• Sylvain Lupari

SCHULZE KLAUS: Timewind (1975) (FR)

Timewind est l'album où Klaus Schulze déploie ses ailes pour atteindre sa pleine maturité rythmique et atmosphérique entreprise avec Blackdance

CD 1 (59:13)

Bayreuth Return 30:25

Wahnfried 1883 28:37

CD 2 Bonus Tracks (56:14)

Echoes of Time 38:42

Solar Wind 12:35

Windy Times 4:57

Brain Records | 833 128-2 (59:13)

Revisited Records SPV 305492 DCD - REV 070 (56:14)

(Berlin School)

Nous sommes en 1975. Pink Floyd pousse les délires de la musique progressive en utilisant une approche atmosphérique et planante avec Wish you Were Here. Le rock progressif prend plus de noblesse et le rock électronique continu sur sa lancée cosmique. Alors que Tangerine Dream sort le sombre Rubycon, Klaus Schulze moule ses ondes spectrales pour nous offrir une œuvre nette et sans bavure qui se cache dans une splendide oeuvre d'art en la pochette signée par Urs Amman. Dédié à Richard Wagner, TIMEWIND est un long voyage cosmique portée sur les ailes du temps qui est aussi enchanteur que la pochette d'Urs Amman.

Un vent métallique souffle sur une dune poussiéreuse, poussant de multitudes parcelles sonores qui virevoltent dans l'air ambiant. Des vents froids glacent le temps sur une ligne de basse dont les pulsations minimalistes tournent en boucle, alors que la touche cosmique de Klaus Schulze s'installe avec les ondes de son Farfisa et les effets de son synthétiseur. Ces boucles ondulent sur un mouvement du séquenceur qui va en croissant avec une plus lourde amplitude. Tout est de douceur et de finesse. Sur une ligne de basse lourde qui louvoie avec l'obscurité, Bayreuth Return traîne ses harmonies sur ces ténébreuses strates qui laisseront leurs empreintes sonores pour les années à venir. Et le retour de Bayreuth se fait avec un cyclique tourbillon de couches synthétisées qui roulent avec des subtiles déviances, gardant la même finesse de son mouvement jusqu'à ce qu'il s'arrête pour contempler l'étendue de la route à suivre. Au loin, l'horizon est plat et désertique. Il est constitué de cette même abondance sonore hypnotique qui attire Bayreuth Return vers son interminable marche. Une marche en solitaire où les lézards poussent des souffles rauques, soulevant des poussières cosmiques qui s'évaporent sur des rythmes minimalistes collés par séquences. Et ces rythmes dansent en boucle dans un abîme tourbillonnant, terminant abruptement l'odyssée musicale de Bayreuth Return. Si vous avez aimé ce voyage intergalactique, Wahnfried 1883, inspiré des œuvres de Wagner, poursuit dans la même lignée. Dans un latent état de suspension l'introduction est imbibée d'un lourd voile de synthé dont les ondes flottent avec passion mais bougent à peine. Figé dans le temps le mouvement est entouré de poussières d'anges qui voltigent sur de subtiles séquences bougeant avec la délicatesse d'une spirale en état d'apesanteur. Lent, souple et superbement riche Wahnfried 1883 est un intense voyage aux cœurs des sonorités analogues et de ses mouvements planants, aux confins d'un cosmos que l'on ne savait pas si séduisant.

TIMEWIND est l'album qui révéla Klaus Schulze au public américain. Et c'est compréhensible. Schulze manipule les lourds rythmes et séquences avec plus de maturité et de profondeur. Si Bayreuth Return défonce les basses de nos hauts parleurs avec sa ligne de basse ondulante et rebelle, les strates qui ornent la beauté sidérale de Wahnfried 1883 s'imprègnent avec toute la profondeur qui appartient à la vision unique de Klaus Schulze. C'est la fusion des œuvres antérieures de Schulze et c'est avec cette maturité croissante qu'il impose son style afin de nous préparer à d'autres grandes œuvres. Pour l’époque c'est une œuvre colossale qui allait débloquer l'inspiration et l'audace de plusieurs nouveaux venus. (Avril 2005)

Une ré édition de TIMEWIND! Est-ce que ça vaut le coup? Il me semble que la version originale ait un peu plus de champs sonore. Mais au final la, sonorité plus actuelle de cette version offre cet enchantement qui égal la comparaison vinyle versus l'arrivée du disque compact. Est-ce que ça valait un double cd? Absolument! Et c'est le point le plus intéressant ici, même s'il s'agit de variations sur les mêmes thèmes qui apportent une autre dimension aux titres de TIMEWIND. Echoes of Times et Solar Wind sont deux variations de Bayreuth Return joués en concert. Klaus Schulze a joué son classique à 3 reprises, en près de 2 heures, avec des prises différentes. Après un arrêt, il reprend le concert de façon différente. Seules les séquences sont identiques. Les changements se reflètent dans les intros. Solar Wind étant tout simplement divin avec sa fluidité, alors que Windy Times, écrit en 2000, est un remake de Wahnfried 1883. Une sorte de mix. C'est plus court et rapide, tout en se déroulant sur le même pattern séquencé. J'ai trouvé ça très bon. Bon comme l'ensemble de cette ré édition. Klaus Schulze! Il y a juste lui pour combler ses fans tout à en abusant. On y trouve tous son compte. Une sonorité plus éclatante, de belles pièces en primes et un beau livret, avec tous les dessins que l'on trouvait sur la pochette originale. C'est un merveilleux voyage dans le temps avec l'homme à la musique intemporelle.

Sylvain Lupari (07/02/07) *****

SynthSequences.com

339 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari