top of page
  • Writer's pictureSylvain Lupari

Various DiN Index08 (2023) (FR)

Une compilation qui regroupe sans doute une des plus belles périodes de DiN ne peut-être qu'un petit chef-d'œuvre

1 Coil 4:34

2 Airstrip One 4:10

3 Revolve 5:17

4 Tout ce qui a lieu 4:16

5 Plector 3:38

6 Cycles 4:33

7 Tellus Mater 4:12

8 Rings 5:06

9 Air in the Air 4:07

10 Hyperincandesent 3:18

11 Neverheart 5:32

12 Floating in the Meme Pool 2:46

13 Parallax 5:02

14 Le nombre des noms 3:48

15 Acentria 4:48

16 Ministry of Truth (Minitrue) 4:58

17 Dorothy Spearhead 10 4:31

18 Harmonic Pathways 3:46

(CD/DDL 78:20)

(Berlin & England Schools Electronica)

Généralement, il faut attendre que DiN réalise un 10ième opus, soit entre 3 et même 4 ans, avant qu'une autre collection du genre iNDEX suive la dernière. On parle d'album régulier, et non d'album offert uniquement en téléchargement. On y trouve donc aucun extrait de Modulations III ici. Mais pour cette 8ième édition de iNDEX, ça a pris à peine 17 mois pour que Ian Boddy signe la réalisation de iNDEX08. Signe que la musique électronique, sous le signe du synthé modulaire, et la créativité se portent à son mieux dans le royaume DiN. De Hyperincandescent (DiN71), de Polypores, à Tractatus Lyra​-​Organismus (DiN79), de Lyonel Bauchet, le grand manitou du label Anglais à enchainé et mixé une autre série de 18 titres qui se suivent dans une nouvelle perspective musicale. iNDEX08 flirte avec la barre des 79 minutes de musique qui s'écoute en une fraction de vie et sans interruption pour le plus grand plaisir des mélomanes. Parce que le son, l'audace et la créativité riment autant avec les styles England et Berlin School tout en flirtant avec le genre Électronica ou/et IDM et ces panoramas cinématographiques d'œuvres dont les textures sonores font loi chez DiN.

Ça débute avec le maestro lui-même qui propose un extrait de la pièce titre de son album Coil. Il en prend le cœur pour offrir sa délicieuse section de rythme fidèle à un marathonien courant sous un ciel et le désastre de ses astres. Suit Airstrip One de l'excellent album 1984 du duo Anglais d'Voxx. Un album que je recommande fortement en passant! Son rythme noir et résonnant épouse celui de Coil, avec une essence plus Électronica. Les séquences hypnotiques et harmoniques de Revolve, tiré de l'album du même non du duo Boddy & Wollo, qui dansent sur une séquence suggestive et noire du Moog, sont aussi en symbiose avec la structure Berliner du premier titre de iNDEX08. Le mélange de guitare et du séquenceur ici est unique! De Berlin School, nos oreilles suivent l'évolution de cette compilation vers une structure plus Électronica mais genre cinéma dystopique de Tout ce qui a lieu, de Tractatus Lyra​-​Organismus. Sa finale mélancolique se mêle aux ondulations torsadées de Plector, un Berlin School ténébreux et qui rampe sur ses battements organiques que Parallel Worlds nous a offert à la fin 2022. L'ouverture ténébreuse de Cycles, tiré de l'album Singularity de Node, sied très bien à la finale de Plector. Le titre développe un rythme frénétique avec des ions sauteurs qui n'ont pas mangé une once de rythme depuis des lune. C’est ce que j’avais écrit dans ma chronique en avril dernier. Ce parfait agencement des rythmes se tempère avec l'atmosphérique et dramatique Tellus Mater de l'album Revolve. Le superbe Rings, de Coil, remet la structure de rythme initiée par la pièce titre de cet album de Boddy en place. Un des meilleurs titres en 2022! The Homeland of Electricity a été une véritable révélation pour mes oreilles en 2022. Un album audacieux et créatif, Ian Boddy a choisi le rythme ambiant d'un downtempo mou et les ambiances surnaturelles de Air in the Air comme premier extrait de cet album de Scanner. Le second extrait est Acentria. Il roule entre les oreilles avec le même impact que Airstrip One.

Il est assez difficile de choisir 2 extraits de l'album Hyperincandescent de Polypores puisqu'il contient deux longs titres fleuves de 22 minutes. Qu'à cela ne tienne, Ian propose la portion la plus éthérée et mélodieuse de la longue pièce-titre, alors qu'il choisit une des sections rythmiques de Floating in the Meme Pool, un rythme spasmodique tracé par la course en zigzag du séquenceur, afin de mieux représenter les valeurs de cet album qui s'adresse aux oreilles aimant l'audace et la créativité. Entre ces 2 titres, nous retrouvons le rythme semi ambiant et semi Électronica de Neverheart de Surface 10 qui fait un retour chez DiN après une absence de près de 7 ans. Le 2ième extrait de l’album A Stray Ending, Dorothy Spearhead et son mouvement qui croise un hip-hop et un downtempo, ne peut que nous faire espérer que Dean De Benedictis ne prendra pas un autre 7 ans avant de proposer une autre œuvre à DiN. Un très bon album de Psybient, d'Électronica et de IDM si vous voulez mon avis! Boddy soutire l'essence rythmique England School du long Parallax, le titre dépasse les 13 minutes dans Singularity, afin de donner cette essence Berliner à la seconde partie de iNDEX08. Le nombre des noms, de Bauchet, et ces ambiances cinématographiques d'un univers sombre renoue avec la musique plus atmosphérique. Acentria de Scanner coule très bien ici! Idem pour Ministry of Truth (Minitrue), de d'Voxx, qui y va aussi avec une structure de rythme ondulatoire qui peu à peu flirte avec une Électronica très entrainante. Harmonic Pathways termine ce iNDEX08 comme il terminait l'album de Bakis Sirros, soit avec une musique d'ambiances méditatives où les ténèbres de Plector flirtent avec les cieux de Brian Eno.

Les 9 derniers albums de DiN ont tous flirté avec l'excellence. J'ai même accordé 5 étoiles à 4 d'entre eux. Bien que je les possède tous, j'ai écouté les extraits qui en ont été soutirés afin de réaliser iNDEX08 avec les oreilles plongées dans le bonheur de les réentendre dans une compilation où les différentes ambiances et sources rythmiques fusionnent dans une créativité sonore et musicale qui est intrinsèque au label Anglais. Triés et présentés dans ce contexte et dans cette ordre, les titres proposés coulent avec une autre dimension musicale. Bien que je reconnaisse d'emblée les titres plus récents du catalogue DiN, comme les albums de Lionel Bauchet, Node et Surface 10, ainsi que les moins récents comme Coil ou encore 1984, que j'écoute régulièrement, l'art de Ian Boddy pour remixer et présenter cette collection de titres en fait un genre de nouvel album…et non une compilation. C'est aussi vrai pour ce iNDEX08, que pour les autres iNDEX en passant. Excellent de A à Z!

Sylvain Lupari (05/08/23) *****

Disponible au DiN Bandcamp

(NB: Les textes en bleu sont des liens sur lesquels vous pouvez cliquer)

222 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page