© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

LLOVESPELL: Places (2018) (FR)

“Places est un album d'EDM avec une approche plus expérimentale enveloppée dans la douceur ambiante du style Berlin School

ONE 1 Scale Me, 2 Detachment, 4 The Lectrice, 5 Four Maybe, 6 Magnet Sea, 7 The Line,8 Outside, 9 (Untitled)

TWO

10 2 Lines, 11 Lost Code, 12 Asphalt and The Sea, 13 The Cat Comes in, 14 Night Shop,15 Lights to Go, 16 The Other Home, 17 Your Hotel, 18 40 Minutes Bonus Tracks 19 (Untitled 1), 20 (Untitled 2), 21 (Untitled 3)

Wrotycz Records | WROTYCZ 29 (CD 72:43)

(EDM, IDM & Electronica)

Autre artiste du label Wrotycz Records, Llovespell est un nom associé à la MÉ depuis son association avec Hans Johm dans le projet Radio Eichenlaub au début des années 2000. Teintée de mélancolie, la musique du duo Allemand était alors guidée par du Dark Ambient. Llovespell, projet de Stephan Spreer, a quitté Radio Eichenlaub en 2002 afin d'entreprendre une carrière solo. Il se tournait alors vers un genre plus danse mais aussi plus expérimental avec un léger lien avec une approche ambiante industrielle. Quelque 6 CD et 2 K7 plus loin, Wrotycz Records propose les 2 dernières cassettes de Llovespell. On parle ici de 21 titres et d'une impressionnante mosaïque musical avec divers genres qui s'entrecoupent dans un beau délire EDM. Limité à 500 pressages, PLACES est une première carte de visite qui propose 2, et même 3, facettes de Stephan Spreer.

Scale Me donne le ton avec un rythme vif et bondissant. C'est de la bonne EDM entraînante décorée par de bons effets de percussions et de voix rustres qui gargouillent parmi des ululements fantomatiques. Orné de glitch et autres effets de psybient, Detachment y va pour un bon down-tempo bipolaire. Encore ici, les percussions ajoutent aux charmes alors que des nappes de synthé brumeuses expliquent la présence de cet album sur le label Wrotycz Records. Echo Run est plus commerciale avec son rythme fluide agrémentée de percussions en mode xylophone Afro-Caribéen. Docile, The Lectrice me fait penser à du bon Altered Image assez commercial. Four Maybe est plus du genre papier-sablé dans son approche de danse industrielle psychédélico-ambiante. Les effets sonores, et ils sont nombreux, enveloppent un rythme qui bondit de peine et de misère. Plus fluide, Magnet Sea surf sur des vagues de synthé dans une structure EDM plutôt éthérée, alors que The Line rejoint un peu le style de Scale Me. Outside fait dans le genre danse ambiante dans une belle texture sonore où le synthé et ses rayonnements circulaires dominent sur une flore sonique grouillante de ses tonalités toujours aussi recherchées depuis que Scale Me s'est infiltré entre nos oreilles. Cette première K7, intitulé One, à nicher dans PLACES se termine avec les 39 secondes de (Untitled) qui présente une faune d'éléments percussifs et des gros effets de glitch dans une structure sans direction. Avec son bon dosage entre la musique de danse et des effets de percussions qui attirent la curiosité des oreilles, One se digère plutôt bien. Par contre Two propose des structures aussi rudes que Four Maybe. La musique est plus du genre danse expérimentale avec une texture de bruits et effets psychédélique moderne qui rugit bien plus que les rythmes. Ça demande une couple d'écoutes, quoique qu'un titre comme Asphalt and The Sea peut faciliter les choses. Un troisième E.P. était en chantier, mais le projet est tombé à l'eau. Llovespell a récupéré des titres intitulés sobrement (Untitled). On sent encore une pointe d'évolution dans l'approche de Stephan Spreer qui privilégie une texture plus Jazz sur (Untitled 1) et (Untitled 2), alors que (Untitled 3) épouse une fascinante approche à la Zoolook, mais en version plus acoustique. Assez intéressant!

On l'aura deviné, PLACES est un album de musique de danse avec une approche plus expérimentale qui est enrobée des douceurs ambiantes de la MÉ de style Berliner. Le style de Llovespell propose un psybient plus éthéré malgré une surabondance, très séduisante en passant, d'effets sonores très esthétique puisque peu utilisés dans le genre usuel. C'est une belle découverte qui coule très bien entre les oreilles, à tout le moins les miennes, et qui est disponible en format Digipack avec 4 côtés. Un album qui devrait plaire aux amateurs d'EDM avec une approche plus expérimentale.

Sylvain Lupari (24/07/18) ***¾** SynthSequences.com Disponible chez Wrotycz Records

1 view