• Sylvain Lupari

ROMERIUM & APOCLIPTIC: Mysterious Depths of the Ocean (2022) (FR)

Du bon Dark Ambient avec une image sonore réaliste des profondeurs de l'océan

1 Epipelagic Zone 10:28

2 Mesopelagic Zone 10:26

3 Bathypelagic Zone 10:56

4 Tenebris Profundis 11:40

5 Abyssopelagic Zone 11:44

6 Hadalpelagic Zone 10:40

Romerium Music

(DDL 65:54)

(Dark Ambient Music)

On ne peut pas taxer Romerium de manquer d'inspiration. Ni d'idées! Cette fois-ci, il fait équipe avec un étudiant et sculpteur d'ambiances du Sound Education de Hollande, Apocliptic, afin de nous proposer un voyage en sons et musique dans les mystérieuses profondeurs de l'océan. MYSTERIOUS DEPTHS OF THE OCEAN est disponible en uniquement téléchargement et dans une production-maison qui se déguste nettement mieux avec des écouteurs. Cette nouvelle symphonie pour musique d'ambiances océanographiques est construite autour de 6 titres qui possèdent un même espace-temps de plus ou moins 11 minutes. C'est amplement suffisant pour élaborer ces pièges de musique d'ambiances sous-marines avec de bonnes orchestrations océanographiques où les images de Cousteau s'agencent sans problèmes aux perceptions musicales et sonores de Rene Montfoort et de son nouveau comparse sonore.

L'aventure débute avec Epipelagic Zone qui propose une structure ambiante avec de belles nappes de synthé océanographiques. L'emprise des nappes est saisissante et le sera tout au long de cette nouvelle excursion de Romerium et Apocliptic. Le son vibre avec ces bourdonnements aquatiques qui tout en ayant le même effet que dans Mysterious Fog (Ambient Drone Melodic) ont ce goût de l'eau qui s'échappe entre des milliers de minuscules bulles d'oxygène. Un clavier sculpte une ballade ambiante qui se balance entre deux couches d'eau sur un lent mouvement poussé par de bons arrangements orchestraux avec de très ingénieux effets sonores qui nous plongent littéralement dans un environnement où les bruits quotidiens, comme les lueurs du jour, se mêlent à une flore tonale aquatique. Cette façon de sculpter ces mélodies évanescentes séduira aussi notre écoute sur une bonne longueur de MYSTERIOUS DEPTHS OF THE OCEAN. Ces bruits de fond marin, ceux des bulles d'oxygène et de poussières d'algues continuent de remplir les ambiances de Mesopelagic Zone qui, malgré sa descente vers les bas-fonds, laisse entendre ces miroitements liés à l’écosystème des océans et cours d'eau. Percutant la valse intemporelle de ces nappes amphibiennes, ils structurent un séduisant rythme flottant dans le début des abysses océanographiques où les lumières fuient leurs reflets quelques 1000 mètres sous l'eau. L'imagination aidant, on peut même commencer à entendre les divers troupeaux marins, comme ces bêlements d'hippocampes qui florissent entre ces bruits venus d'ailleurs. Bien que chaque titre soit indépendant, la faune et les ambiances se suivent dans des schémas d'intensité qui correspondent à la descente, à l'exploration des couches de profondeur derrière le concept de cet album. Ainsi, l'introduction de Bathypelagic Zone est de mystère avec cette impression de descente vers de nouveaux abysses. Et comme dans toute descente, l'inconnu possède ce caractère de frayeur passagère bien décrite par la texture sibylline des nappes de synthé. Des cognements épars, comme de lointains signaux, finissent par former une structure rythmique qui s'enveloppe d'une belle texture de fredonnements élégiaques. Bien que nous soyons entre 1,000 et 4,000 mètres sous l'eau, le duo libère une fascinante structure de rythme qui fait très Vangelis et qui vogue à bonne vitesse entre deux grosses masse d'eau.

Comme à l'image de son titre, Tenebris Profundis exploite une texture de musique ambiante ténébreuse avec des lignes de synthé qui possèdent un caractère sibyllin. La couleur tire vers un bleu acrylique ululant comme les sirènes des profondeurs marines. Le chant est aussi intense que le bleu acier peut-être perçant. Les bulles d'oxygène se font toujours entendre, de même que des riffs de clavier qui s'égarent entre les caresses auditives des arrangements, qui apportent une belle essence musicale au titre, et ces remous qui sont mieux définis au niveau de la perception sonore tout en créant un rythme fantôme comme les lents mouvements des méduses. On arrive à un autre niveau avec Abyssopelagic Zone où tout est noir, sauf pour la couleur albinos de ses habitants. Et nous les entendons en sons avec des tintements éparses qui nous rappellent que même dans un univers aussi abyssal la vie existe et qu'elle fait sa place. La résonnance des cognements sourds, entendus plus au début et vers la fin, ajoute une texture dramatique à la musique. Nous atteignons la zone inconnue des océans avec Hadalpelagic Zone. Ce point toujours inexploré pourrait être la porte vers les ténèbres, comme celle du Cosmos ou encore d'un univers parallèle tant les sons, le mouvement des nappes et les orchestrations sont aussi invitants que déroutants.

Romerium et Apocliptic nous propose un album-téléchargement de musique d'ambiances aussi ténébreuses que les 5 niveaux de profondeur des océans tel que ciblé par le duo. Un pari audacieux où ils réussissent à nous tenir éveillé dans un univers où un moment ennuyant pardonne. Chaque titre, exception peut-être du dernier, a ce petit quelque chose, comme dans Mysterious Fog (Ambient Drone Melodic) qui captive et nous tient bien éveillé avec une texture des sons et ces effets de descente vers de nouvelles profondeurs qui s'arriment plutôt bien aux visions de nos oreilles.

Sylvain Lupari (25/04/22) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez Romerium Bandcamp

141 views0 comments

Recent Posts

See All