• Sylvain Lupari

AD MUSIC: E-Scape 2018 (2018) (FR)

“Voici une autre solide compilation d’AD Music qui plaira certainement aux amateurs de musique rythmique et mélodieuse facile à apprivoiser”

1 Redemption (Code Indigo) 12:38 2 Cries in the Mist (Ron Boots) 8:40 3 Deepdream (FD Project) 6:30 4 Circadian Cycle (Volt) 7:16 5 Orcadian (Concept Devices) 11:28 6 Industrial Sunset (Gazzcollins) 4:58 7 Thunderroad (Ron Boots) 14:12 8 Krystal Halls Highway (Code Indigo) 7:57 AD198CD

(CD/DDL 73:55) (Sequencer-based melodious EM)

Pour une 4ième année de suite, les dirigeants du label Anglais AD Music mettaient sur pied le populaire festival de MÉ; E-Scape, qui se tenait à Halesworth le 2 Juin 2018. Et il y avait du bien beau monde. Tout d'abord, le retour de Code Indigo avec David Wright, Robert Fox et Andy Lobban qui étaient entouré de Carys et Stephan Whitlan. FD Project qui en était à sa 2ième participation, de même que le Ron Boots' Band avec Frank Dorittke, Harold van der Heiden et Stephan Whitlan. Volt en était à sa 1ière participation tout comme Gazz Collins, un artiste qui gravite dans les sphères de la MÉ depuis le début 2010, et Concept Devices, projet de Martyn Greenwood. Ce festival était dédié à Klaus Hoffmann-Hoock dont le titre Krystal Halls Highway, performé par Code Indigo, a été composé avec David Wright il y a quelques années. Des gros noms pour un grand festival, j'ai écouté le ticket virtuel et franchement c'était très bien, qui se retrouvent dans E-SCAPE 2018; une solide compilation de titres inédits qui a tout pour plaire aux amateurs des artistes signataires…et même plus!

Une onde bien grasse allume l'introduction plutôt cosmique de Redemption. Les notes de piano qui viennent ajoutent une mélodie bien en suspension dans ce décor lunaire. Chaleur, douceur et musicalité émane de ce piano très pensif qui finalement lâche lousse une approche de ballade nocturne, embellie par des nappes de voix Elfiques. Conformément à l'approche progressive électronique de Code Indigo, ce piano amène la musique vers un crescendo autant harmonique que rythmique qui débloque vers un bon mid-tempo autour de la 4ième minute. Structurée autour d'une belle recherche au niveau des effets sonores, l'approche est aussi muette que ces percussions qui semblent imbibées de gaz morphique. Si les séquences qui papillonnent donnent une teinte électronique à Redemption, les violons de soie qui caressent le mouvement, ainsi que ses cloches angéliques, ajoutent une forte couleur de romance cinématographique à une musique qui testera d'autres niveaux de rythmes, plus électronique, et d'ambiances romanesque toujours en conformité des bons moments de ce mythique groupe Anglais dont le retour est chaudement applaudi. J'ai hâte d’entendre les fruits de ce retour! Cries in the Mist est l'un des deux titres du prolifique Ron Boots dont la musique est toujours de très haut niveau. Et lorsque les planètes sont alignées, tout semble possible car ce titre épouse à merveille les sentiers de "Redemption", à tout le moins pour son approche en crescendo. Onde brumeuse et clavier méditatif ornent une introduction qui tombe en transe rythmique après les 60 secondes. Le rythme est spasmodique et stationnaire, un peu comme un long frisson qui parcourt notre corps. Mais cette fois-ci, le frisson dure près de 9 minutes avec une tapisserie de riffs qui structurent un débit hachuré. Soignées par des nappes de voix cotonneuses, les séquences scintillent nerveusement en suivant la boucle des riffs de Frank Dorittke à la guitare. Le noyau d'intensité reste bloqué à un niveau sédentaire, créant la structure idéale pour les courts jets d'une guitare qui reste, comme les autres instruments d'ailleurs, en retrait de cet étrange titre qui stigmatise nos sens avec son décor électronique assez éthéré. Deepdream propose une structure de rythme bondissante, genre up-tempo, forgée par des séquences qui papillonnent sur place et une autre ligne de séquences plus basses qui coulent avec plus de fluidité en arrière-scène. Cette structure très minimaliste sert la cause à de bons solos de synthé et de guitare. Un bon titre vigoureux de FD Project.

Les gros noms se suivent et c'est au tour de Volt! Circadian Cycle est aussi un titre plutôt tranquille qui vogue entre ses phases éthérées et des moments un peu plus rock entraînant et mélodieux. Si les séquences font très Tangerine Dream des années Jive, les solos de synthé portent la marque de Volt. C'est la 1ière fois que j'entends du Concept Diveces et la musique semble très près des ambiances expérimentales avec ce Orcadian. La profondeur des ambiances me fait penser un peu à En Attendant Cousteau de Jean-Michel Jarre, alors que les textures sonores qui meublent son panorama principal vont de très intenses, genre Jean-Pierre Thanès dans Occitania, à carrément musicaux en deuxième partie. C'est une musique qui demande quelques écoutes, alors que c'est tout le contraire avec le rock électronique très harmonique, genre TD des années Jive, de Gazzcollins dans Industrial Sunset. Ron Boots revient pour un 2ième tour de piste avec le très fougueux Thunderroad. Après une introduction parfumée d'ambiances chthoniennes, la musique épouse un solide rock électronique avec un Harold van der Heiden en grande forme à la batterie qui a encore de l’énergie par une deuxième partie plus en mode Jazz électronique progressif. C'est très bon et encore une fois l'ami Ron nous amène hors de sa zone, et notre zone, de confort avec son doigté unique pour la composition. Composé avec Klaus Hoffmann-Hoock, Krystal Halls Highway termine E-SCAPE 2018 avec une structure évolutive. L'introduction est nourrie par des morceaux de solos évasifs, donnant ainsi une latitude à Carys de susurrer des fredonnements elfiques. Peu à peu le tempo augmente la cadence pour épouser un rythme entraînant où les boucles de guitares flirtent avec l'ésotérisme et les percussions avec l’électronique. La guitare de Klaus Hoffmann-Hoock fredonne autant que la voix de Carys sur cette structure dont le galop entraînant s'éteint paisiblement dans des parfums Hindoue et une finale ambiosphérique, témoignant de la personnalité musicale d'un autre musicien qui nous a quitté trop tôt. Repose en paix mon cher ami Klaus.

E-SCAPE 2018 est une autre solide compilation du label AD Music. Tout est beau et bien fait! Et il n'y a aucun remplissage, tant la créativité des invités est au rendez-vous. De la belle MÉ qui plaira assurément aux amateurs d'une musique mélodieuse, facile à ingérer et animée par une belle fusion de séquences et percussions, notamment celles de Harold van der Heiden. À découvrir sur Apple Music ou sur Spotify (cliquez sur la pochette) pour vous convaincre encore mieux.

Sylvain Lupari (21/07/18) ****½*

SynthSequences.com

Disponible chez AD Music

52 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari