top of page
  • Sylvain Lupari

Mypan Mixta Caseo Patina (2022) (FR)

Un très bon album de A à Z!

1 The Sudden Collapse of the Circle 2:24

2 Somnum 6:30

3 White and the Black Point 5:24

4 Scottish Dance with Wooden Spoon in the Hand 3:36

5 Laponica Noodle Pulmenti 3:32

6 Weichspüler 4:38

7 Orange and the Green Triangle 4:00

8 Echoes from Stephenson 2-18 16:58

SynGate Wave MP02

(DDL 47:03)

(New Berlin School)

La plus grande frustration que j'ai connu à la découverte de ce chef-d'œuvre deJohannes Schmoelling, Wuivend Riet, est que le célèbre 3ième membre de la plus faste période de Tangerine Dream ne poursuivrait pas dans cette veine. C'est donc avec un énorme plaisir que je me suis intéressé à ce dernier album-téléchargement de Mypan qui vient de paraître sur SynGate Luna. Vous me voyez venir n'est-ce pas? Même si un écart de plus de 4 ans sépare les deux albums, MIXTA CASEO PATINA suit les grandes lignes de Perpetuum Musica Momentum, un bel album de musique électronique (MÉ) très accessible et hyper-mélodieuse. Les deux albums sont construits autour de thèmes mélodieux qui sont accrocheurs et qui n'ont rien en commun. C'est la façon de faire de Michael Stehl qui dépeint sa musique comme étant une extension de lui-même; un personnage coloré, parfois simple, parfois fou et avec beaucoup d'humour et d'imagination. À la différence que ce plateau de fromages mélangés, traduction libre de MIXTA CASEO PATINA, offre un éventail de mélodies brodées dans une délicieuse complexité et où les parfums sonores du milieu des années 80 resplendissent et où cette impression d'entendre du bon vieux Johannes Schmoelling est plus que tangible. Surtout cette période de Wuivend Riet.

Une note basse du piano électronique, un filet de voix célestes et une délicate mélodie maquillent d'étranges frottements sonores en ouverture de The Sudden Collapse of the Circle. Plaisant ou agaçant? J'imagine que ces bruissements sont un appel à notre imagination afin de percevoir l'effondrement soudain du cercle. Je suis toujours indécis! Mais les chatoyantes résonnances des arpèges qui errent avec un boulet de mélancolie attacher à cette première mélodie de ce nouvel album de Mypan, font passer ces effets sonores en second plan. Et lorsque les staccatos des cordes mordent nos oreilles, nous avons déjà oublié les 40 secondes de cette ouverture. Les cordes et les cors d'harmonie s'entrelacent violement dans un contexte philarmonique que Michael Stehl dirige vers de furieuses percussions symphoniques. Il y a beaucoup de mouvements pour un titre d'à peine 2:30 minutes! Habituez-vous, ça ne sera pas le seul dans MIXTA CASEO PATINA. Somnum suit avec des séquences nerveuses qui s'agitent sur place dans le but de soutenir cette fabuleuse mélodie qui berce nos tympans. Cette mélodie est à la fois moqueuse et mélancolique sur un clavier qui permute sa teinte de verre pour une approche plus stylisée d'un synthé aux solos calqués sur la mélodie strassée. Et, contrairement à The Sudden Collapse of the Circle, Somnun utilise ses 6:30 minutes dans un parcours minimaliste qui fini par tisser un agréable ver-d'oreille. Nous sommes très près de Perpetuum Musica Momentum avec ce titre. White and the Black Point propose initialement une structure de rythme sans vie pour les pieds, mais efficace pour les neurones, avec des petits pas cadencés qui avancent lentement autour d'une nuée de cliquetis. Ce qui sonne grossièrement comme un mélange entre un gros trombone et un tuba, jette une bourdonnante ombre vampirique. Les cliquetis imposent leur présence avec Un accroissement du volume, tandis que cette nappe de basse vibrionne d'une façon menaçante. La musique et son rythme épousent une procession irréelle au pays des délices électroniques pour finalement devenir entraînant avec un bon jeu de percussions qui le rend lourd et lent. Des arpèges, toujours vêtus de cette tonalité en verre, se collent en une suite chevrotante afin de créer une fascinante mélodie. Ce titre fait indéniablement penser à certaines structures de Wuivend Riet.

On peut aisément valser comme giguer sur le rythme de danse traditionnelle qu'offre Scottish Dance with Wooden Spoon in the Hand. Les orchestrations sur ce titre sont de la haute voltige musicale et nous guident vers une somptueuse vision mélodieuse soufflée par un synthé aux souffles aussi de flûte en verre de crystal vierge. Pépiements de canards cybernétiques sur une ritournelle frappée dans un xylophone, Laponica Noodle Pulmenti est ce genre de titre qui démontre le côté humoristique de Mypan. C'est mignon et accrocheur avec un petit côté créatif qui flirte avec l'univers de Robert Schroeder. Weichspüler est une étonnante ballade, comme une comptine cosmique, sise sur un duel entre un clavier et ses notes chatoyantes dont l'effet miroitant s'accroche à un délicieux timbre flûté du synthé. J'ai trouvé ça tellement beau que même cette voix issue du Cosmos n'en a altérer sa majestuosité. Un délice pour les romantiques et ces âmes au passé lourd! Orange and the Green Triangle propose un rythme aussi fluide qu'une valse à haute vitesse bien encadrée dans de très bons arrangements. Vous connaissez ces courses de frayeur dans de longs corridors noirs où la victime est sur le point de se faire tuer? La musique donne cette image auditive mais dans un débit nettement plus rapide. La cadence est soutenue par une union entre une ligne de basses-pulsations et de sobres percussions électroniques ainsi que des cliquetis percussifs qui tintent comme des marionnettes en folie pour injecter une phase arythmique plus animée. Les orchestrations sont de soie avec un synthé qui ne ménage pas aussi ses solos mélodieux. Aussi délicieux que curieux! Avoisinant les 17 minutes, Echoes from Stephenson 2-18 propose une ouverture organique, battements circadiens accélérés, et cosmique qui est en relation avec cette étoile supergéante rouge de la constellation de l'Écu de Sobieski. Ces premiers instants nous projettent littéralement dans le Cosmos jusqu'à ce que le séquenceur fasse courir une ligne de rythme qui zigzague en donnant cette impression de dérailler. Cette ouverture atypique se projette dans le vide et l'écho de son silence qui se traduit par des bruits de cerceaux qui s'entrechoquent et une lointaine mélodie sise sur un chapelet circulaire d'arpèges aux teintes opalines. La mélodie s'arrime à une ligne de basses-pulsations qui nous projette dans les dimensions rythmiques de Zeit, un majestueux titre de cet album-phare de Schmoelling. Un titre obsédant qui accapare notre niveau d'obsession sur son parcours de 17 minutes. Un phénomène récurrent dans MIXTA CASEO PATINA où chaque titre, peu importe son niveau d'accessibilité, est une source de plaisir auditif hors du commun. Très bon de A à Z!

Sylvain Lupari (17/12/22) ****¼*

SynthSequences.com

Disponible au SynGate Bandcamp

(NB : Les textes en bleu sont des liens sur lesquels vous pouvez cliquer)

281 views0 comments

Recent Posts

See All