© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle
  • Sylvain Lupari

ROBERT FOX: Cathedral (2017) (FR)

“La musique de Cathedral est construite sur 2 mosaïques de musique qui relient des moments paisibles et plus turbulents de manière très intense et théâtrale”

1 Cathedral Part I 33:10 2 Cathedral Part II 23:46 AD Music ‎– AD192 (CD/DDL 53:56) (Dark Ambient Music)

Le dernier opus en studio de Robert Fox, Still Waters, m'avait passablement séduit et ému. Un album qui avait eu tout un effet sur moi. C'était assez particulier puisqu'ordinairement ses albums mettent du temps à opérer leurs charmes sur le lit de mes émotions. Pourquoi? Peut-être à cause de cette riche texture orchestrale et de son abondance d'éléments soniques qui entourent une musique parfois très mélancolique et d'autres fois trop portée vers l'aspect théâtrale. Comme dans ce CATHEDRAL. Mais peu importe! Au final je finis toujours par me laisser séduire et transporter au pays de son imagination. Comme ici avec CATHEDRAL et son immense, ainsi qu'intense, mosaïque d'ambiances et de mélodies aussi ténébreuse que difficilement transperçable. L'idée de base derrière ce dernier album du compositeur d'Asafa est de créer une ambiance théâtrale autour d'une cathédrale et ses innombrables caveaux secrets. Là où soufflent des vents à nous faire lever les poils du dos et à fournir d'innombrables cernes de sueurs. Et pourtant, là aussi où les arc-en-ciel artificiels projetés par des vitraux multicolores et les murmures des anges réconfortent. En fait, le blanc et le noir, le mysticisme comme le chthonien, se livrent un perpétuel combat à l'intérieur des murs augustes. Un psaume capucin délie la première partie de Cathedral Part I. Des cognements de portes, des nappes de voix angéliques et une délicate berceuse pianoté sur un clavier sont les reflets de ce qui attend le visiteur auditif de CATHEDRAL. Première partie, car les deux longs fleuves soniques sont entrecoupés par différentes phases qui vont à de la musique purement méditative à une forme d'ambiances très claustrophobique où cognements, brises creuses et voix chtoniennes deviennent le contrepoids d'éléments d'ambiances plus aériens. Ainsi, l'auditeur, qui sursaute à plusieurs endroits, reste sur le qui-vive et se concentre sur les effets sonores et sur ces petits bouts de mélodies toujours mâchouillées par un clavier et qui sont le port d'attache d'un opus extrêmement difficile à ingérer si on n'est pas avant tout un amateur de musique ambiante sombre et d'atmosphères prieurés. À ce niveau Robert Fox offre de très beaux passages méditatifs dont un très beau après un autre cantique ascète vers la 14ième minute de Cathedral Part I. Sans doute le plus beau moment méditatif de cette partie. Cathedral Part II est plus musical et un peu plus intense, je la trouve plus belle aussi, avec de forts moments dramatiques et théâtraux. Les phases d’ambiances sont plus longues, donc on sursaute moins souvent, et plus mélodieuses. Les cloches de rassemblement pour les psaumes religieux sont même musicales. C'est tout dire! Il y a aussi une meilleure union entre la portion harmonique de CATHEDRAL et cette chorale angélique qui est moins présente que la franciscaine mais qui reste tout autant, sinon plus, séduisante. Bref, débuter par Cathedral Part II est une très bonne idée si l'on veut partir à la conquête de ce dernier opus troublant mais tout de même efficace de Robert Fox. Sylvain Lupari (22/07/2017) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au AD Music web shop

39 views