• Sylvain Lupari

WLADYSLAW KOMENDAREK: Deformator (2014) (FR)

Insensé!? Bien plus que ça! Deformator est une immense mosaïque de psybient enveloppée des principaux éléments de la Berlin School

1 Consciousness Mill 7:53

2 Guards of Silence 9:31

3 Nude Lips 6:14

4 Love Daughters 8:13

5 Totalitarian Engineering 6:08

6 World Great Slogans 8:30

7 Wife-Beater 9:35

8 Slaves of Mythology 3:58

9 Deformator 8:16

Ricochet Dream | RD076

(CD 68:18)

(Experimental, Techno and IDM)

Décidément, l'univers sonique de Władysław Komendarek est tissé dans l'originalité! On serait porté à croire que le sorcier des sons Polonais, puisqu'il niche sur le label Ricochet Dream, ferait un style de MÉ portée sur le modèle de la Berlin School. Il n'en n'est rien! DEFORMATOR poursuit là où Chronowizor s'était arrêté, soit dans les terres de la musique sans frontières. Une MÉ insoumise où le très expérimental, le techno, le Ska, le Drum'n'Bass, le Hip-Hop et l'IDM épicés de sauce psybient envahit nos oreilles et fait crier les voisins. Certes il y a des parfums de la Berlin School, notamment pour les rythmes séquencés et les innombrables et très bons solos de synthé. Mais pour le reste, ce dernier album du bizarre polonais porte admirablement bien son nom avec des rythmes décousus, et des mélodies qui le sont tout autant, qui nichent dans un impressionnant collages de percussions, de voix aussi agaçantes que séduisantes et de denses orchestrations qui freinent la fureur des rythmes. C'est un album avec un Komendarek encore plus décapant, plus mordant et incisif. Un Komendarek qui aime vêtir des habits de Frank Zappa pour déformer ses visions satiriques de la société et de son actualité planétaire avec une musique totalement agressive et déjantée où les structures se perdent et se déforment dans des allégories qui refusent toute forme d'esthétique.