• Sylvain Lupari

PHROZENLIGHT: In Your Eyes (2020) (FR)

Dans l'ensemble, cet album est une expérience intéressante dans une vision de musique ambiante expérimentale

1 Twinkles in your Eyes 18:42 2 Chaos Feverdream 20:13 3 Trying to Fall in Sleep 19:19 4 Beyond the Border 16:49

Phrozenlight Music

(DDL 65:03)

(Ambient experimental music)

Une onde circulaire fait rayonner ses tintements et des arpèges y dansent aléatoirement. On perçoit une intensité latente qui pousse les tintements à former des cercles imparfaits et qui peu à peu deviennent des scintillements percussifs. Des éléments cosmiques se greffent à ce ballet de miroitements plus ou moins psychédéliques, alors que dans le décor un mouvement du séquenceur adopte cette tonalité de grelots chatoyants dans une texture ascensionnelle. Si certaines tonalités injectent un aura musical, d'autres dégagent des tonalités stridentes. Le séquenceur continue sa procession morphique, joignant un point cosmique où des étoiles filantes font siffler leurs sillons invisibles alors que d'autres étoiles scintillent pour inonder un univers où même les moines tibétains perdent leur chinois. Et comme ça, issu d'un son et de ses multiples facteurs réverbérants, Twinkles in your Eyes prend la forme d'une séduisante symphonie de carillonnements astraux. Cinq ans après ma dernière chronique à propos de Phrozenlight, l'album Black Week, Bert Hulshoff résiste à l'usure du temps et compose toujours sa musique à un rythme d'un album la semaine. Et comment est-ce? En fait, il ne manque pas de ressources!

Différents bruissements, mugissements et vents caverneux composent l'introduction de Chaos Feverdream. Et on imagine aisément la suite avec des cercles sonores sans axes directeurs qui encerclent ces éléments réverbérants. Des percussions ajoutent tonnerre et vacarme à cette tornade d'effets psychédéliques-électroniques d'antan. Si les percussions se sont évaporées, des riffs se greffent afin de soutenir une illusion rythmique qui tourne autant en rond que ces filaments sonores extirpés des souffrances d'un synthétiseur ayant perdu sa noblesse. Chaos Feverdream continue d'exploiter le chaos sous toutes ses formes dans un drame ambiant où la raison justifie les moyens! Trying to Fall in Sleep exploite aussi une longue structure musicale avoisinant les 20 minutes. L'idée est claire avec une douce ligne d'oscillations traçant un mouvement minimaliste qui servira de prétexte à saboter une belle texture endormitoire par différents attaques de sons et des fracas de rythmes éparpillés. Beyond the Border nous propose un mouvement ambiant né d'un tube de bourdonnements qui étend sa longue membrane aphasique. Privilégiant le Cosmos comme terre d'accueil, ce long boa ronronnant sert de base pour déposer divers éléments sonores dont l'écho fini par former un cortège cousu dans des secousses minimalistes. L'idée se tait au point des 11 minutes, donnant une seconde vie à ce mouvement de réverbérations qui polluent mon casque d'écoute dans une finale trop loin pour ma tolérance.

J'ai pensé que Twinkles in your Eyes donnait le coup d'envoi à un album intéressant. Sauf que Phrozenlight a plutôt caressé l'idée de la dissonance en faisant germer une masse de bruits blancs, de distorsions et de souffrances électroniques qui a atteint son point culminant avec Chaos Feverdream. Par contre, Bert Hulshoff démontre qu'il a de la suite dans les idées en donnant une couleur tonale propice aux visions de ses titres. Une expérience somme toute intéressante dans une vision de musique ambiante expérimentale!

Sylvain Lupari (31/07/20) ***¾**

SynthSequences.com

Disponible au Phrozenlight Bandcamp

34 views0 comments

Recent Posts

See All