• Sylvain Lupari

TIGERFOREST: The Tides of Day and Night (2014) (FR)

La force de cet album est cette fluidité entre tous ces styles qui ont un doux parfum des années Miramar de Tangerine Dream

1 Asylum Harbor 4:05

2 Across the Silent Seas 6:17

3 Touch the Sky 5:52

4 For the Minutes 5:09

5 Find the Tree 4:51

6 Why Don't You Answer 5:34

7 Geometry of Shadows 9:05

8 The Endless Road 5:04

9 Chasing Starlights 5:01

10 Awakened By Silence 5:31

11 Aqua Marine 4:28

12 My Silent Mystery 5:12

13 Amanyara 4:27

Tigerforest Bandcamp

(CD 70:42)

(Melodic e-rock of the 90's)

Retirer les saxophones et les instruments à vents de Linda Spa dans la musique de Tangerine Dream, des années Miramar, et le résultat serait sans doute à l'image de Tigerforest. Aussi incroyable que cela puisse sembler; ce groupe du musicien allemand Gunnar Spardel existe depuis 2007 et ne figure même pas sur la célèbre encyclopédie de MÉ mise à jour par Artemi Pugachov. Qu'est-ce qui cloche? Qu'est-ce qui fait que 8 albums plus loin, le nom de Tigerforest est absent des sphères médiatiques de la MÉ? Ou presque! J'avais l'album sur mon disque dur depuis un bon petit bout de temps et la première tentative ne m'a guère inciter à en parler. J'entendais un genre de rock électronique qui exploitait les mêmes thématiques avec quelque titres, trois en fait, chantés. J'ai par la suite écouté le Podcast du magazine Sequences du17 Juillet 2014 (que je vous conseille énormément) et j'ai été intrigué par un bon rock électronique très TD; Touch the Sky. Le groupe? Tigerforest. Un autre titre était aussi présent sur cette liste de diffusion; le très poétique Asylum Harbor. Et j'ai tout de suite été intrigué par les deux paradoxes. Je me suis dit; tiens, tiens, je vais m'y mettre plus sérieusement. Une très bonne idée. Sans dire que Tigerforest révolutionne le genre, le groupe de Gunnar Spardel offre une MÉ très énergique avec une riche créativité. THE TIDES OF DAY AND NIGHT est un 8ième album. Et ce titre reflète assez bien l'univers d'un album où les genres s'entrecroisent avec une telle fluidité qu'il est parfois difficile d'étiqueter les genres. Hormis la très nette ressemblance avec la période de Turn of the Tides de Tangerine Dream, ce qui frappe le plus dans cet album est une production très soignée avec une très belle richesse sonore où chaque titre est inondé d'une avalanche de tonalités électroniques, de percussions aux débits parfois très énergiques, de multicouches de synthé aux couleurs soit de romance ou de violence et d'arrangements dont les subtiles variances coulent avec une étonnante symbiose.

Un titre ambiant étonnamment dramatique, Asylum Harbor nous plonge dans des fonds marins avec des tonalités de ballast qui se perdent peu à peu dans un intense bouillon ambiosphérique. Le titre est très immersif avec de denses nappes de synthé qui coulent avec des filets de voix sibyllines et des notes à la recherche d'une ossature mélodique qui semble se noyer dans une profonde chute abyssale. Trop court? Non car Across the Silent Seas reprend ces ambiances de claustrophobie hadale pour tranquillement émerger des profondeurs océaniques avec une timide approche rythmique dont la croissance reste très mélodieuse. Des riffs légers et des percussions qui claquent avec timidité forcent un rythme qui reste prisonnier de son enveloppe astrale. La sensation de vraiment émerger des eaux tropicales est aussi tangible que cette douce mélodie éthérée qui se joint avec les premières bouffées d'air. C'est là que j'ai fait un premier lien entre la musique de Tigerforest et celle de Turn of the Tides. Et le bouillant Touch the Sky enracinera cette perception. Du solide e-rock où il ne manque que la guitare de Jerome. On aime? On aimera certes les fougueux Find the Tree, The Endless Road, Amanyara et le très intense, on déborde dans du gros rock électronique cacophonique, Chasing Starlights qui offrent une judicieuse balance entre des rythmes de plomb et des ambiances éthérées. C'est ce qui manquait à cette période Miramar de TD! For the Minutes est aussi un solide e-rock, genre Pat Benatar, avec un beau petit passage ambiant où la belle voix de Jennifer Herschman sied bien à cet univers ambivalent de rock électronique et éthéré de Tigerforest. Why Don't you Answer est une belle ballade ambiante où la voix de Kim Barry éveillera en nous des souvenirs d'Enya. Une portion un peu New Age qui charme tout comme Geometry of Shadows qui est une superbe ballade avec une poignante intro où des larmes de synthé suintent dans un dense voile ambiosphérique très dramatique. Ces ambiances à faire pleurer un clou s'évaporent alors que Geometry of Shadows tourne en un beau down-tempo alimenté par des notes d'un piano rêveur qui tombent en cascade dans une riche texture sonique et dont l'abondance alimente tant les ambiances que le doux rythme assez astral. Ça dépasse les frontières du New Age! La recette de Tigerforest reste aussi simple qu'efficace; Gunnar Spardel multiplie les couches de synthé, en leur donnant le plus de couleurs possibles, dans des ambiances où rôdent une faune sonique aux tonalités biscornues. Ainsi les textures sont riches et assaillent les oreilles avec des kaléidoscopes de couleurs irradiantes. Awakened by Silence est une autre belle ballade qui me rapproche du style très électro folk de Darsha Ambient. C'est très beau et aussi assez touchant. Aqua Marine nous replonge dans une ambiance lourde mais toujours aussi musicale avec une 2ième partie explosive d'émotions. Vous avez sans doute en tête une belle scène d'amour où les deux amants courent sur une belle plage avec un fond immensément bleu! C'est ce genre de musique qui jouerait. Tout de THE TIDES OF DAY AND NIGHT ne peut me plaire! C'est ainsi que je me passe de commentaires sur My Silent Mystery, qui est du gros synth pop à la Duran Duran.

J'ai été agréablement surpris par cet album, tant par l'approche très professionnelle de Gunnar Spardel que par la qualité de sa musique très énergique qui, malgré tout le tohu-bohu de ces rocks électronique, garde une savoureuse cohésion entre la progression des ambiances aux rythmes. Hormis sa riche et très diversifiée enveloppe sonique, l'autre grande force de THE TIDES OF DAY AND NIGHT est cette fluidité entre tous ses styles. La marque d'une très bonne production. Du bon rock électronique vivant et mélodieux; THE TIDES OF DAY AND NIGHT plaira assurément à ceux qui ont aimé cette période Miramar du Dream.

Sylvain Lupari (31/08/14) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Tigerforest Bandcamp

3 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari