• Sylvain Lupari

JEAN-CHRISTOPHE ALLIER: Ephéméride (1996)

Petit rendez-vous oublié dans le temps, Ephéméride est le reflet des approches très contemporaines du mouvement EM français

1 Ephéméride 9:05

2 Angel Sex 7:19

3 Vision of the Heart 3:23

4 Wonderland 4:16

5 Planisphère 4:22

6 Rain Day 4:39

7 K.S. Motion 10:57

8 Country Land 2:39

9 Indian 3:32

10 Voyager 3:17

11 Catalipsys 5:38

12 Saint-Malo Dream 3:42

PWMDistrib

(CD/DDL 63:00) (V.F.)

(Melodic contemporary EM)

De paisibles et harmonieuses lignes de flûte qui flottent entre les bong des gongs astraux! Hum ça sent le New Age. Des vents d'Orion qui soufflent et bousculent les gouttes d'une pluie métallique! Ça sent la musique d'ambiances futuristes. Les longs wiishh métaphysiques des lignes de synthé et les tonnerres discrets! Ça sent la musique de film dramatique. Des roulements de grosses caisses et des tintements de cloches! Ça sent définitivement du Vangelis. Avec tous ces éléments électroniques qui se chamaillent entre une envie de mélodie futuriste et ses ambiances, la longue pièce-titre de EPHÉMÉRIDE nous plonge tout de go dans l'univers de Jean-Christophe Allier où tout est taillé avec la précision d'un joaillier. Bien que ce nom nous soit peu familier, Jean-Christophe Allier est une figure dominante, presque légendaire dans le cercle des initiés, de l'ascension de cette MÉ Française qui s'insurge contre la montée des différentes écoles de pensées depuis la fin des années 80. Un des fondateurs du mouvement Patch Work Music, le barde électronique de Nîmes est aussi le plus discret au niveau de la production comme en fait foi sa discographie qui ne compte que EPHÉMÉRIDE, réalisé à la fin 96, et La Rosée, un album composé et réalisé avec la cantatrice Suisse Rose Marie Doblies en 2009. Par contre, il écrit et produit une quantité phénoménale de musique pour films et télévision. Il compose aussi des indicatifs musicaux pour des commerciaux ou des génériques d'émissions de télé et/ou de radio. On peut aussi le trouver derrière une console de studio et assister différentes personnalités pour les besoins de leurs enregistrements. Bref, un homme à tout faire qui s'implique dans toutes les facettes artistiques en plus de donner une foule de concerts gratuits, et ce pour différents événements, afin de promouvoir la beauté de la MÉ. Et situons tout de suite la musique de Jean-Christophe Allier. Fortement inspiré par le génie des expérimentations de Klaus Schulze, le musicien/synthésiste Nîmois s'inspire plus librement du style de Vangelis avec une approche très mélodiste piégée dans des structures contemporaines qui est nettement plus omniprésent dans sa musique. À tout le moins dans EPHÉMÉRIDE.

Fusionnée entre des arpèges scintillants et des souffles de voix suggestives, la procession ambiosphérique de Angel Sex nous amène aussi à cette conclusion. C'est un truc où la mélodie simpliste, brodée dans des souffles de voix sexuelles, aborde nos oreilles avec aisance. Nos sens subliminaux capteront plus tard tout le travail au niveau de la fabrication du rythme ambiant avec des arpèges qui sont martelés avec un effet de xylophone de fanfare et des effets de percussions qui claquent comme des gaz cosmiques, sculptant une enveloppe de rythme qui sautille finement dans un effet de saccades. C'est un truc qui sonne vraiment comme du Robert Schroeder. Des parcelles de mélodies ambiantes qui se soudent dans des ambiances contemporaines, la musique échappe aussi quelques beaux petits bijoux de tendresse qui n'ont d'égal que le côté très mélancolique de Bertrand Loreau. Vision of the Heart et Saint-Malo Dream sont de délicates berceuses pianotées qui charment dans de belles ambiances électroniques, alors que Country Land est une belle ballade juchée sur une guitare acoustique dont les notes chantent avec les oiseaux. Wonderland est un titre ambiant avec des effets qui me rappellent cette ouverture que Tangerine Dream utilisait lors de sa tournée 86. Tout au long de ses structures ambiantes, Jean-Christophe Allier parsèment des bribes de mélodies, donnant ainsi une profondeur à ses structures plus méditatives. Moulé dans les mêmes préceptes que Wonderland, Planisphère est un autre bel exemple avec ses arpèges qui dansent avec des lignes de synthé ambiantes et mélodieuses. Nous sommes aux portes de la musique méditative. Du New Age cosmique! Rain Day et Voyager sont deux titres sombres qui nous rapprochent des influences ambiosphériques d'un Vangelis et de sa vision futuriste à la Blade Runner. K.S. Motion est un titre hommage à Klaus Schulze qui est une belle fusion entre les ambiances d'éther du maître Allemand et de ses tonalités plus contemporaines. Petit titre à saveur de danse Hindoue, Indian détonne avec son rythme joyeux par rapport aux ambiances plus sombres qui entourent la limpidité des arpèges de cet album. C'est joyeux et festif, alors que Catalipsys porte à merveille les ambiances de son titre.

Petit rendez-vous sonique oublié dans le temps, EPHÉMÉRIDE est le reflet des approches très contemporaines de la MÉ Française où la mélancolie des poètes des années 1800 respire à chaque réverbération des accords et des lignes de synthé ainsi que leurs ombres. J'aime cette approche très Vangelis. Mais un Vangelis des années 70-80 où ses mélodies était souvent tissées dans des drames électroniques. C'est un peu beaucoup la toile de fond de EPHÉMÉRIDE.

Sylvain Lupari (12/08/15) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Patch Work Music

2 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari