• Sylvain Lupari

STEFAN ERBE: Distopia (2022) (FR)

Il y a ce fil constant qui maintient notre niveau de crescendo émotionnel en alerte

1 Forever 5:42

2 Utopia 6:28

3 Solitude 5:53

4 My Simple Toys 2:12

5 The Day we Lost Ourselves 7:05

6 At the Edge of Storm 1:49

7 Signal of Change 4:49

8 Distopia 9:03

9 Infinite 4:46

10 Last Lost Paradise 3:17

11 Breakout 4:38

Stefan Erbe Music

(CD/DDL 55:46)

(Dark cinematic textures)

La dystopie est un récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre. Ce nouvel effort de Stefan Erbe propose une texture cinématographique qui cadre bien avec l'esprit derrière son titre DISTOPIA. Le musicien-synthésiste allemand collectionne les honneurs individuels depuis son album Club Genetica en 2008. On voit son nom régulièrement dans les nominations au prestigieux Schallwelle Award qui se tient annuellement en Allemagne. D'ailleurs, Serbenity est en lice pour le meilleur album de 2021. Avec son enveloppe sombre et mystérieuse, DISTOPIA se démarque par rapport aux précédents albums de Stefan Erbe. Toujours aussi vitaminée par des rythmes lourds et vifs, comme parfois lents mais toujours lourds, les 56 minutes de ce dernier CD, qui est aussi disponible en téléchargement, plongent littéralement dans cet univers de dystopie où les mélodies sont comme de minces espoirs optimistes qui fondent dès leurs apparitions pour réapparaître plus loin. Jouant ainsi au chat et à la souris avec nos émotions en créant ce fil conducteur qui maintien un niveau de crescendo émotif en alerte.

C'est avec de lourdes pulsations circadiennes résonnant dans la brume ondoyante du synthé que Forever sort DISTOPIA du silence. Des accords de clavier limpides jettent les bases d'une mélodie en gestation dans une enveloppe musicale qui intensifie sa vision par son rythme plus rapide et ses ambiances plus enveloppantes. Les bases sont jetées pour l'opération charme de Stefan Erbe! Le séquenceur libère une poignée d'ions sauteurs autour de la 2ième minute. Ils sautent dans un mouvement d'alternance répétitif, donnant un aspect mélodieux à cette structure de rythme devenue circulaire. Les accords limpides chatoient un peu moins, tournoyant dans une masse tourbillonnante plus sombre. Ils seront remplacés par de délicates lamentations du synthé, créant un fascinant impact émotif dans cette structure qui s'évapore un peu trop rapidement pour se fondre dans la lente introduction de Utopia et de son lent rythme organique. La structure est délicieuse avec ces effets de percussions sourdes et caoutchouteuses qui s'accrochent à des percussions lourdes et plus raffinées. Autant circulaire que Forever, la structure épouse un mid-tempo avec des accords de clavier dont la limpidité projette un aspect mélodieux qui brille dans l'enveloppe dystopique de DISTOPIA. Solitude en propose beaucoup pour aussi peu que ses presque 6 minutes. La structure est en mode danse avec un superbe jeu du séquenceur qui dribble ses ions comme Chris Franke le faisait dans les années Jive. Ce rythme créatif accroche illico notre attention alors que le synthé en fait pareil avec une mélodie chantonnée comme un guitariste peut faire avec son talk-box. Un excellent titre! My Simple Toys suit avec cet effet de dribblage au niveau des percussions et cette mélodie fantôme qui va et vient sur ce nouveau CD de Stefan Erbe. Une mélodie qui joue avec notre intensité émotive et qui est porteuse de lumière dans cet univers contre-utopique.

Claquements de mains autour de mitrailles de percussions et de séquences voltigeuses The Day we Lost Ourselves élabore une structure de rythme vivante et évolutive avec un synthé qui lance des lamentations par des souffles courts de trompette. Les ombres s'intensifient avec At the Edge of Storm qui nous amène vers Signal of Change et sa lourde ligne de basse dont les pulsations circulaires appellent un bon jeu de percussions et du séquenceur dans une structure de mélodie toujours embryonnaire. Les orchestrations insufflent une dose de drame où se lie cette mélodie qui prend de plus en plus forme avec des stries de synthé de plus en plus poignantes. Des roulements de tambour sur un pied de guerre nous amène à la longue pièce-titre, Distopia et son ouverture qui reflète bien l'essence du ce long titre qui se développe lentement. De la brume bourdonnante et des effets de synthé en suspension offrent un spectacle désolant qui est agrémenté par ces arpèges miroitant dans le décor de DISTOPIA. La brume s'évapore pour laisser passer une structure de rythme trottant comme un cheval sans cavalier. Le synthé disperse quelques lignes de mélodies mélancoliques sous de gros woosshh et waasshh qui réinsèrent cette membrane nébuleuse. Le séquenceur s'active autour de la 4ième minute, structurant un rythme vif où les ions sautillent dans une chorégraphie statique. Jouant entre les atmosphères de drame et un rythme se perdant dans ces ambiances, Distopia se perd dans le slow-tempo de Infinite et ses lignes du séquenceur qui augmentent la pression rythmique. C'est après la 2ième minute qu'un rythme EDM secoue cette phase plus nébuleuse et plus tranquille de ce CD. La 1ière partie de Last Lost Paradise propose une phase d'ambiances panoramiques avec un beau décor tonal. Une structure de rythme sans effets d'entraînement donne du tonus émotif à ce titre rempli de bons effets tant organiques qu'électroniques. Et c'est ainsi que nous arrivons à Breakout et à sa structure divisée entre la EDM et un rock électronique motivé par un bon jeu du séquenceur.

Moins mélodieux, mais très efficace au niveau de son panorama dystopique, DISTOPIA reflète à merveille les visions de Stefan Erbe qui réussit à maintenir un haut niveau d'intérêt avec une vision créative de ses rythmes et les ambiances qui les entourent. Le séquenceur est aussi dynamique que mélodique et complète à merveille ces lignes de synthé dont les pouvoirs écarlates tissent de subtiles ondes mélodieuses. C'est ce qu'on appelle un bel équilibre pour un album annihilant le libre-arbitre.

Sylvain Lupari (21/02/22) *****

SynthSequences.com

Disponible au Stefan Erbe Bandcamp

124 views0 comments

Recent Posts

See All