• Sylvain Lupari

SON OF OHM: Syrinx (2015) (FR)

Updated: Jul 31, 2019

“Syrinx propose un voyage dans les années 70 avec de jolies structures mêlant French and Berlin Schools à une toujours agréable ambiance psychédélique”

1 Legend 8:33 2 Syrinx 8:52 3 Crystal 5:06 4 Mount Om 8:05 5 Monkey Mind 7:44 6 Echoes 7:49 Son of Ohm Music

(CD-r/DDL 46:11) (Berlin & French Schools with psychedelic vibes)

Est-ce qu'Astronaut était une erreur de parcours ou la suite d'un album encore plus intéressant? Tout premier album de Son of Ohm, SYRINX s'inscrit sans opposition dans cette génération d'albums parus trop tard dans le long échiquier du temps, mais qui aurait marqué une génération. Derrière une splendide pochette des années psychédéliques, SYRINX propose un voyage dans les années 70 avec un superbe 46 minutes bien réparties sur 6 titres.

Une série de riffs de guitare perce les effets stridents d'un synthé qui se cherche entre son approche spectral ou cosmique. On croirait entendre du Manuel Göttsching plus moderne sur du psybient jamais consumé des années vintage. Mes oreilles perçoivent 2 lignes de guitares dans ce très beau Legend dont une qui tisse une approche plus harmonique que rythmique, tandis que l'autre libère de discrets solos qui roulent en boucles autour de sobres cliquetis percussifs. Ce maillage émiette ses minutes avec une bonne structure ondulante lorsque ces ambiances montent d'un ton avec un effet d'intensité autour de la 4ième minute. Si le rythme affiche avec élégance sa parure minimaliste, le synthé étale de beaux solos morphiques et de bons effets qui alimentent la soif du psychédélisme cosmique de mes oreilles. La pièce-titre déploie un mouvement du séquenceur avec des ions qui font une étrange danse circulaire. Des vents de la galaxie Jarre traversent cette délicate chorégraphie alors que des percussions et des accords plus graves ajoutent autant de poids dans la cadence que de l'intensité dans la structure. Le rythme progresse avec ses soubresauts continus qui sont noués autour d'un maillage de séquences, d'effets organiques et de percussions dans une approche toujours minimaliste soutenue par des palettes de vents et de couleurs soniques qui sont autant du domaine de la Berlin School que de la French School des années Space Art et Zanov. Notamment au niveau de son enveloppe dramatique. Crystal propose une structure de rythme ambiant avec un mouvement circulaire du séquenceur dont les multicouches de vents et les effets de synthé sont toujours en mode French School.

Mount Om est un bon titre ambiant et intense avec de larges nappes de synthé qui débarquent en boucles sur un miroitement de séquences moirées. Des éléments de Jean-Michel Jarre resplendissent à travers ces bancs de nappes chantantes et recouvrent une approche qui se pare d'éléments un peu plus organiques. Des effets percussifs naissent d'entre ces gargouillements, amplifiant encore plus la richesse de Mount Om qui peu à peu sort de sa léthargie atone afin de proposer une structure de rythme montée sur un lit de pulsations, de séquences et de percussions aux frappes éparses. Un début intense, pour une finale qui l'est d'autant! Monkey Mind et son paradoxe rythmique est le premier titre qui attise nos tympans à la première écoute de SYRINX. Une belle figure de down-tempo lascif ondule alors que des percussions motoriques influencent un mode de rythme très mou. Les nombreux effets forment des lignes paradoxales aux structures de rythme alors qu'une délicate mélodie vampirique étend charmes et effets magnétisants. Le tout est bien enveloppé dans un panorama cosmique. Très beau! Des effets de synthé et de guitare, Éole et sa colère ainsi que des effets percussifs sortent une ligne de basse séquences de sa cachette afin de déployer cette structure cahoteuse dans Echoes. Le paysage cosmique inonde le rythme passif d'effets lapidaires alors que le synthé déploie ses harmonies sous formes de solos qui roucoulent en boucles. Des notes graves ainsi qu'un synthé siffleur et charmeur de serpent détournent la marche accablante du rythme vers un mouvement plus fluide dont les effets et le synthé signent les influences d'Ashra sur la musique de Son of Ohm.

Disponible autant en CD-r (sur Neu Harmony) qu'en format téléchargeable, SYRINX est un album aussi intéressant, plusieurs le trouveront supérieur à cause de son homogénéité, qu'Astronaut qui m'avait littéralement charmé il y a à peine une semaine. Un prélude? Peut-être, mais pas nécessairement, puisque les 2 albums proposent des approches différentes qui restent liées par une avec une belle touche de France vision psychédélique. Une très belle découverte pour ceux qui aiment un style Berlin School des années 70 et ces rythmes séquencés qui tentent de percer le mystère du psychédélisme.

Sylvain Lupari (25/10/2017) ****¼*

SynthSequences.com

Available at Son of Ohm Bandcamp

4 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari