Search
  • Sylvain Lupari

RUDY ADRIAN: Twilight (Atmospheric Works Vol. 2) (1999) (FR)

Updated: Aug 17, 2019

“Twilight est un équilibre parfait entre les structures ambiantes, tribales et la Berlin School”

1 Eclipse 4:32 2 Towards the White Mountains 5:13    3 Enveloping Mists 4:54 4 Summa Cum Laude 6:28  5 Return to the Fire Island 3:18 6 Disturbed Reflections 3:09 7 Passing through Familiar Hills 3:43 8 Autumnal Twilights on Victory Beach 4:25 9 Stargazers 1:21 10 Watery Moon 8:55 Rudy Adrian Music (CD 46:09) (Ambiant tribal & Berlin School)

TWILIGHT (Atmospheric Works Vol. 2) est le second album du synthésiste de la Nouvelle-Zélande, Rudy Adrian. C'est surtout une collection de 10 titres atmosphériques qui dépeignent des paysages sonores et des ambiances de la nature parmi lesquelles 2 sont de beaux bijoux de musique séquencée qui n'ont rien à envier aux maîtres du genre. Les ambiances brumeuses de Rudy Adrian jumelées à la douce et rêveuse flûte de Nick Prosser créent une unique approche de mélancolie qui rehausse le sens de cette douce poésie musicale qui habite le barde des sons et ambiances du trésor musical néo-zélandais.

Derrière des tonnerres, un beau synthé aux nappes riches et basses laisse un sillon résonnant dans une nuit à la fois mystique et brumeuse. Eclipse s'élève de nos haut-parleurs comme une envoûtante prière monastérielle dont les oraisons floues flottent parmi des lignes de synthé oisive aux couleurs irisées. C'est un titre très ambiant qui s'attache au rythme lourd et très cosmique de Towards the White Mountains. Entre Jean-Michel Jarre, Michael Garrison et Edgar Froese, le mouvement est impétueux avec des séquences qui sautillent dans de fins claquements de percussions, mais surtout dans de superbes solos de synthé aux mouvements très atmosphériques. C'est très bon et ça me fait penser énormément à Stuntman d'Edgar Froese aussi et Tangerine Dream dans Force Majeure. Les 10 titres de TWILIGHT (Atmospheric Works Vol. 2) s'enchaînent en une longue fresque musicale où ces quelques phases rythmiques très enlevantes se noient dans d’intenses bouillons atmosphériques tels qu'Enveloping Mists et ses lignes de synthé qui ondoient paresseusement sous les douces pulsations d'une discrète ligne de basse. Summa Cum Laude suit avec de lourdes réverbérations qui grondent sur un lit d'eau aux clapotis cristallins. Une puissante ligne de séquences étend un rythme finement saccadé qui s'acoquine à des percussions électroniques très Jarre. Le rythme est circulaire. Il étend sa lourdeur et sa puissance dans un environnement sonore remplie de tonalités encore inconnues. Une faune qui peu à peu devient des éléments interstellaires et détournent ce rythme infernal vers une phase électronique nettement plus cosmique. Avec ses 6 minutes trempées dans du gros rock électronique cosmique, je dirais que Summa Cum Laude est la pierre angulaire de TWILIGHT (Atmospheric Works Vol. 2) qui deviendra nettement plus atmosphérique, plus planant avec des titres comme Return to the Fire Island où la flûte très sombre de Nick Prosser et des lignes de synthé très solitaires flottent sur un lit de crotales chamaniques. Disturbed Reflections propose une approche très méditative et très mélancolique avec des notes de piano qui tombent en rafale. Chaque note donne l'impression de se répercuter dans l'ombre de la précédente. L'ensemble finit par tisser un envoûtant canon musical rempli de prisme et où chaque vibration forge les échos d'une pluie sur du béton brûlant. Passing Through Familiar Hills reprend les souffles flûtés de Prosser qui se mélangent à des lignes de synthé assez contemplatives pour un titre qui est très représentatif des approches de sérénité méditative de Rudy Adrian. Et puis on tombe dans les charmes du très ambiant Autumnal Twilights on Victory Beach et de ses chants d'oiseaux qui se dorent sous les doux et chauds rayons d'un synthé très éthéré. C'est un beau titre! Tendre et poignant, avec un léger crescendo dramatique qui s'étend jusqu'au court Stargazers où les songes d'une flûte deviennent prélude au très émouvant Watery Moon et sa lente toile atmosphérique qui n'a rien à envier aux lents songes introspectifs de Steve Roach. TWILIGHT (Atmospheric Works Vol. 2) est une belle collection de paysages sonores et de pensées méditatives offerts par Rudy Adrian. Un beau mélange des genres où le synthésiste néo-zélandais est définitivement à l'aise, tant en mode atmosphérique qu'en mode tribal ou encore avec le genre Berlin School ou le rock cosmique. À mon avis c'est un équilibre parfait entre les différents styles du synthésiste, qui m'a vraiment étonné avec Summa Cum Laude qui est la meilleure façon de s'introduire et d'apprivoiser son univers ambiant et aussi tellement si poétique.

Sylvain Lupari (03/04/07) *****

SynthSequences.com

3 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle