• Sylvain Lupari

RUDY ADRIAN: As Dusk Becomes Night (2021) (FR)

C'est l'album parfait pour se détendre ou pour visualiser la beauté sauvage de la Nouvelle-Zélande ou simplement dormir avec de la musique à portée d'oreilles

1 Stars Appear 6:41

2 As Dusk Becomes Night 6:27

3 Conifer Grove 2:04

4 Starlane 5:31

5 Moa Caves 4:20

6 The Crepuscular Wildlife 5:16

7 Moonlit Beach (for Jeff) 5:14

8 Lakeside Shelter 5:21

9 Western Wind 5:34

10 Night Becomes Dawn 3:45

11 Sunny Day 7:53

Spotted Peccary | SPM-2604

(CD/DDL 58:12)

(Ambient Music)

Rudy Adrian, sur Spotted Peccary, est un artiste engagé à défendre les couleurs tonales de sa Nouvelle-Zélande. Les vents ci-bas n'ont pas les mêmes couleurs, ni les mêmes effets. Ils sont flutés et leurs brises regorgent de tintements Tibétains. La faune repose principalement autour de chants d'oiseaux, des picorements de pic-bois cognant le bois à se fendre la tête et des envoûtants mouvements de grelots percussifs de crotales géants. L'artiste Néo-Zélandais a cet infime honneur de faire une nette distinction entre ses œuvres ambiantes et celles poussées par des rythmes séquencés de la Berlin School que l'on retrouve chez Groove. Contrairement à Woodlands, AS DUSK BECOMES NIGHT propose 11 titres originaux sans l'ombre d'un rythme, exception faite du ténébreux Western Wind. Ce nouvel album repose essentiellement sur des nappes de vents aux arômes de sérénité couchés avec l'aide du Yamaha SY77 et de son complément le Yamaha Montage 6. Donnant ainsi cette cohérence dans les sons et les ambiances voguant constamment à sérénité.

C'est avec un chant de bois et un essaim de bruits parasitaires chassé par de lourds vents que Stars Appear installe sa tranquillité avec une enveloppe musicale poussée par une action d'Éole. Un beau chant flûté émerge. Sa mélodie est poignante à mesure que son harmonie grimpe pour atteindre des cimes toujours plus élevés. Ce chant prismatique s'étend comme une nappe de synthé fragilisée par ses pointes d'émotivité toujours poussées plus hautes. Des tintements ornent ces ambiances avec un bel effet de piano nocturne émiettant au-dessus d'un mouvement de queue d'un crotale géant dans un univers ayant un ascendant Vangelis. Ces éléments de Stars Appear seront au menu des 10 prochaines titres du nouvel album de Rudy Adrian. En commençant par la pièce-titre et sa nuée d'ondes qui étendent un panorama musical aussi tranquille. Cette immense nappe statique irradie un bourdonnement sourd où se cachent des voix secrètes. C'est comme entendre le vent sifflé sur un immense lac gelé. Conifer Grove est un court titre animé par des souffles de flûte qui font trembler ces cocottes de conifères tout en animant une secrète horde de carillons dont l'éveil attise le côté dramatique d'une nappe plus réverbérante. Les forts vents de Star Lane nous propulse dans un ambiant ténébreux. Les vents creux sont dominants et les tintements de clochette, de même que les grelots shamaniques, amènent une ambiance chthonienne à l'album. La pluie chantante des gouttelettes d'eau annonçant Moa Caves est une petite trouvaille délicieuse. Les sombres accords de clavier amènent une progression rythmique ambiante où l'impression de tourner en rond amène à nos oreilles une faune sonore, équivalente aux couleurs d’une aurore polaire sous-marine, bien détaillée.

D'autres formes de tintements, moins acrimonieux, éveillent les premières radiations de The Crepuscular Wildlife, un titre moulé dans les vestiges de Stars Appear. Un beau chant flûté chante parmi les nombreuses radiations du Yamaha qui extirpe aussi une belle flopée d'effets sonores de ses interstices. Un beau titre qui me reconnecte avec les valeurs musicales de Rudy. C'est dans les sortilèges de cette queue de crotale géante, ou encore un chant d'oiseau inconnu à mes oreilles, que les nappes de Moonlit Beach (for Jeff) avancent avec un effet de multiplication d'ondes se perpétuant sans fin. Elles servent de lit à ce chant de synthé si rare dans cet album et en connexion avec la nature de AS DUSK BECOMES NIGHT. Un accord percussif sculpte une procession en spirale qui tourne en contresens des nappes, démontrant une autre possibilité de charme dans cette distanciation de deux pôles. Lakeside Shelter embrasse cette tranquillité, cette poésie sous le pleine Lune qui habille la grande majorité de la musique sur cet album. Les ambiances sont secrètes, gardant une porte ouverte sur le côté ambiant ténébreux dont un peu de brume, ainsi que des airs prismatiques, s'en échappent. Western Wind est le seul titre à offrir des battements. Ils sont éparpillés sur une structure très sombre dont les vents noirs amènent à nos oreilles ces poussières de spectres semi décomposés, ont peu même les entendre, dans un univers aussi noir que celui de l'Exorciste. Night Becomes Dawn ramène un peu de ces ambiances, alors que Sunny Day reflète la philosophie de son titre avec les douces impulsions propulsant des nappes remplies d'énergie solaire dans une vision de musique atmosphérique sans l'ombre d'un rythme.

Un album de musique ambiante pure, AS DUSK BECOMES NIGHT est le parfait album pour visualiser la beauté sauvage de la Nouvelle-Zélande dont les vidéos accourent de partout avec Internet. On peut même y relaxer, même si son cœur respire du côté sombre de la MÉ avec des sourdes impulsions donnent plus de vie à son aspect ténébreux. Mais la vision majoritairement optimiste de Rudy Adrian revient pour nous exprimer en musique les splendeurs de ce coin de planète où rien n'est comme ailleurs!

Sylvain Lupari (01/04/21) ***¾**

SynthSequences.com

Disponible chez Spotted Peccary Music

114 views0 comments

Recent Posts

See All