• Sylvain Lupari

OTARION: Decide (2017) (FR)

“Rainer Klein réussi un tour de force en écrivant 9 actes musicaux évoluant dans le chaos et en trouvant une façon de les assembler afin d'en soutirer le meilleur”

1 Each Other 9:41 2 Considered 5:12 3 Contemplate 4:35 4 Varied 6:18 5 Unpublished 8:12 6 Seven Chapters 12:15 7 Behold 6:28 8 Decisived 8:43 9 Alternate 7:44 MellowJet Records | cdr-ot1701 (CD/DDL 69:08) (Cinema-orchestral E-Rock)

DECIDE marque la fin d'une époque pour Otarion. Après la trilogie de Genius, Monument and Constellations and the Red Thread Front, Rainer Klein tourne la page en proposant un album résolument plus rock avec 9 titres qui évoluent constamment à travers leurs cadres de temps. Fidèle à sa vision d'éternel romantique, le musicien Allemand réussit à insérer un peu partout ces petits blocs d'émotion, de musique poignante, qui jouent très bien sur les évolutions de gros rock et de danse qui alternent à l'intérieur des 70 minutes de DECIDE.

Une ligne de séquences ondule avec une forme rythmique sous les résonnances de quelques accords graves. De cette introduction teintée de nostalgie, la structure rythmique de Each Other étend sa dominance avec de beaux effets de guitares et une ligne de séquences papillonnantes qui s'accouple à des percussions dont la rigide structure s'écrase dans un bref passage d'ambiances. Des effets de voix (Talkbox) s'incruste alors qu'un maillage de percussions, feutrées comme métalliques, tentent d'amener Each Other vers un E-Rock dans le genre Tangerine Dream des années Seattle, sauf que la structure déborde en une plus lourde et vivante. Du rythme qui se fond dans du non-rythme, du Techno qui épuise son énergie dans une approche plus rock, ce premier titre est à l'image des 8 autres qui se métamorphosent constamment à l'intérieur de leurs minutes et secondes. Des effets d'intensités, de lourds riffs, des percussions en mode rock et des séquences agiles qui vibrionnent nerveusement, les vicariantes structures de cet album nous tiennent constamment sur le qui-vive. De belle ballade, Considered permute en une phase Techno imbibée de tonalités organiques avant de reprendre la quiétude de son introduction. Contemplate propose un rythme rock soutenu par de très bonnes percussions et des séquences qui se bousculent en saccades avant de terminer sa course dans une phase plus éthérée. J'aurais aimé que le rock se poursuive plus longtemps. Petite introduction de brume et de voix, Varied est un titre qui évolue avec constance. Il y a de bons effets de percussions, on dirait une fourmi géante qui mâchonne une galette de tourbe, il y a de très bonnes percussions et de bons effets électroniques sur cette structure qui atteint un statut de Dance et Disco. Ça fait très Moonbooter avec un hymne de transe toujours serti de petites bribes de romantisme.

Plus rock, avec de bons effets de guitare, Unpublished traverse les mêmes courants d'incertitude que Each Other. Sauf qu'ici, la musique évolue entre du rock sauvage et des brefs moments de rock progressif. Si on aime le côté plus rock progressif de la musique, Seven Chapters est le moment fort de DECIDE. Son introduction est moulée dans la nébulosité avec une onde d'orgue qui ondule dans des vapeurs d'un mystérieux étang. Une délicate approche de ballade en ressort et étend un filet de tendresse avec un beau chant flûté. Et soudain, tout se met à palpiter. Les séquences et percussions s'agitent et les accords deviennent moins nuancés, plus incisifs. Des riffs se mettent à mordre les ambiances, invitant une guitare à mouler ses solos sur les harmonies du clavier. Rien n'explose et tout implose tandis que Seven Chapters creuse à l'intérieur de son histoire pour déployer moult charmes et effets de surprises dans une structure tout de même plutôt sage, considérant ses charges d'émotions. Après une délicate intro avec des arpèges qui miroitent dans des corridors de brises sombres et de voix absentes, Behold explose en un bon rock sculpté autour de bons arrangements. Decisived fait bande à part avec une structure très spasmodique qui agace dans un contexte où tout est désordre. Par contre il y a de bons riffs qui surprennent. Alternate clôture avec une approche plus près des ballades de la trilogie amorcée avec Genius. En fait, le titre aurait pu nicher sur ce superbe album d'Otarion. Le rythme progresse dans son cocon d'homogénéité, fait rare dans cet album, avec une belle complicité entre percussions et séquences, la force de DECIDE, et sous des accords et des larmes de guitare. On écoute et on a le goût de réentendre le trop bon Genius.

Quant à DECIDE! C'est un album qui plaira sans hésitations aux fans d'Otarion. J'ai bien aimé ce désordre de rythmes, d'harmonies et d'ambiances. Et je suis fan! Pour ceux qui cherchent à s'introduire dans son univers, c'est une autre histoire car les structures très disparates peuvent décourager cette quête à la découverte de l'univers d'Otarion. Mais à la longue on s'y fait et on découvre des perles, notamment dans la 2ième partie de cet album qui est de la pure dynamite. En fait, je crois qu'on peut s'initier à la MÉ de Rainer Klein avec ce DECIDE…sauf que c'est nettement plus facile avec Genius!

Sylvain Lupari (12/07/2017) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez MellowJet Records

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari