• Sylvain Lupari

SYNDROMEDA: Mythical Pursuit (08-21) (FR)

C'est parfait si vous aimez les atmosphères de Messe Noire et de sorcellerie cosmique

1 Mountaintop Consultation with a Slime Mold 12:36

2 Hidden in the Asteroid Belt 8:27

3 Crossing 2AU 1:44

4 Her Insane Majesty's Entropic Empire 18:26

5 Inside her Tomb 14:36

6 A Lingering Dread 5:00

Horizon Music HM-1012-2

(DDL 60:51) (V.F.)

(Progressive Berlin School, Dark ambient)

Second album de Danny Budts à sortir des limbes en cette fin de 2021, MYTHICAL PURSUIT fait partie de ces joyaux de la MÉ contemporaine qui mérite effectivement d'être porté à l'attention des fans de Berlin School lourde et ténébreuse. Initialement réalisé en avril 2008 sur Horizon Music, MYTHICAL PURSUIT a la particularité d'évoluer en mode concept autour d'une nouvelle de Matt Howarth, qu'on a pu lire aussi dans les albums de David Wright, The Lost Colony, ainsi que Analog Overdose in the Applebaum Nebula, de Fanger & Schönwälder. SynGate remet en circulation cet album avec la nouvelle en format PDF sans autres attributs que ceux déjà connu à l'époque. Donc, pas de bonus, ni de remaster. L'album tel que tel! Un album aux tendances de musique d'ambiances sinistres et glauques où les rythmes sont pour taper du pied ou des doigts sur les bras de notre chaise. Mais l'enveloppe sonore est aussi dense que noire avec de belles permutations entre les zones atmosphériques et les renaissances de rythme.

Mountaintop Consultation with a Slime Mold nous met dans l'ambiance avec une ligne de rythme en construction. Son débit est fluide avec le constant caquetage (signature Syndromeda) des ions sauteurs. L'écho des cymbales accompagnent cette chevauchée de moineaux électronique qu'une délicieuse ligne de basse-pulsations accoste à la 30ième seconde. Son débit ondule en mode ascension alors que le synthé allume un filet bleuté pour étendre son emprise prismatique. Les percussions font une discrète entrée lorsque le synthé fait augmenter la tension avec des solos calligraphiques propre au langage extra-terrestre. Ces solos dessinent des figures acrobatique qui planent et virevoltent à l'horizontal dans cette tonalité si unique à Syndromeda. Et comme je l'ai déjà écrit dans une de mes chroniques sur Syndromeda, les sons de ses synthés, ses solos et de son séquenceur sont uniques à la signature de Danny Budts qui a su développé ses propres instruments de musique électronique. Donc, nous sommes dans son univers lorsque Mountaintop Consultation with a Slime Mold entre dans une zone sinistre avec des arpèges séquencés qui ont cette tonalité moqueuse. Une chorale chtonienne, des vents du vide et un long chant spectral du synthé développent cette phase lugubre qui étouffe la menace rythmique du titre depuis ses derniers battements espacés autour de la 5ième minute. Après une ouverture couverte de gribouillis sonores et de voix absentes, Hidden in the Asteroid Belt active le séquenceur avec des battements arythmiques sous un ciel noirci de vapeurs et d'effets de sirènes du synthé. Un rythme sédentaire se développe assez tôt avec des claquements de castagnettes électroniques qui ressemblent à un troupeau de pies recouvrant l'excitation matinale d'une vie de quartier. Cette turbulence atmosphérique se calme autour de la 4ième minute, ouvrant la voie à une série d'oscillations aussi vives qu'une flopée de lapins sur acide dans une finale où les solos de synthé tentent de réaligner le titre pour une 3ième fois. Trop court et quasiment expéditif, Crossing 2AU propose une mélodie séquencée du moule de Halloween qui s'estompe dans une structure de rythme spasmodique.

C'est dans une introduction obscure et ténébreuse que Her Insane Majesty's Entropic Empire monte à nos oreilles. Les couches de synthé teintées du noir des trompettes apocalyptiques se multiplient dans une ouverture maquillée de bruits organiques où rôdent aussi une mélodie fantomatique. Poussée par de sourdes impulsions, l'ouverture gagne du terrain jusqu'à la 5ième minute. Dès cet instant, le rythme sombre déploie son avancée avec une ligne de basse-séquences roulant dans un territoire cosmique. Les pads de synthé accrochent une mélodie vampirique à la Redshift, ou Arc, sur un mouvement de Berlin School enrobé de nappes anesthésiantes. Le rythme perd ses traces 4 minutes plus loin lorsqu'engloutit dans une phase d'ambiance angoissante. Un court moment avant qu'il ne revienne dans une ambiance où cognements, ululements spectraux et effets d'écho, de sinistres réverbérations ainsi que des solos de synthé accompagnent ce Berlin School sculpté littéralement dans le Dark Ambient. Des brises sinistres et sombres meublent l'introduction de Inside her Tomb avant qu'un rythme tribal ancestral installe sa première phase de rythme hypnotique. Les tam-tam y sont délicats et battent dans une ambiance de magie noire. Le synthé injecte un souffle plus sibyllin que mélodieux sur cette douce transe méditative qui s'éveille aussi graduellement que son noyau des ambiances grossit. D'ailleurs, le séquenceur délie une ligne de rythme qui se dandine innocemment après la 5ième minute. La nuit est noire comme le creux de l'ébénier avec des filaments de synthé incandescents comme seul lumière tamisée. Ces battements anesthésiques se réorientent vers une autre tangente, plus animée, autour de la 7ième minute, sculptant une démarche zigzagante appuyée par un séquenceur aux ions résonnant de bruits gris. Un souffle shamanique rauque et une ligne de synthé tortillée entourent cette nouvelle phase plus spasmodique qui meure dans une finale nourrie de bourdonnements. A Lingering Dread termine MYTHICAL PURSUIT avec un rythme construit dans une tanière méphistophélique. Bon, intrigant et ténébreux, ça démontre que Syndromeda a ce don de mélodie d'épouvante de bien ancrée dans le système! 😊

Un album intense dans sa façon d'être, MYTHICAL PURSUIT vous est tout désigné si vous aimez les ambiances de Messe Noire et de sorcellerie cosmique.

Sylvain Lupari (23/10/21) ***¼**

SynthSequences.com

Disponible au SynGate Bandcamp

233 views0 comments

Recent Posts

See All