• Sylvain Lupari

SYNTH NL: AeroDynamics (2007) (FR)

Un premier album plein de rythmes puissants avec percussions et séquences sauvages

1 Scuderia 5:42

2 DownForce 6:20

3 Maranello 6:17

4 SuperSonic 5:30

5 Drag 4:37

6 Turbulence 6:12

7 Stall 4:28

8 Modena 6:17

9 AeroDynamics 6:42

10 Falcon 4:35

11 AirFlow 5:30

12 Lift 5:55

Groove GR-146

(CD/DDL 68:27)

(Synth-Rock, E_Rock, EDM)

Une Ferrari sur Mars! Ça vous intéresse? Des rythmes syncopés et dynamiques qui roulent sur de belles séquences et aussi de surprenantes percussions électroniques entraînantes. Ça vous intéresse aussi? Voici AERODYNAMICS, le premier album du synthésiste Hollandais Synth NL. Nouveau-venu sur l'étiquette Groove nl. et musicien connu dans l'entourage de Ron Boots, Michel Van Osenbruggen est du genre énergétique avec des influences de Kraftwerk et de Jean-Michel Jarre, en plus commercial, dans un style partagé entre le synth-pop avant-gardiste et la EDM, acronyme pour musique de danse électronique. Il aime explorer différentes avenues rythmiques avec un flair pour une musique du futur idéale pour des films d'extraterrestres. Et autant vous le dire d'emblée, vous ne trouverez pas ici de séquences complexes, ni de longs passages atmosphériques. Non, Synth.NL est aussi de l'école du rock cosmique et électronique de Moonbooter. Donc, du rythme, beaucoup de rythme avec de grosses percussions sur des patterns de séquenceur débridés et de belles mélodies bien structurées.

Avec un titre comme Scuderia, on n'est pas surpris d'entendre les pneus mordent le vide comme introduction. Des effets sonores pétillent, un peu comme si cette course se passait sur une planète remplie de plantes carnivores, et des percussions s'activent. Une ligne de séquences circulaires s'enroulent comme un long filament stroboscopique sur cette faune percussive qui conduit le rythme vers une phase mélodieuse et entrainante avec un synthé aux atmosphères spatiales qui encercle une mise en scène musicale digne des derniers albums de JMJarre. Scuderia et son rythme entraînant et percutant est à l'image des 12 titres qui suivent sur ce premier album de Synth NL. Un album avec une belle diversité rythmique comme ce genre de break-danse cosmique qu'est Downforce et ses nombreux tchak- tchak- tchak d'un DJ en manque d'originalité. C'est tout de même entrainant avec un bon débit spasmodique. Maranello défile un rythme composé de collages qui sautille comme un pantin désarticulé, avant d'enfoncer le pied sur l’'accélérateur et d'offrir un techno-pop avec un synthé chanteur. SuperSonic propose un rythme du futur dont le débit, comme ses phases ambiantes, sont cernés de bons effets percussifs parfois organiques. Spectrale, la mélodie est accrocheuse ici. Comme sur Drag qui fait partie des belles mélodies fixées sur un down-tempo et sa flore psybient. Un bon titre créé avec beaucoup d'intelligence.

Rythme un peu sautillant sur un bassin de percussions trop nerveuses, Turbulence propose aussi une mélodie fredonnée par le synthé. Un synthé déluré qui laisse filer de bons solos de synthé. Ici, ils sont lents et langoureux! Le titre est juste un peu long, comme plusieurs dans ce AERODYNAMICS. Stall est un très beau down-tempo avec des odeurs de Jazz futuriste. Le jeu des percussions est absolument divin sur ce titre. Modena propose un style EDM spasmodique avec des effets de bolides roulant courant dans l'indifférence. Le rythme est de style breakdance avec de longues phases ambiantes. Le synthé y est aussi très performant. C'est le genre de titre qui gagne à être écouté souvent. Et il n'est pas le seul du genre dans cet album. La pièce-titre est un des beaux fleurons de ce premier album de Synth NL. Son introduction est attachée à une ligne de basse aux sinuosités gorgées de réverbérations et à des percussions qui pétillent plus vite que ce que l'oreille peut capter. L'intensité monte d'un cran pour exploser en une EDM spasmodique qui est nimbée d'autres bons solos de synthé. AeroDynamics plonge aussi dans des phases plus relaxes avant de revenir avec une suite logique à la dernière structure abandonnée. Un bon titre qui exploite à merveille ses presque 7 minutes. Falcon s'offre une introduction avec des échantillonnages des voix de la NASA avant de prendre un virage de Techno Pop des années 90. Entre ses phases convulsives et celles un peu plus ambiantes AirFlow reste un titre qui tourne autour de ces deux axes pour présenter des solos de synthé-guitare. Beaucoup de beat pour une danse de zombies nourris au Jell-O! Ouverture spectrale qui plonge vers du gros rock cosmique bien tapé par une batterie qui sonne comme vraie et un lit de basse-pulsations palpitant comme un cœur super excité, Lift conclut cet album dont les visions de danses se meurent dans une panoplie de rythmes perdus dans leurs ambitions. Et il y en a plus qu'un dans cet album…

Mais peu importe! Complexe dans ses structures de rythmes souvent alambiquées mais foutrement efficace dans l'art de la mélodie, AERODYNAMICS est un solide premier album de Synth NL. Michel Van Osenbruggen présente ici un album qui tangue entre les zones EDM et de techno modéré avec des ambiances de courses spatiales qui encerclent des rythmes syncopés, parfois débridés, ainsi que des rythmes sur lesquels on peut danser tandis que d'autres nous font flotter entre deux couloirs de course. Si vous aimez une musique intelligente qui frappe d'audace sur des séquenceurs aux patterns névrosés, AERODYNAMICS est fait pour vous.

Sylvain Lupari (17/11/07) ***¾**

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl


138 views0 comments

Recent Posts

See All