• Sylvain Lupari

ROBIN BANKS & STEVE SMITH: Stealing Time (2017) (FR)

“C'est du gros E-rock fait avec les essences pures du England School qui sait comment amener constamment la musique vers d'autres niveaux”

1 Space & Time 8:48 2 Lost in 1969 10:11 3 Time Machine 7:18 4 Alternating Timeflow 12:00 5 Transmutation 11:24 6 The Morning After 8:26 7 Rock of Ages 8:59 Groove | GR-235

(CD/DDL 68:07) (England School E-Rock)

Voici un album de MÉ typiquement Anglais. STEALING TIME est le fruit artistique d'une rencontre entre deux musiciens qui étaient dans une mauvaise passe. Robin Banks est un pianiste de formation classique qui a composé de la musique pour la télé et des jingles commerciaux pour la radio en plus d'avoir joué pour divers groupes, dont un avec Steve Smith. Désillusionné par l'industrie de la musique et atteint de la maladie de Menière, il abandonne ses ambitions musicales. Steve Smith est une figure relativement connue dans le milieu. C'est la moitié du duo Volt et un membre du célèbre trio Tylas Cyndrome. Souffrant d'une profonde dépression, il estime que de travailler sur un nouveau projet pourrait l'aider à s'en sortir. Il réussit à faire changer d'idée ce vieil ami qui accepte son invitation à visiter son studio. En dépit de leurs points de vue divergents sur la façon de composer la musique, le duo signe un petit bijou où les différences se transforment en parfaites symbioses.

Un ballet d'étoiles filantes et des effets percussifs initient l'éveil de Stealing Time. Un piano étale une courte mélodie évasive au travers un voile d'effets sonores et deux minutes plus tard, Space & Time prend les guides d'un bon rock électronique. La structure de rythme est tissée dans une formule qui change de visage entre son approche vive, où la mélodie pianotée devient aussi vivante que ce chapelet de séquences dont les ions déboulent vivement en mode