• Sylvain Lupari

ROBERT KALYOS: The Currents Of Pleasure (2022) (FR)

Un mélange du côté mélodieux de Vangelis avec les rythmes et la musique de film de TD

1 The First Love 6:35

2 Electric Step 5:04

3 The New Experience 5:43

4 Beat in Dreams 4:23

5 The Room of Wishes 4:21

6 Round Dance 4:19

7 Streets of Fire 3:32

8 Loneliness 5:41

9 Electrical Atmospheres 11:00

10 The Flight of Freedom 7:08

11 Into the Light 5:58

Robert Kalyos Music

(DDL 63:47)

(Melodic New Berlin School)

L'univers musical de THE CURRENT OF PLEASURES repose sur des bandes sonores imaginaires de films qui n'ont jamais été tournés. Qui n'a pas de ces films secrets dans la tête? Eh bien, Robert Kalyos nous propose 11 titres qui sont des passages vers ces scénarios complètement fous qui ont illuminé nos secrètes visions. Comme les précédents albums du musicien Italien, THE CURRENT OF PLEASURES est disponible uniquement en format téléchargeable. La production est sans reproche avec un bon mixage et une bonne masterisation de façon à bien isoler les lignes de rythme qui se multiplient et/ou dédoublent, les évolutions des rythmes et des atmosphères plus souvent qu'autrement glauques. La musique est composée en mode narrative avec une forte influence de Vangelis au niveau des structures mélodieuses et Tangerine Dream au niveau des rythmes, des évolutions de ces rythmes et des patterns du séquenceur. Une fine couche de rétro Dark Wave recouvre la musique de cet opus qui est fortement parfumés des saveurs musicales des années 80. À noter que 3 titres de l'album ont été retravaillées avec des minutes supplémentaires et sont vendus à part. À vous de décider si ça vaut le coût!

Pas vraiment pour une histoire d'amour, The First Love débute ce nouvel album-téléchargent avec une musique pour film d'action. Structuré sur un débit vif de basses pulsations, le rythme suit le trajet d'une équipe tactique en hélicoptère. Des sillons argentés peinturent le ciel de nappes ondoyantes, annonçant la venue d'arpèges mélodieux qui bondissent sur le tarmac du rythme. Des effets tournoyant du synthé ajoutent une profondeur très réaliste d'un film d'action sur une structure de rythme qui finit par faire tourbillonner nos émotions et les sens avec un crescendo dans l’intensité, et ce tant au niveau rythme que ambiance, que des orchestrations enveloppent d'une réelle essence cinématographique. Si le rythme fait très TD, style The Park Is Mine, la mélodie est tissée dans les rêveuses harmonies de Vangelis. Et ça ne sera pas le seul titre du genre dans cette belle collection de musique électronique (MÉ) qu'est THE CURRENT OF PLEASURES. Le titre existe aussi en version reprise minimale qui propose une texture légèrement différente. Assez pour que le tentation de se la procurer est bien tangible. Une ombre ocrée arrime le rythme lourd et lent de Electric Step à nos oreilles. Des vagues de synthé tracent un genre de mélodie dont l'évanescence se fait absorber par les envolés romanesques d'un gros nuage d'orchestrations brumeuses qui fait flotter et valser sa nuée de cordes de violons. Anodin, le rythme reste captivant de par sa résonnance, par l'impact enivrant des percussions pesantes et incisives. On se laisse hypnotiser par ces frappes lorsque le séquenceur délie une structure de rythme harmonique après la 3ième minute. Elle ondule et zigzague dans un très beau pattern ascensionnel typique de la Berlin School. Un titre à prime abord sans ambition qui foudroie nos oreilles dans une très belle seconde partie! C'est une lourde nappe d'orchestrations enrobées de grésillement et de bruits blancs qui développe The New Experience. La musique reste en suspension avec des élans retenus des orchestrations d'où s'échappent des airs de synthé qui dominent les ambiances avec une vision symphonique. Il y a beaucoup d'effets de réverbérations dans ce titre atmosphérique qui s'anime avec un rythme sautillant et sans conséquence vers la 4ième minute. Des pads de synthé corrosif et réverbérant sonnent la charge de Beat in Dreams qui propose d'emblée un rythme lourd et lent avec des effets percutants des percussions. Il y a une petite sensation de trémolo de la ligne de basse nerveuse dans ce rythme qui prend une tangente plus spasmodique. L'approche mélodieuse est de teinte grave et l'enveloppe dégagée par le synthé fait très Tangerine Dream des années Logos. Le musicien Italien propose aussi une version remixée étirée de quelques 3 minutes. Les effets percussifs et le rythme est plus tranchant sur cette version que j'aime mieux. The Room of Wishes est un titre atmosphérique qui déploie ses ailes brumeuses au-dessus d'arpèges qui télégraphient une approche à la fois rythmique et mélodique. Le clavier émiette une envoutante approche mélodieuse qui tinte dans une brume mythique. Le séquenceur active une ligne de rythme sautillant après la seconde minute et demie, structurant un inoffensif rythme linéaire.

Par la suite Robert Kalyos propose 2 titres totalement fous! Round Dance épouse une vive structure de Dark Wave à la The Cure, pensez à l'album Seventeen Seconds, sur un rythme possédé par une texture organique. Le synthé y couche une très bonne mélodie vampirique sous de longues formes de solos dans une tonalité qui reflète bien les années 80. Le rythme prend une tangente bipolaire avec l'ajout d'une ligne circulaire du séquenceur et des effets de claquements de mains. Bousculé par de vives oscillations, Streets of Fire est un autre titre enflammé sur un bon maillage de basse, percussions électroniques et séquences. L'enveloppe harmonique est poussée par des arrangements qui iraient très bien avec un film de Casper le fantôme en version plus noire. Après ces deux titres très énergiques, Loneliness amène un peu de répit dans une texture de musique d'ambiances ténébreuses dont la procession tire une mélodie qui est triste et lourde de ses soupirs mélancoliques. Un très beau slow-dance ténébreux et émouvant. Plus long titre de cet opus, Electrical Atmospheres propose une structure évolutive qui débute par un rythme bondissant comme si il était enveloppé d'une membrane caoutchouteuse. Le synthé souffle des airs tamisées par un mélange de souffles et de flûte spectrales. À priori minimaliste, la musique entreprend un virage rythmique un peu avant la 6ième minute avec l'ajout d'une autre ligne de percussions et du séquenceur dont le jumelage structure un rythme électronique qui bondit plus vivement dans une forme stroboscopique. Cette phase fait aussi très Tangerine Dream de la période White Eagle tant au niveau structure de rythme que de la mélodie du synthé. Les percussions et une ligne de riffs séquencés imposent en premier un rythme lent à The Flight of Freedom. On reste toujours dans cette vision de musique pour films d'action et de suspense avec des accords de clavier qui barbouillent les ambiances avec des effets de splash sonores et des ondes de réverbérations. Une vision mélodieuse soutirée à un univers dystopique se greffe à ces ambiances. La ligne de riffs se détache peu à peu, donnant deux vitesses à un rythme qui s'épanouira avec la nouvelle élan d'une ligne d'arpèges aussi mélodique que rythmique. Ce titre existe aussi dans une version étirée de 8 minutes et propose une autre finale avec un bon débordement rythmique. Into the Light termine cette dernière offrande de Robert Kalyos par une musique atmosphérique ayant une lourde essence gothique qui me fait penser aux mystérieuses et nébuleuses ambiances de la musique de The Cure, toujours de l'album Seventeen Seconds.

De la bonne MÉ bien faite et pas compliquée pour 2 sous, sauf peut-être pour Electrical Atmospheres, THE CURRENT OF PLEASURES se compare à une compilation des meilleurs titres d'une bande originale fictive tant la musique y est belle, entraînante et mélodieuse. Un très bel album de Robert Kalyos dont le seul défaut est de durer 64 minutes!

Sylvain Lupari (25/07/22) *****

SynthSequences.com

Disponible au Robert Kalyos Bandcamp

141 views0 comments

Recent Posts

See All