• Sylvain Lupari

ZERO OHMS: Cloudwalker & the Ascent (2022) (FR)

Un bel album à emporter lors de notre prochaine excursion dans les territoires de Morphée

1 Cloudwalker and the Ascent 5:57

2 Unknownland 2:45

3 Vistas Beyond 7:31

4 Tum Gaon (Ascending to Higher Places) 10:20

5 Skybound (Free from Terrestrial Bonds) 9:20

6 Deep Sky Tones 5:22

7 Across the Seven Skies 6:10

Spotted Peccary | SPM-2502

(DDL 59:24)

(Meditative ambient EM)

Il faut définitivement aimer le style ambiant très méditatif pour apprécier la musique de Richard J. Roberts. Cet écrivain, peintre, musicien, enseignant et producteur originaire de l'Est des États-Unis aime mettre en musique les images et les sensations que la vie, lire aussi la nature, lui présente sur un plateau de merveilles. Disponible uniquement en version téléchargement, CLOUDWALKER & THE ASCENT est du même moule que Process of Being, le dernier album en solo de Zero Ohms sur Spotted Peccary en 2014. Entretemps, le flûtiste et manipulateur de vents synthétisés a travaillé avec Markus Reuter et Numina en plus de produire 3 opus en solo sur sa plateforme Bandcamp. Donc, l'inspiration est toujours là et ça s'entend sur cette nouvelle aventure en sons inspirée par son déménagement dans un village de style carte-postale en plein dans le cœur des montagnes de la Caroline du Nord. On devine l'endroit idyllique de par la musique et ses structures qui nous amène directement dans les nuages que Zero Ohms respire chaque jour lors de ses excursions dans les hautes montagnes de la région. Le marcheur dans les nuages, d'où le titre CLOUDWALKER & THE ASCENT!

Un chevrotant souffle d'une flûte flirte avec des brises en ouverture de Cloudwalker and the Ascent. Le ton est donné avec ces éléments de la nature qui s'invitent dans cette aria sans voix ni accompagnement, ce qui ne lui enlève aucun de ses charmes. Deux nappes de réverbérations séparent les tonalités de la flûte qui joue avec des nuances graves comme aigues avec une portée qui laisse entendre l'écho qu'elle répercute entre les immenses lézardes séparant les flancs des montagnes. Le ton de la flûte Zero Ohms suit son inspiration momentanée dans un enregistrement qui semble se dérouler à l'extérieur tant l'étendue sonore voyage comme un filet de notes prêt à se faire saisir. Les sons de la nature ici présents ne sont pas sans rappeler les ambiances séraphiques de Of an Uncertain Mythos qu'on retrouve sur Broken Stars Through Brilliant Clouds, le dernier opus de Zero Ohms sur le label américain qui a été fait en collaboration avec Numina en 2015. De plus il réussit à recréer en musique son excursion sur les hauts monts remplis de nuage qui dissimulent son petit village. Unknownland est un titre qui fait travailler l'imagination avec des chants d'oiseaux et un concerto très discret de jeunes flutistes en apprentissage qui accompagnent un professeur improvisant du Jazz flûté en pleine nature. Étonnement, Vistas Beyond est ce genre de titre que les passionnés de musique électronique (MÉ) apprécieront d'emblée. Un ruisselet d'arpèges carillonnés scintille et virevolte autour d'une ligne de basse en ascension, créant une mélodie ambiante sur un rythme très près des territoires de la Berlin School. Des vents mugissent derrière cette structure méditative archi mélodieuse. On accroche comme on s'accroche à le plus beau de nos rêves! Plus long titre de cet album-téléchargement, Tum Gaon (Ascending to Higher Places) est un voyage méditatif conçu sur de longs souffles de flûte dont les hautes tonalités nous amène vers des cimes inatteignables selon le concept de la tradition taoïste. Souvent monocordes, ces brises flûtées ont une portée enchanteresse et s'étendent sur un lit de brises murmurées ainsi que de légers bourdonnements. Tout autant méditatif, Skybound (Free from Terrestrial Bonds) propose plus de chaleur et d'émotions avec des timbres plus bas qui épousent le mouvement légèrement ascendant d'une ombre de synthé. S'il existe une porte vers la sérénité, elle est ici! Cette cohabitation entre l'acoustique et l'électronique est plus tangible dans Deep Sky Tones. Cet autre titre très contemplatif expose les nuances entre la flûte et le synthétiseur dans un beau mouvement ascensionnel spirituel. C'est très près de Skybound (Free from Terrestrial Bonds) avec un côté électronique plus dominant. Across the Seven Skies propose différentes couches de flûte dans une vision musicale d'une mélancolie à faire frémir une roche. Les sons de flûte sont poussés comme des messages à travers les nuages, revenant sur leur destination afin de créer un crescendo émotionnel légèrement cadencé.

Contemplatif, émotif et très saisissant sont les qualificatifs qui me viennent à l'esprit afin de décrire les 47 minutes de CLOUDWALKER & THE ASCENT, un album à apporter lors de notre prochaine excursion dans les territoires de Morphée. Zero Ohms réussit à nous faire visiter un territoire inconnu des Alpes américaines à travers ces 7 titres dont la grande qualité est d'avoir une propre identité. Il n'y a pas de redondance, ni d'endroit qu'on visite deux fois dans ce très bel album ambiant et méditatif plus épuré et moins sombre qu'il m’ait été donné d'entendre de Richard J. Roberts. Un doux rendez-vous à ne pas raté si on affectionne le genre.

Sylvain Lupari (07/07/22) *****

SynthSequences.com

Disponible au Spotted Peccary Bandcamp

156 views0 comments