top of page
  • Sylvain Lupari

Micado Synergia (2022) (FR)

Une bonne suite à l'excellent One Week in Heaven

1 Synergia Sforzato 5:14

2 Synergetic Beat 4:42

3 Symbiosis 5:55

4 Cantate al fine 7:31

5 Synergistic Fusions 9:24

6 Forces of Synergy 9:48

7 Symbiotic Sequences 9:57

8 Scherzo Synergia 7:26

9 Fantasia con glissando 12:01

10 Symbiogenesis 6:51

Micado Music

(DDL 78:54)

(EM, Cinema Music, Berlin School)

Ce sont des accords gras avançant à pas de loup qui débloque les mystères de Synergia Sforzato. Des nappes de synthé chloroformiques enveloppent cette démarche hésitante qui prend plus de pesanteur, et de vélocité, lorsque des accords encore plus graves se mettent à résonner autour de la 90ième seconde. Les ambiances restent tamisées de mystères avec ces effets de voix hurlantes dans une vision qui flirte avec les phénomènes paranormaux d'une nuit noire à l'Halloween. La musique prend littéralement son envol avec l'arrivée des percussions quelques secondes plus loin. Si le décor reste ombrageux, avec l'effet organique des gargouillements qui donnent cet effet élastique aux accords cadencés, le séquenceur délie une ligne de rythme adjacente aux arabesques plus mélodieux. Ce rythme qui clopine tout en étant entraînant s'arrête pile tout juste après la seconde minute. Le titre plonge alors dans une ambiance toujours aussi lugubre avant de renaître dans un bon rock électronique secoué de spasmes à la hiphop. SYNERGIA est conçu dans la vision créatrice qui nous a donné l'excellent One Week in Heaven en début d'année. Micado s'entoure cette fois de 5 artistes invités, dont Small Chief et Sensory++, aussi présents dans One Week in Heaven, afin de proposer un gros 79 minutes d'une musique électronique (MÉ) à la fois complexe et savoureusement délicieuse. Les 10 titres proposés sont tous en mode évolutif avec plus d'une ligne de rythme qui s'affronte et s'harmonise dans différents contextes que Frans Lemaire ramène dans une synergie tricotée dans une complexité qui finit par s'apprivoiser. À leur façon, ces structures polyrythmiques évolutives, qui se dessinent au travers le séquenceur, la boîte à rythmes et les effets percussifs, sont tous entraînantes et privilégient souvent des mélodies cadencées sur des arpèges plus limpides, sinon de belles textures organiques qui enrichissent une écoute qui trouve plus de dynamisme avec un casque d'écoute. Les ambiances sont aussi moins éthérées sur cet album offert, uniquement en téléchargement. Elles sont plutôt sombres avec un penchant pour une vision chtonienne, flirtant même avec les troublants phénomènes qui dépassent les cadres de l'Halloween.

Synergetic Beat vit sur deux structures de rythmes, une finement saccadée et l'autre plus bondissante avec un subtil dribblage de séquences, créant un rythme décalé qui nous entraine sous des solos harmonieux qui sont sifflotés par un synthé dans des ambiances qui sont toujours au diapason d'un univers surnaturel. Ces ambiances se retrouvent aussi dans l'ouverture de Symbiosis qui propose une structure de rythme poussée par les ondulations et les orchestrations du synthé. Des cliquetis percussifs veillent à encadrer ce titre qui fait chanter son synthé aussi bien que dans n'importe quel titre de SYNERGIA. Forces of Synergy propose une structure assez similaire et comprend une très belle mélodie poussée par un clavier lyrique. Les effets de voix, plutôt des paroles, interstellaires coulent assez bien, alors que les fredonnements d'une voix féminine sont simplement divins. Cantate al fine propose une structure de rythme harmonique. Une ligne du séquenceur sautille en dribblant, alors qu'une autre ligne bondit avec ce croustillant effet organique. La mélodie du clavier épouse à merveille une voix séraphique féminine dans un contexte musical inspiré du cinéma Français des années 70. Synergistic Fusions, fait en collaboration avec Syndromeda, est un des bons titres ici. Son ouverture est tissée entre des ondes de synthé et des lignes plus mélodieuses qui s'accouplent afin de donner une texture sibylline. Le rythme vit sur deux visions, une fluide et l'autre bondissante, créant par moment un effet de stop'n'go. Un modèle de rythme récurrent dans cet album. Profitant bien de ses 9 minutes, le titre évolue avec une belle saveur de Tangerine Dream contemporain dans le ton, genre la Sonic Poem Series. Forces of Synergy, fait en collaboration de Xyrion, est structuré comme Symbiosis. En ce sens que ce sont des orchestrations qui propulsent son rythme légèrement gondolé par une forme de lent staccato. La ligne de basse fait tout le travail de soutien rythmique. La musique dévoile une belle mélodie poussée par le clavier, et plus tard par des solos de synthé. Les effets de voix, plutôt des paroles, interstellaires coulent assez bien, alors que les fredonnements d'une voix féminine sont simplement divins. Le titre est plus cosmique avec un clavier assez lyrique.

Symbiotic Sequences est un autre très bon titre. Son rythme est binaire avec un flux ondulatoire qui subdivise sa portée avec des phases plus linéaires. Ce très bon rythme électronique est secoué par des éruptions momentanées d'un tandem de séquences et de percussions qui va et vient par secousses percussives. Et le synthé lance de beaux solos très harmonieux. Composé avec Small Chief, Scherzo Synergia débute avec une séquence qui sautille d'une oreille à l'autre avec un effet élastique de ficeler à ses bonds. Ce rythme a deux têtes. Une qui sautille sans arrêt et l’'autre qui avance à pas-de-loup. Ici aussi le séquenceur fait dribbler ses ions sauteurs, créant une structure toujours en mouvement avec un bel effet de décalage. On y trouve une belle essence orientale, autant dans le rythme que les ambiances et les mélodies que fredonnent un synthé toujours créatif. Élaboré avec la complicité de Synthasy, Fantasia con glissando est un autre gros titre qui débute avec un lourd rythme pulsatoire. Le rythme accélère la cadence avec une ligne de basses pulsations soutenue par un très beau maillage d'effets et d'éléments percussifs. Son décor caresse les immensités du Cosmos et les mélodies du synthé flirtent en contrepartie avec une vision légèrement plus spectrale. Les harmonies et les orchestrations semblent inspirées par l'univers de Vangelis. Très beau, le clavier émiette des arpèges qui tintent dans une musicalité fracturée par une vision d'errance qui nous conduit à un très beau passage atmosphérique autour de la 5ième minute. Ici aussi, les séquences ont cette texture organique et cette folle envie de déborder, comme ces percussions qui tentent de réanimer ce passage méditatif guidé toujours par ce clavier aux cent arpèges mélodieux. Très poétique cosmique, cette phase atmosphérique s'étire sur plus de 5 minutes avant que le rythme réanime timidement Fantasia con glissando qui reste guidé par les tintements de ces arpèges résonnant comme du verre lyrique. Composé avec Sensory++, Symbiogenesis débute avec un rythme qui ondule sournoisement, de concert avec des pépiements cadencés, avant de se faire apostropher par des roulements de percussions électroniques. Ça donne une structure entre deux vitesses qui va prendre son élan en étant emporté par les élans du synthé. Les synthés ont une texture cinématographique avec des harmonies enlevantes comme parfois plus poignantes, attirant le rythme dans une sphère statique, où il galope dans un immense bouillon sonore, avant que le titre ne se termine dans un fracas symphonique qui peut procurer une bonne dose de frissons.

Au final, cette dernière offrande de Micado demande un peu plus de travail pour l'écoute. Signe d'une MÉ qui va engendrer des heures de plaisir auditif tout au long de sa découverte que Frans Lemaire recommande de faire avec un casque d'écoute. Et effectivement, c'est de cette façon que j'ai le plus apprécié les nombreux sortilèges musicaux de ce SYNERGIA.

Sylvain Lupari (28/10/22) ****½*

SynthSequences.com

Disponible au Micado Bandcamp

(NB : Les textes en bleu sont des liens sur lesquels vous pouvez cliquer)

94 views0 comments