© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

JOHAN TRONESTAM: Roots and Legends from the North (2013) (FR)

“Roots and Legends from the North est une tonne de briques qui emmurent nos oreilles dans un monde de contraste”

1 Secrets from the Northern Heights 6:45 2 Mountain Poems 5:57 3 Nordic Legends 5:54 4 Opening a Door to the Past 6:35 5 Closer to the Ancient Truth 6:56 6 The Ancient Pulse still Beats 6:27 7 Brave Souls 8:01 8 Traces of a Forgotten Time 6:03 9 Dominate 6:46 10 Roots and Legends: End Title 6:25 TeamQuasar | JMT002

(CD 65:49) (Sequencer-based Harmonious EM)

Après Far Away, un album qui avait séduit par son approche rafraichissante d'un univers défriché par Jean Michel Jarre, Johan Tronestam revient en force avec un album inspiré par les légendes des nomades des contrés nordiques. ROOTS AND LEGENDS FROM THE NORTH présente 10 titres très mélodieux et entraînants avec un séquenceur lourd tisserand de puissantes structures rythmiques. Des mouvements de rythme purs et durs qui suivent des tangentes évolutives où les pulsations primaires sont noyées par des arcs séquencés qui libèrent des ions sauteurs aux formes aussi diversifiées qu'harmoniques. Les synthés sont poétiques. Déchirés entre leurs doux solos, ils soufflent des vents parfois tièdes et parfois sombres où des voix de tous genres narrent des poèmes, dérangeant ou réconfortant, dans les sillages de superbes solos qui réveillent les ambiances intergalactiques du synthésiste Français et celles plus poétiques de Vangelis.

Secrets from the Northern Heights amorce ce 3ième opus de Johan Tronestam avec des pulsations glauques qui déambulent dans un état d'errance parmi de faibles explosions dont les coups étouffent sous un dense voile de mystère. D'entrée de jeu, Johan Tronestam étale les grandes lignes d'un conte musical illuminé de paradoxes où rythmes et harmonies s'étreignent dans des ambiances qui respirent les légendes du Nord. Des accords de séquences plus aérés sautillent maladroitement dans le sillage de ces pulsations, poussant un rythme qui résonne de ses touches grésillant dans des brumes aux filets de voix argentées. Et le rythme prend forme. S'éloignant de son approche patibulaire, il pétille de ses accords limpides qui sautillent dans les cliquetis des cymbales et sous les caresses des deux solos du synthé. Et une autre ligne de séquences fonce pour forger un rythme parallèle dont les fines ruades s'empilent pour former une structure qui hoquètent de sa rébellion harmonique. Mountain Poems est un beau down-tempo qui baigne dans son lot d'ambiances. Le rythme est doux et nourri de cliquetis ainsi que des percussions aux tonalités de bois creux qui résonnent dans des voiles de brume flottant et ondulant dans de beaux arrangements orchestraux ornés d'un synthé aux souffles de trompettes célestes. Une guitare acoustique enjolive cette très belle balade en chantant ses poèmes mélancoliques qui s'entortillent dans de délicats serpentins circulaires dont les séquences limpides tombent des nues bleutées. Nordic Legends étend ses lugubres ondes vampiriques qui ondulent en boucles sous les harmonies d'un synthé séraphique. Une voix noire récite un poème alors que le titre, encore semi flottant, embrasse un maillage de pulsations et de percussions sobres qui tissent un genre de hip-hop cosmique où les délicats sautillements provoquent des cerceaux. Leurs échos engendrent d'épars mouvements stroboscopiques qu'un synthé calme de ses chaleureux solos. Opening a Door to the Past offre un rythme lourd. Un rythme Scandinave avec des accords du séquenceur qui tournoient et s'entrecroisent dans un puissante et pesante valse technoïde que la lourdeur fait pirouetter à basse vitesse. Ces accords sont aussi puissants qu'incisifs. Ils martèlent un rythme noir qui accueille des voix aux lamentations lugubres et intimidantes, alors que le synthé divise ses harmonies entres des vents spectraux et des solos cosmiques. Ces voix Scandinaves, éraillées par les vents, le froid et les luttes, garnissent l'introduction de Closer to the Ancient Truth qui clopine de ses accords aux pattes de cerfs sous des voix d'anges et des lignes de synthés qui roucoulent en boucles. Des percussions claquent à l'horizon, entraînant le rythme vers une approche plus soutenue. Une approche plus près de la synth-pop avec des beaux solos et des délicates voix astrales qui ajoutent une vision poétique.

The Ancient Pulse still Beats tombe lourdement dans nos oreilles avec un maillage de pulsations organiques et des coups de percussions qui forgent un rythme serti de serpentins aux séquences limpides. Des voix rauques régurgitent un dialogue de Babel alors que les solos, tranchants et rêveurs, éveillent des souvenirs de Jean Michel Jarre avec des approches constamment mélodieuses. Brave Souls éclate de ses séquences aux tonalités hybrides qui pianotent un rythme absent sous l'intense brouillard d'un synthé aux harmonies et aux voix rêveuses. Une superbe ligne de piano épouse discrètement le mouvement des séquences pour s'en détacher et forger les lignes d'une mélodie que l'on pourrait entendre dans la boîte à musique d'un autre monde. Les percussions qui tombent défont un peu le décor musical qui s'évade comme un galop dans les plaines, là où psalmodient un synthé et ses suaves boucles harmoniques. Traces of a Forgotten Time suit un peu le même schéma rythmique. Un rythme de vagabond dans un désert de froideur où le synthé illumine l'ambiance des Vikings de glace avec de superbes solos. Du rythme, toujours du rythme lourd et noir! Dominate s'enfonce dans nos oreilles avec des séquences lourdes qui alternent leurs sauts dans une structure pilonnée d'un rythme linéaire. Les synthés empruntent ces patterns harmoniques qui suivent l'évolution de ROOTS AND LEGENDS FROM THE NORTH en lançant des solos autant cosmiques que vampiriques, guidant le titre vers des territoires plus noirs. Roots and Legends: End Title conclût avec brio un album dont les puissants rythmes ont creusés des sillons dans nos oreilles. Les pulsations sont pesantes et font vibrer le dos, ainsi que les murs, avec des coups secs et martelés où des clapotis de percussions font les durs devant tant de solidité cadencée. Un superbe serpentin stroboscopique dévie l'attention, déviant aussi le rythme vers une approche plus du genre gang de rue. Un hip-hop androgyne où s'éclate une faune sonore qui a encore tant de merveilles à raconter, à souffler pour le plus grand plaisir de nos oreilles constamment à l'affût d’une tonalité, d'une harmonie magique qui se pointera. On le sait pour l'avoir expérimenté depuis la toute première note de Secrets from the Northern Heights.

Jean Michel Jarre est en panne d'inspiration depuis belle lurette? Eh bien, vive Johan Tronestam! Sérieusement, ce dernier album du synthésiste Scandinave est à la hauteur de toutes les attentes. Il réussit un incroyable tour de force en alliant les harmonies et les arrangements d'un Vangelis, version contemporaine, aux rythmes et ambiances cosmiques du compositeur d'Oxygene. ROOTS AND LEGENDS FROM THE NORTH est une tonne de briques qui emmurent nos oreilles dans un monde de contraste où les rythmes sculptés dans les crépitements de milles séquences et percussions aux percutants enchevêtrements rencontrent des synthés aux solos magiques, aux harmonies contagieuses et aux ambiances mystiques. Dessinant par le fait même les pans d'un superbe, puissant et étonnant album. À recommander sans réserve!

Sylvain Lupari (14/03/13) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Johan Tronestam Bandcamp

6 views