• Sylvain Lupari

ROMERIUM: Mysterious Fog (2021) (FR)

C'est agréable de découvrir sa musique, même qu'elle flirte avec l'inconnu

1 Old Trees and Autumm Leaves 8:00

2 Dew on the Grass 7:28

3 Mirrors of Mist 12:48

4 Lonely Distress 8:00

5 Nothing Beneath my Feet 8:32

6 Fog's Thickening Grasp 8:56

7 A Heart full of Sorrow 8:00

8 A Forgotten Tale in the Fog 7:18

Romerium Music

(DDL 69:02)

(Drone Dark Ambient)

Est-ce que la musique électronique à base de bourdonnements peut devenir harmonieuse? C'est le pari lancé par Romerium. MYSTERIOUS FOG (Ambient Drone Melodic) est un album-téléchargeable centré sur les bourdonnements de la musique ambiante ténébreuse. Ce qu'on appelle Drone Music. Majoritairement ambiant et méditatif, on y trouve très peu d'harmonies, c'est aussi une musique texturale qui peut flirter avec des chants de gorge shamaniques ou qui peut s'identifier à des déplacements de lourds vaisseaux spatiaux comme effets sonores. Pour ce nouvel album, l'artiste Néerlandais chercher à filer des textures mélodieuses dans cet étrange univers qui peut faire bourdonner vos oreilles…

Disons que Old Trees and Autumm Leaves part bien le débat! Un mouvement minimaliste de la texture de ronflements synthétisés étend son noir linceul en une longue nappe qui recueille une brume vêtue de cette culture du mystère. Cette brume orchestrale, qui épouse plutôt bien les points d'implosion de cette ligne de drones, se dissipe pour laisser entendre des éléments célestes papillonner ici et là. Une belle phase méditative qui perce à peine cette ligne gutturale qui a conservé la même forme tout au long de ses 8 minutes. C'est le côté harmonique de la musique bourdonnante qui souffle le départ de Dew on the Grass. La couleur de la musique va très bien avec ces souvenirs de voir la rosée du matin sur une lisière ensoleillée. Le mouvement ondule paisiblement avec de vagues explosions tonales qui semblent injecter autant de brume que de résonnance à ce très beau titre dont les mouvements ambiants rappellent l'univers de Steve Roach. C'est une énorme brise ténébreuse qui fait monter Mirrors of Mist à nos oreilles. L'ascension est assez brutale avec un dense voile sombre, quasiment sinistre, qui continue sa montée vertigineuse comme si des mains poussaient la musique vers les cieux. La tranquillité de cette intense brise chtonienne est perturbée un peu après la 7ième minute par des éléments que l'on discerne de peine et de misère, comme dans Old Trees and Autumm Leaves, dans cette immensité de cette enveloppe de vrombissements astraux. Sauf que ça brasse pour quelques secondes dans ce titre où l'absence de liens mélodiques s'explique assez facilement. Un titre ambiant sculpté dans des accords résonnants d'une ombre antithétique, Lonely Distress est un beau titre qui devrait plaire aux fans de Software. Derrière une immense muraille de bourdonnements, ces accords s'étirent en un bon Berlin School ambiant avec une dissonance tonale qui en fait son charme. Des effets d'arbalètes rebondissant s'attachent à cette ascension cadencée qui se fait graduellement aspirée par cette muraille de drones flottants pour devenir à peine perceptible. Mais l'empreinte est laissée et un ver-d'oreille y dort confortablement!

Les ambiances de Nothing Beneath my Feet vont de pair avec le sens de son titre. Une descente dans le vide qui se transforme en odyssée cosmique avec ces effets sonores vintage. La brume est nettement plus significative et évocatrice ici que sur les 2 derniers titres de MYSTERIOUS FOG (Ambient Drone Melodic). On peut en dire autant pour les effets sonores d'ailleurs. Intense et harmonieux, Fog's Thickening Grasp exploite une texture où les effets de brouillard et de drones s'étreignent sur un long mouvement où l'aspect mélodieux se cache derrière chaque secrète impulsion de la musique. Un excellent titre qui transcende le genre exploité par Rene Montfoort sur ce nouvel album-téléchargeable de Romerium. Heart full of Sorrow continue un peu dans cette veine. À ce stade-ci, nos oreilles bourdonnent autant que la musique proposée. Donc, on présume que les drones et la brume voyagent ensemble au-dessus d'une flore organique qui stabilise une nappe de cliquetis shamanique. Les arrangements ajoutent un peu d'intensité ainsi qu'une bonne dose d'émotivité par moments à une musique poussée constamment par ces effets implosifs. Un vent bourdonnant expose A Forgotten Tale in the Fog à la complexité d'un mouvement parallèle qui semble tresser en une multitude de bourdonnements carillonnés. Ces tintements se regroupent en une masse pastorale qui va en croissant, rappelant ce passage dans l'album Chronos (Angels, Bells and Pastorale) de Michael Stearns, pour tournoyer dans un maelstrom de tintements métalliques avant que A Forgotten Tale in the Fog ne reprenne l'ombrage de son ouverture.

Découvrir la musique de Romerium est toujours une belle rencontre, même lorsqu'il flirte avec l'inconnu. Pour les fans de Dark Ambient, MYSTERIOUS FOG (Ambient Drone Melodic) est une valeur sure. Pour les néophytes, c'est un assez bel album où l'on peut un peu plus apprécier l'univers de cette musique ambiante gorgée de drones. Rene Montfoort a relevé ce défi en y insérant des moments mélodieux, comme des moments poignants, apportant ces nuances qui rehaussent le caractère ésotérique de cette musique.

Sylvain Lupari (27/10/21) ***½**

SynthSequences.com

Disponible chez Romerium Bandcamp

144 views0 comments

Recent Posts

See All