• Sylvain Lupari

TANGERINE DREAM: Summer in Nagasaki (2007) (FR)

C'est un très bon album qui s'imprègne de la douceur mélancolique d'Edgar

1 Climbing Mount Inasa 10:56

2 In the Cherry Blossom Hills 5:15

3 Mystery of Life & Death 13:33

4 Dreaming in a Kyoto Train 7:00

5 Ayumi's Butterflies 4:59

6 Presentiment 4:05

7 11:02 AM 10:51

Eastgate 019

(CD/DDL 54:00) (V.F.)

(Light E-Rock)

Après Pinnacles, paru en 1983, Edgar Froese tomba dans un lourd coma hyperboréen. S'en remettant à ses confrères nettement plus créatifs, il suivait la vague de Poland et Le Parc sans trop savoir où il errait ou irait. Plus de 20 plus tard, il ressuscite en s'investissant d'une œuvre épique et historique intitulée Five Atomic Seasons, rappelant les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki. SUMMER IN NAGASAKI est le 2ième tableau de cette commande culturelle de Mr. H.T., ce richissime homme d'affaires Japonais qui est aussi un témoin survivant de cette attaque nucléaire.

Comme le 1er volet, l'œuvre doit durer 54 minutes. Et c'est avec des pas tombant d'un néant que les premières notes de Climbing Mount Inasa résonnent sur un synthé mélodieux aux souffles incertains. Le séquenceur s'agite en une spirale hypnotique, percutant un air de déjà entendu sur une tangente progressive. Par minuscules flocons, les notes sautillent tel un feu crépitant pour tourbillonner comme un spectre musical aux mille prismes. Fluide la mélodie s'échappe pour verser dans un passage ambiant aux effets sonores métalliques feutrés où de superbes percussions martèlent un rythme d'une sensualité obsédante. Déjà l'ouïe est conquise, et se laisse bercer par In The Cherry Blossom Hills qui se fond mélodieusement à la pièce d'ouverture, tout en nous introduisant au sublime Mystery of Live & Death. Edgar Froese crée un univers théâtral où l'atonie côtoie une envoûtante structure dramatique minimalisme. Un titre déroutant par ses chemins inattendus dont un superbe passage en 2ième partie qui n'est pas sans rappeler Stuntman avec des percussions séquencées qui augmentent en cadence. Un excellent passage, peut-être le meilleur de Froese depuis des lunes, qui s'éteint doucement dans les cendres mélodieuses de Dreaming In Kyoto Train. Un titre qui démontre qu'Edgar manipule à merveille l'aspect mélodieux sans tomber dans ces pièges de la facilité. Aysumi's Butterflies va plaire aux fans de la dernière époque avec un rythme techno soft, mais avec de superbes mellotrons. Un bon mélange entre les harmonies d'antan sur un beat plus contemporain. Les percussions s'harmonisent aux fluides synthétisés et ses drones circulaires, donnant un mélange convainquant sans gêne ni fausses notes. Du soft techno avec de l'âme, du rarement entendu sur les derniers albums de Tangerine Dream. Après le mélodieux Presentiment, 11-02 Am. nous plonge dans un univers musical où les chœurs tanguent avec une légère brise orientale et ambiante sur une structure saccadée. Une étincelle sonore qui se meurt dans les ondes flottantes des premières bombes à être tombées.

Faut rendre à Edgar Froese ce qui lui revient. SUMMER IN NAGASAKI est un superbe album qui est imprégné de cette douceur mélancolique qui remplissait ses petits chef d'œuvres comme Epsilon In Malaysian Pale, pour les ambiances, et Stuntman au niveau mélodie. Un univers musical aux ambiguïtés rythmiques, à la fois progressif et mélodieux, sur un fond feutré de parfums orientaux. Un album qui s'écoute comme un rêve, avec une beauté indéfinie par le souffle de l'imaginaire d'un homme qui a trop longtemps été absent.

Sylvain Lupari (20/07/07) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl

172 views0 comments