• Sylvain Lupari

REMEMBER GREEN: Electro Shock (2011) (FR)

Electro Shock va au-delà des stéréotypes des Bang Bang and Tsitt Tsitt

1 Can you feel it/Electro Love 4:28

2 Electric Feeling 3:04

3 Electric Smile 4:10

4 Electricity through the Heart (With Nattefrost) 4:44

5 Electricity in your Eyes 4:26

6 Electro Dreams 4:39

7 Electro Shock (With Nattefrost) 5:08

8 Electro Technology 4:23

9 Get Electrified Now 4:20

10 Robot Song 4:19

Remember Green Musik

(CD 37:57)

(Elektro Synth-Pop Techno)

Remember Green est le projet musical de l'artiste et musicien danois Steen ChorchendorffJorgensen. Lancé lors du dernier Electronic Circus Festival, le 31 octobre 2011, ELECTRO SHOCK est un premier album. En fait, c'est un genre de mini album qui tourne sur une approche rythmique assez similaire. Un album qui bénéficie de la présence de Nattefrost sur 2 titres et qui offre 10 titres fortement imprégnés par une approche à la Kraftwerk, avec des voix robotiques qui initient la plupart des pièces et des rythmes teutoniques qui pulsent dans des ambiances légèrement morphiques d'une Berlin School érodée. C'est un bel album hybride qui va plaire tant aux amateurs de synth pop que de Berlin School.

C'est dans une belle confusion des rythmes et ambiances que s'ouvre ELECTRO SHOCK. Le son est fort et une ligne stroboscopique saccadée ceinture une ambiance en fomentation qui tergiverse entre son enveloppe rythmique et ses éléments planants. Si les premières tonalités de Can you feel it-Electro Love laissent présager un rythme fiévreux, son déroulement en est tout autre. C'est plutôt une ambiance pleine de retenue qui s'offre à nos oreilles avec des percussions et pulsations circulaires qui pilonnent des rythmes fracturés autour des sonorités de machines industrielles et électroniques, des voix robotiques à la Kraftwerk et de beaux éléments mélodieux tels que ligne de piano et brume cosmique. D'ailleurs le piano offre de beaux échantillonnages mélodieux qui sillonnent tout le parcours de l'album. Le rythme va et vient, dansant sur un grassouillet lit de séquences incertaines, des pulsations saccadées et des cymbales tssitt-tssitt. Electric Feeling nous plonge dans les rythmes lunaires avec des percussions/pulsations, des roulements et cliquetis de percussions qui roulent sur un rythme délicat trappé dans une belle enveloppe flottante, tissée par un synthé garni de brume mellotronnée. Les effets sonores cosmiques abondent et enrichissent cette structure musicale, tout comme les 9 autres titres sur ELECTRO SHOCK. Electric Smile offre un down tempo plus flamboyant, plus rythmé et aussi plus lourd. La fusion ambiant et rythme est délicieusement pourvue par une belle ligne séquencée qui moule un beau débit cannelé alors que l'approche mélodieuse est décorée par un piano aux notes qui s'égarent dans une forte ambiance électro-cosmique. Un peu comme sur plusieurs titres ici, c'est avec un vocoder que s'ouvre Electricity Through the Heart. Et même avec une belle approche séquencée circulaire et stroboscopique ainsi que des percussions aux roulements d'une étrange marche militaire spatiale, le rythme de Electricity Through the Heart est hyper doux à la limite planant. Et Nattefrost apporte une plus grande profondeur lunaire avec des couches de brume intense qui enrobent un rythme valsant. Toujours sur le même pattern, Electricity in your Eyes offre les premiers solos de synthé qui chantent sur les cendres d'un autre bon down-tempo.

Des percussions sèches et des séquences hachurées supportent le rythme lent et saccadé de Electro Dreams. Le titre trempe dans une belle ambiance cosmique où le rythme latent respire les approches rythmiques de Can you feel it-Electro Love. Plus on avance dans cet album et plus on plonge dans des structures rythmiques qui se ressemblent mais dont les fines variances attirent l'ouïe. C'est ainsi que l'on tombera sous le charme de la pièce titre dont l'approche est très Kraftwerk. Un synthé très musical recouvre un lit de séquences et percussions qui grenouillent de palpitations arythmiques. Encore là le rythme est lent et roule comme un zombie grugeant son os, alors que des lignes de séquences stroboscopiques moulent une approche emplie de confusion rythmique. Electro Technology est une belle ballade cosmique avec de percussions claquantes et une superbe séquence spiralée qui serpente un titre lascif aux belles réminiscences de Tangerine Dream. Get Electrified Now est une autre belle ballade emplie de brume. Une brume parfois stroboscopique qui ceinture des percussions roulantes, des séquences saccadées et des notes éparses d'un piano qui se cherche dans ce décor lunaire. Robot Song conclût ELECTRO SHOCK avec une forte approche technoïde des années synth-pop. Le rythme est entraînant avec ses énormes nappes de synthé qui embrassent les rythmiques valseuses des années 80. Des nappes saccadées et arquées sur une belle fusion séquences et percussions qui palpitent autour des échantillonnages de piano et des sonorités galactiques. C'est très bon.

Variations et subtilités sur le même thème! Toujours est-il que ce premier album de Remember Green offre une dizaine de titres qui se ressemblent étrangement, à quelques variances près. Sauf que Steen Chorchendorff va au-delà des stéréotypes des Bang Bang Boum Boum Tsitt Tsitt avec un intéressant dosage des rythmes parfois lents, parfois lourds et parfois plus fiévreux qui errent dans des enveloppes morphiques. Si ça déstabilise au début, on se laisse vite charmer par cet album venu de nulle part et qui mérite de sortir de l'anonymat.

Sylvain Lupari (24/12/11) *****

SynthSequences.com

136 views0 comments

Recent Posts

See All