• Sylvain Lupari

VANDERSON: Exit Earth (2020) (FR)

C'est de la pure techno qui ne nie pas du tout l'ancien style de Vanderson en ayant ces senteurs de son Berlin School

1 Forever Young 7:53

2 En-Trance 9:28

3 Collages 6:26

4 In the Distance 7:40

5 From Dawn Till Dusk 6:53

6 Follow to Deepest Feelings 9:19

7 Message for Earth 8:42

Bonus Tracks

8 Hypnotic Revival 8:36

9 Dreamstate Logic 6:39

Vanderson Music

(DDL 71:41)

(Techno, Trance, EDM)

C'est pas que Maciej Wierzchowski ne m'avait pas prévenu! La nouvelle orientation artistique de Vanderson se concentre uniquement sur la musique de danse. Plus que ça même… Du Techno mélangé à du Trance dans une vision rythmique à faire pâlir l'Électronica. C'est OK que je lui ai dit. Après tout, Moonbooter, Stefan Erbe et Aes Dana, pour ne nommer que ceux-là, remplissent régulièrement des chroniques sur Synth&Sequences. Alors, pourquoi pas celle de Vanderson!? D'autant plus que le très crédible bellrob, Rob Hartemink, consacre des heures à faire un montage vidéo sur sa musique, comme avec le titre d'ouverture Forever Young qui met en vedette la très belle voix de Rita Raga. Sautons donc dedans, tant qu’à y être!

Ce sont des arpèges lumineux et sautillant dans une maladresse chorégraphiée que débute ce titre. Le décor océanique en arrière-plan donne un aspect cinématographique qui sied assez bien à la vision mélodie-romantique de la musique. Les percussions tombent, de même que des basses pulsations, structurant un hymne EDM qui prend une tournure de Transe éthérée avec la voix de Rita Raga. Les percussions en boîtes (hum…je dois dire que ça m'agace) s'agitent aussi nerveusement que des percussions électroniques peuvent, amenant Forever Young dans un bon techno arrimé à des arpèges mélodieux ainsi qu'à une solide base de rythme et de son séquenceur qui flirte avec le genre New Berlin School. Construit pour plaire sans ambages aux amateurs de rythmes, ce premier titre est lourd, nerveux et sec. La vision mélodieuse est secondaire, quoique la voix et les murmures d'extase de Rita Raga ouvrent une dimension suggestive. Vanderson à fait son lit et EXIT EARTH s'enligne pour être un album de rythmes Techno purs et durs. Près de 10 minutes de rythme soutenu et aiguillé par des rafales de percussions en canne, En-Trance est nettement plus efficace si vous avez les pieds légers.. Boom-Boom, tock-tock! Le rythme est sautillant comme la démarche d'une gang de ruelle sur un pied de guerre. Des effets organiques et des percussions tribales sont les principaux éléments décorateurs, alors que des riffs de clavier et des pads de synthé secs complètent une vision harmonique soudée à travers des boucles aux chants de rossignol électronique. Disons que ça cogne fort! Et Collages ajuste le rythme à une coche plus haut avec une basse funky qui travaille sans relâche pour soutenir la panoplie de percussions et de basses séquences qui tiennent le moule de ce Techno Funk. Des échantillonnages de voix et de bons effets percussifs, on dirait des tintements de bouteille, ajoutent à la dimension harmonique de Collages qui est nettement plus axé sur le rythme qu'autre chose. Honnête? Mes oreilles bourdonnent déjà et il me reste 48 autres minutes à absorber.

Et nous avons droit à un léger repos avec In the Distance, qui met aussi en vedette les murmures d'extases provocateurs de Rita Raga. Ce sont des arpèges bleutés qui instaurent la cadence initiale avec des pas de va-et-vient sur un clavier très court. Le rythme qui suit cette empreinte est un des plus fascinant sur EXIT EARTH avec de bons effets percussifs qui obsèdent l'ouïe. Un très bon titre qui est du même répertoire que Moonbooter et qui explose dans une deuxième partie sauvage, et délicieusement harmonieuse, qui libère tout le ciment que j'avais encore dans mes souliers. From Dawn Till Dusk emprunte les mêmes sentiers que En-Trance, alors que Follow to Deepest Feelings abaisse un peu la température rythmique avec un bel EDM. Un très bon titre! Je raffole d'un titre comme Message for Earth qui allie ses effets de science-fiction autour d'une ceinture stroboscopique et des impulsions cinématographiques pleines de retenues. Un synthé fait sortir une dialecte convaincant alors la musique et ses effets tournent dans une spirale sans fin. L'achat de EXIT EARTH donne droit à deux titres bonis. Hypnotic Revival suit un peu le mouvement circulaire saccadé de Message for Earth. Cet Électronica ambiant ajoute du poids entre la 5ième et la 6ième minute avec une ligne de basse élastique et rampante qui s'attache bien aux percussions. Ça devient un intéressant down-tempo lourd, fort et puissant. L'ouverture de Dreamstate Logic me fait penser un peu à Scratching the Surface par Saga. Le rythme est lourd et lent avec de belles harmonies du synthé et de bons pads métalliques avec une teinte orchestrale. Le rythme est circulaire avec son effet de saccades spasmodiques. La basse est rampante et vampirique. Elle tient sa place dans la palette d'effets percussifs du titre. Un chorale tribale se met à marmonner avec insistance des paroles où je crois entendre Krishna, mais je ne peux le jurer. Ça fait différent, mais ça passe plutôt dans cet album qui graduellement trouve refuge dans nos oreilles avec une seconde partie qui est nettement plus réussie.

Vanderson disait vrai! C'est du Techno pur et dur qui ne renie pas pour autant le style d'antan du musicien-synthésiste Polonais.

Sylvain Lupari (10/10/20) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Vanderson Bandcamp

84 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari