• Sylvain Lupari

M!D!-B!TCH: Transkosmos (2021) (FR)

Voici une très agréable surprise avec cet album qui nous offre un très bon voyage cosmique du début à la fin

1 Geradeaus bis zum Morgen 5:31

2 Augenblick und Ewigkeit 6:06

3 Das Prinzip der Fluechtigkeit 7:16

4 Heilende Warheit 3:38

5 Der Satz vom Widerspruch 5:31

6 Der Nebel des Ungefaehren 6:10

7 Anspruch und Zumutung 3:31

8 Nostalgie und Sehnsucht 8:26

9 Krater der Möglichkeiten 8:52

10 Glückliche schwarze Tage 4:24

11 Zweitastengesellschaft 4:13

12 Die Logik des Opferns 10:52

Cyclical Dreams Music

(DDL 74:34)

(Cosmic Rock, EM, Electronica)

Je dois admettre que celui-ci est assez étrange avec son nom contestataire et provoquant! Pourtant la musique de TRANSKOSMOS est aussi intéressante que celle de Martin Stürtzer qui s'extirpe des ambiances d'un certain musicien Français. J'ai eu besoin de quelques recherches afin de comprendre que MIDI-BITCH s'écrivait en réalité M!D!-B!TCH. C'est aussi l'autre nom de Fritz Carraldo et finalement celui de Fredy Engel, claviériste du défunt groupe Sankt Otten. Cette dernière découverte de Cyclical Dreams s'avère une de ses plus intéressantes avec une vision de rock cosmique inspiré de Jean-Michel Jarre et de Martin Stürtzer pour le côté Space Groove et Cosmic Dub. C'est 75 minutes de rock cosmique électronique densément recouvert d'une végétation sonore qui nous en met plein les oreilles.

Une ligne de basses pulsations échappe à ce grondement industriel qui garnit l'ouverture cinématographique post-punk électronique de Geradeaus bis zum Morgen. Des nappes de synthé recouvrent ce lit de pulsations statiques avec un croisement de Vangelis et JMJarre qui inspire aussi le décor percussif avec ses percussions sous le signe du crotale. Agité de ses élans convulsifs et nourrit d'une intéressante faune d'éléments percussifs, incluant ces tintements obsédants, le rythme est un bon rock cosmique plus entraînant pour les neurones que les pieds. Les harmonies sont assumées par des nappes de synthé qui s'étendent en rayons circulaires. Un très bon titre qui donne un séduisant coup d'envoi à une autre belle découverte du label Argentin. Fixé à une ligne de basse pulsatrice, Augenblick und Ewigkeit suit la même tangente de rock cosmique stationnaire. Les phares giratoires sonores du synthé signent une belle vision apocalyptique de science-fiction. Une texture cinématographique que l'on retrouve plus souvent qu'à son tour dans l'album. Des scintillements aussi vifs que discrets sont à l'origine de Das Prinzip der Fluechtigkeit. Une ligne de basse étend son ombre, initiant la métamorphose des miroitements qui se transforment en gros bourdonnements stroboscopiques. Cette ouverture ambiante s'accroche à un voile synthétisé dont la montée émotive laisse un sillon d'émotions hurlant silencieusement dans les mouvements sensuels de cette ligne de basse. Jouant entre le rythme et ses ambiances, Das Prinzip der Fluechtigkeit choisit l'intensité pour tiquer le fil de nos émotions. Un bon Space-Dub! Heilende Warheit est un court titre qui s'arrimerait bien aux ambiances d'un nouvel Oxygene de Jean-Michel Jarre. Il y a de bons effets bouclés sur les solos de synthé ici, comme il y a des ambiances Vangelis.

Ambiances que l'on retrouve ici dans le très agressif Der Satz vom Widerspruch. Agressant à cause de cette masse de réverbérations qui fait crépiter une ambiance chtonienne intergalactique. Sa radioactivité sonore effectue une transformation qui rendra cette noblesse à ces arpèges opalescents nous chantant la pomme depuis son ouverture. Il y a des effets de voix, que l'on retrouve aussi dans quelques titres, qui se perdent dans l'univers envahissant de Der Satz vom Widerspruch et de sa seconde partie qui frise nos frissons. Der Nebel des Ungefaehren est un superbe rock cosmique entraînant avec des pastiches sonores des années synth-pop. Théâtrale avec ses accords de clavier tombant avec hargne et férocité, Anspruch und Zumutung propose un rythme de punk électronique, genre Magazine, coulant comme une couleuvre. Même les voix de cosmonautes sont séduisantes dans ce court titre qui fait son impact placé entre Der Nebel des Ungefaehren et Nostalgie und Sehnsucht qui est le titre le plus complexe et le plus atmosphérique de TRANSKOSMOS. Krater der Möglichkeiten propose une ouverture tissée dans les effets vocaux de Robert Schroeder avant de fleurir en un bon mid-tempo cosmique lourd et transportant. Toujours recouvert de cette dense flore tonale, le titre est assis sur une bonne ligne de basse pulsatrice et des percussions qui lui donnent cet envoutant aspect de rythme circulaire roulant dans le sens contraire de la fluidité de sa ligne de basse. Un très bon titre avec des effets des années Flower Power. Glückliche schwarze Tage nous charme avec sa démarche débonnaire sautillant dans une texture caoutchouteuse. Zweitastengesellschaft est du genre Cosmic Ambient House avec un voile de psybient d'une autre galaxie. Dernier joyau de cette imposante couronne de 12 titres, Die Logik des Opferns nous assiège avec la texture sonore de Geradeaus bis zum Morgen dans une vision beaucoup plus lente. C'est un titre sans réelle vie rythmique mais propulsé par ces géantes impulsions des nappes de synthé. Un vrai rock cosmique planant avec des crotales comme compagnons de voyage et ces lames de synthés tournoyant comme ces phares giratoires annonciateurs d'une probable catastrophe humaine.

TRANSKOSMOS est une très agréable surprise de M!D!-B!TCH qui nous offre ici un voyage cosmique du début à la fin. L'ordonnancement des titres rend le périple plus intéressant du fait que Fredy Engel place ses structures ambiantes entre des rythmes dont les entrains variables sont une boîte à surprises. Même après 4 écoutes consécutives. J'ai bien apprécié cet album de cet artiste qui est une extension de Jarre allant jusqu'à Martin Stürtzer et cet univers de psybient futuriste.

Sylvain Lupari (07/02/21) *****

SynthSequences.com

Disponible au Cyclical Dreams Bandcamp

104 views0 comments

Recent Posts

See All
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari