rempli de particules soniques avance comme une menace entre mes oreilles. Ambiant mais intense! C'est le descriptif le plus honnête afin de bien décrire la musique d'ambiances du musicien Texan. Aidée par des effets de cymbales, la musique progresse en engraissant sa structure avec une multitude de lignes aux tonalités et aux formes disparates. Et sa montée est nouée et propulsée par d'autres effets de ressac sonores, créant ainsi un climat d'ascension intense et poignant. Un étrange sifflement orne encore plus notre fascination à la toute fin. Il s'agit d'un morceau de piccolo composé et joué par Richard Burmer il y a quelques années. Un délice!

Earth Song s'enfonce entre nos oreilles avec une lourdeur anesthésiante. De larges nappes de tons nous enveloppe dans un état méditatif alors que l'intensité de la musique, et de ses effets parallèles, nous cloue littéralement sur place, bouche bée. J'aime ces éléments soniques qui décorent la musique d'Hollan Holmes de stries écarlates et d'effets lunaires qui sont sans doute les reflets d'une nuit sous les étoiles dans les immenses plaines des déserts américains où les cactus, et autres éléments botaniques, sont comme des spectres figés dans les froideurs nocturnes. Interstellar Lullaby est un bijou de tendresse que je vous prescrits sans hésitation. C'est un des plus beaux poèmes soniques que j'ai entendus. Tout simplement superbe et impossible à décrire. The Inevitability of Change est plus dans le genre linéaire, minimaliste avec sa forte avancée de brume paquetée de striures qui filtrent des raies illuminées de matières incarnates. Ancient Atmosphere est plus paisible avec sa carpette de vents tonals qui flotte contre une armada de brises plus belliqueuses. La rencontre entre les deux vastes champs de vents crée un grand remous dans le ciel qui bouillonne comme un ouragan sans appétit. La pièce-titre exploite les thèmes déjà exploités dans cet album avec une autre structure gravitationnelle qui avance sans vouloir faire de concession, sinon que de conclure un impressionnant voyage d'Hollan Holmes sur des terres aux couleurs d'INCANDESCENT. J'aurais réaménagé l'ordre des titres mais pour le reste, c'est un magnifique album qui donne le goût de découvrir la musique de ce brillant sculpteur de panoramas musicaux qui nous vient d'un endroit où ce genre venait résolument d'ailleurs. Ça c'est un exploit mon cher Hollan!

Sylvain Lupari (15/03/18) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Hollan Holmes Bandcamp

4 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle