© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

MAX CORBACHO: Echo of Longing (2019) (FR)

“Si les bourdonnements pouvaient chanter, ils auraient sans doute la voix de ceux proposés par Max Corbacho!”

1 Echo of Longing 28:35

2 Embryo of Drones 19:04

3 The Noble Beyond 26:05

Silentsun | mc008

(CD/DDL/Spotify 73:43)

(Ambient, Drones)

Le vide, l'espace et les galaxies! La musique ambiante de Max Corbacho s'articule autour de ces trois axes. ECHO OF LONGING n'est pas différent des 3 derniers opus que le musicien Espagnol m'a fait découvrir depuis Source of Present en 2017. L'album, offert en CD manufacturé et en téléchargement, propose 3 longs fleuves de tranquillité chuchotée par les souffles abscons des étoiles. On relaxe, on se laisse aller et on écoute surtout pas cette musique pour conduire! 😊

La longue pièce-titre nous invite ainsi au dortoir du cosmos avec un oblong bourdonnement minimaliste. Des nappes de voix sibyllines murmurent une incantation stérile tandis que le vaisseau sonore dérive comme si nous étions des corps célestes ayant un rendez-vous avec une prochaine vie. Echo of Longing est comme un souffle éternel linéaire qui agit comme un aimant afin de nous piéger dans une phase de quiétude. Si nous sommes attentifs, nous entendons ces étoiles, toujours lointaines, murmurées un dialecte codé dans du prisme. Et nous détectons aussi ces subtiles dérivations dans cette course spatiale avec de fines implosions qui parfois enduisent la musique d'une aura dramatique. La seconde partie offre plus d'attrait avec des scintillements qui chantent presque, mais qui donnent une teinte de drame cosmique avec un bouleversement accru des phases de sérénité dans ce long voyage qui finit par s'éteindre comme il était apparu. Embryo of Drones est finement attaché à la pièce-titre et poursuit en pigeant ainsi dans cette collection de textures sonores qui a chamboulée sa douce dérivation. Les oscillations ici sont plus intenses, tant dans le mouvement des nappes chloroformiques qu'avec ce champ magnétique de cette turbulence de miroitements sonores. La sérénité rugit afin de préserver ses droits dans un tumulte sonique qui conserve néanmoins ces charmes et qui se dégustent mieux les oreilles grandes ouvertes. C'est mon titre préféré ici puisque les corrélations avec la musique ambiante de Steve Roach sont indéniables. Indépendant des deux premières structures, The Noble Beyond donne encore plus de poids à cette comparaison avec un impressionnant ballet ambiant conçu dans des entrelacements à l'infini de multiples lignes de synthé qui s'abandonnent aux vices du Cosmos. Très tranquille, ce titre appartient définitivement à cette section sommeil de mon iPod.

Si les bourdonnements pouvaient chanter, ils auraient sans doute la voix de ceux proposés par Max Corbacho! Sans grandes surprises, ni révélations sur une possible nouvelle orientation musicale du musicien Espagnol, ECHO OF LONGING poursuit cette inlassable quête musicale dans les abysses cosmiques. Toujours endormitoire, la musique est aussi belle si on veut faire de l'écoute passive avec un intérêt un peu plus allumé, surtout pour Embryo of Drones qui possède une légère touche Dark Wave. C'est de la belle musique de relaxation qui équivaut celle de Steve Roach et surtout de Juta Takahashi.

Sylvain Lupari (05/10/19) *****

SynthSequences.com

Disponible au Max Corbacho Bandcamp

26 views