• Sylvain Lupari

VANGELIS: Chariots of Fire (1981) (FR)

C'est un sapré bel et bon album rempli de trucs qui donnent des frissons et/ou qui font soupirer nos petites cordes sensibles

1 Titles 3:33

2 Five Circles 5:20

3 Abraham's Theme 3:20

4 Eric's Theme 4:18

5 100 Metres 2:04

6 Jerusalem 2:47

7 Chariots of Fire 20:41

CD Polydor ‎- 800 020-2

(CD 42:06)

(New Age, EM, Soundtrack)

Quoi? Je n'ai toujours rien écrit sur CHARIOTS OF FIRE? Je ne voyais pas le rush, ni la nécessité. Tant tout a été dit et écrit sur le sujet. Les purs et durs honnissent cet album, le trouvant trop simpliste. Trop commercial j'ai entendu. Pourtant, ils aimeront bien Antartica! Moi j'ai toujours bien aimé, quoiqu'il ne fasse pas parti de cette liste d'albums qui m'accompagne lors de voyages. Et pourtant, chaque fois que je l'écoute, comme en ce moment, je me demande toujours pourquoi. Parce qu'effectivement, je le trouve très bon. Il y a toujours une catégorie de gens qui déteste tout ce qui est beau. Ça, ça reste entre eux puis leur miroir! C'est en toute honnêteté que je vous parlerai de ce petit chef-d'œuvre qui m'a fait lever le poil des bras assez souvent. Je connaissais déjà Vangelis puisque mon grand ami et frère de vie Bernard me faisait découvrir les valeurs du musicien Grec avec Heaven & Hells. Et là, pas question de faire une comparaison. Il n'y en a pas! Heaven & Hells est un album intense, complexe, mélodieux et tortueux. Il y a de la sueur de larme dans cet album. Alors que CHARIOTS OF FIRE est tout doux, mis à part les célèbres explosions orchestrales dans la longue pièce-titre et peut injecter des doses de frissons ici et là. Donc, c'est en pleine apprentissage de cet album mythique que j'ai entendu ce premier succès commercial d’envergure pour le musicien Grec.

Tout d'abord, comment rester insensible à Titles? À cette note de clavier prisonnière d'un doigt conquérant qui sculpte un bref crescendo. Ce chant si lumineux du synthé et cette délicate mélodie pianoté avec tendresse et mélancolie qui se fige dans nos oreilles. Un délice! Et ce n'est pas la seule mélodie teintée d'eau de rose dans cet album. La longue pièce-titre en pond à tous les 5 minutes. Il y a ce Five Circles aussi où le synthé est littéralement en souffrance sur un fond étoilé. Mais on oublie les orchestrations et tous ces éléments cousus de main de maître par le musicien Grec où chaque son pèse son mot. Et cette mélodie lunaire qu'est Abraham's Theme? C'est vrai que ça sonne comme du vieux Vangelis, période L'Apocalypse des Animaux ou La Fête Sauvage. Il en reste que c'est très beau! L'intensité derrière Eric's Theme allait creuser les sillons pour des albums tel que 1492, Conquest of Paradise ou encore El Greco et même Alexander. Avec 100 Metres nous entrons dans les sphères de la musique abstraite de Vangelis qui n'est pas vraiment loin de Invisible Connection ici. Le titre fond dans l'hymne pastoral de Jerusalem et ses chants Grégoriens. En fait, ce premier côté de CHARIOTS OF FIRE est une petite usine à donner des frissons. On y trouve toute la splendeur du musicien grec qui à cette époque allait composer de brillantes trames sonores. Cet album offre une musique prête à écouter sans interrogation. Et tranquillement, l'auditeur passe d'un titre FM, Titles, à une aventure orchestrale intense avec sa chorale pastorale. À mon point de vue, c'est du très bon Vangelis qui a amené bien des nouveaux adeptes dans le royaume de la MÉ. Il y a personne qui va me faire dire le contraire là-dessus!

Comme je disais plus haut, la pièce-titre offre des moments intenses dans une vision philarmonique plus accessible. Les influences de ces derniers albums, entre autres China, explosent ici. Le piano est dominant et laisse de côté les complexités des synthés que Vangelis aimait bien présenter dans ses albums antérieurs. Par contre, la toile de fond présente des éléments que nous entendrons dans Blade Runner. Donc, Chariots of Fire, le titre est une bonne composition plus dans la douceur que le côté iconoclaste des compositions d'une telle envergure. Je n'y vois aucun remplissage, même pas dans la finale où Vangelis sort ses synthés et ses effets électroniques. Évidemment, le titre fait des liens et collige aussi tous ces petites bonheurs composés dans la Face A. C'est pas péché! Ces liens sont intéressants et juste assez présents pour ne pas prendre trop de place.

Donc! Ne soyez pas intimidés par les critiques négatives concernant cet album. CHARIOTS OF FIRE est un sapré bel et bon album rempli de trucs qui donnent des frissons et/ou qui font soupirer nos petites cordes sensibles. N'est-pas le but de la musique?

Sylvain Lupari (13/01/21) *****

SynthSequences.com

Disponible partout et chez Groove 😊

349 views0 comments

Recent Posts

See All