• Sylvain Lupari

TM SOLVER: Polymorph (2014) (FR)

Polymorph plaira sans aucun doute aux fans de TM Solver ainsi qu'aux aficionados qui sont à la recherche des chaudes senteurs analogues

1 Rhythmikon 13:12 2 Echo-Line 16:45 3 House-Reflections 7:43 4 Dream Voices 14:15 5 Amound 12:30 6 Analog Shaping 13:23 SynGate | CD-r TM07

(CD-r/DDL 77:48) (New Berlin School)

Les percussions pétillent délicatement. Leurs cliquetis se fondent dans une ligne de basses séquences qui moule un rythme fantôme. Un rythme discret qui étale des ions dont les sonorités chaleureuses s'accouplent aux sourdes pulsations qui redirigent le rythme ambiant de Rhythmikon vers une forme de techno lunaire orné de brume prismique et de doux gazouillis électroniques. Des larmes de synthé prennent forme pour étendre des solos nasillards et rêveurs, alors que le rythme finement saccadé déploie une approche plus agressive qui éveillera des souvenirs du temps où Robert Schroeder redirigeait les axes de la New Berlin School avec des approches plus funk, plus groove. Bien que des réminiscences de Tangerine Dream, tournée 1981, plombent nos souvenirs, notamment avec ces séquences cristallines qui dansottent par moments autour des pulsations symétriques, Rhythmikon porte le sceau de TM Solver avec cette délicate balance entre le rythme et ses parures où les voix astrales et les brumes opalines restent les nounous des structures savoureusement hypnotiques. Un rendez-vous avec la musique de TM Solver est un évènement que l'on ne peut refuser. Simpliste, minimaliste et très Teutonique, mais orné d'artifices qui séduisent autant que captivent, la musique de Thomas Meier est une des plus savoureuse à sortir de label SynGate. Et chaque nouvel album dévoile un truc qui hante l'oreille jusqu'au prochain. Et POLYMORPHne fait pas exception!

Cette fois-ci c'est Echo-Line. Superbement enjôleur, comme un carrousel à la verticale qui tournoie en état d'apesanteur, Echo-Line offre un très beau rythme ambiant. Un rythme qui emmagasine ses charmes avec de fins mouvements de saccades ancrées sur des pulsations sobres, répétitives mais drôlement efficaces. Un rythme orné d'ingénieuses percussions bourrées de cliquetis et de tonalités qui tintent comme des objets de rareté et parfois changent la course d'un rythme qui reste pourtant stationnaire. Tout est dans l'oreille et sa perception. Ajouter à cela des séquences harmoniques, des nuages de brume opaline où se cache des voix stellaires, un synthé aux harmonies et aux dialogues nasillards; nous avons un petit bijou qui se colle aux charmes très envahissant des meilleurs moments de Pyramid Peak. C'est très bon et c'est dans mon iPod; section meilleurs pistes de 2014! House-Reflections suit avec un rythme plus fluide. Ici c'est le synthé qui prédomine avec de bons effets électroniques mais surtout de bons solos qui survolent une structure de rythme affamée qui veut mordre les tympans avec un maillage de séquences et percussions qui le découpe avec des coups secs. Un bon New Berlin School dont la seule faiblesse est de précéder les 30 premières minutes de POLYMORPH, surtout que Dream Voices enchaîne avec une structure qui épouse ce rythme vif et fluide. Un rythme qui est embourbé dans les parures de Echo-Line. Par contre le côté séduisant est cette approche qui me semble plus d'un genre ethnique du Moyen-Orient avec des effets de séquences organiques et des accords d'une harpe cosmique à la Indra. Amound est plus ambiant. Quoique ses pas soient lourds et résonnants, le rythme tournoie comme des pas de loup dans des brumes intergalactiques imbibées de métaux grisâtre, de voix spectrales aux chants enfouis dans l'oubli et de saccades gorgées de grésillements avant de gagner une douce vélocité qui s'accompagne de séquences aux cliquetis chevrotant. Analog Shaping présente aussi un rythme doux qui est délicatement tambouriné par des séquences, délicieusement habillées de tonalités percussionnées, qui se fondent à une ligne de basse aussi oisive que lunaire. C'est envoûtant et ça termine un très bel album où les rythmes polymorphiques naviguent dans des doucereuses ambiances morphiques. POLYMORPH plaira assurément aux fans de TM Solver ainsi qu'aux aficionados qui sont à la recherche des chaleureux charmes de l'analogue. Une autre belle parution qui niche sur SynGate.

Sylvain Lupari (16/12/14) *****

SynthSequences.com

Disponible au SynGate Bandcamp

3 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari