Search
  • Sylvain Lupari

ARGH: Get it Right (2017) (FR)

Projet musical de Glenn Main, ARGH vise un nouveau public pour AD Music avec un album de style rétro synth-pop

1 Homemade Wings 3:42 2 Night of the Living Synth 4:29 3 Get it Right 3:51 4 Dream a Dream 3:23 5 No Romance 4:09 6 Run Away 4:29 7 Too Late to Say Goodbye 3:45 8 Superwish 3:33 9 Wonderful Life 4:46 AD Music ‎– Argh2017r 

(CD/DDL 36:05)

(Retro Synth-Pop)

Je me suis posé la question assez souvent. Devrais-je en parler? Est-ce qu'une chronique à propos de ce 2ième album du groupe Norvégien ARGH avait sa place dans la bibliothèque de MÉ qu'est devenu Synth&Sequences? Et puis je me suis dit; pourquoi pas? Par respect pour mes lecteurs et par respect le label AD Music qui vise à diversifier dans un plus large éventail les styles de son catalogue, je me suis dit qu'en parler, ne serait-ce qu'un petit peu, peut guider mes lecteurs vers un choix plus judicieux. Et pourquoi ce préambule? Parce que GET IT RIGHT de ARGH, pour les initiales de Andreas Ronbeck et Glenn Henrikson, est très loin de la MÉ qui anime les débats ici et qui enflamme la curiosité des amateurs du genre Berlin School et de tous ses dérivés. Nous avons affaire ici à un album de Synth-Pop, ou de Future Pop c'est selon, avec chanteur et claviéristes qui sont visiblement inspiré du modèle Depeche Mode ou du groupe de musique Pop Norvégien A-ha. Et j'imagine que le fait que Glenn Main Henriksen soit derrière ce projet a donné un coup de pouce à ce groupe pour qu'il rejoigne l'écurie du prestigieux label Anglais et ainsi obtenir plus de visibilité.

Qui dit Glenn Main et qui dit AD Music dit qualité! À ce niveau, GET IT RIGHT n'aura aucune difficulté à séduire les fans du genre. Mais n'est pas Depeche Mode qui veut! La musique de ARGH, à tout le moins ici, oscille plus près des racines du Synth-Pop romantique et rose-bonbon des années d'or du genre et de MTV. Les rythmes sont peu sauvages et les effets percussifs sont nettement moins endiablés que dans les structures de DM. J'irais plus dans le genre Human League, surtout lorsque la voix de Iselin Main, fille de Glenn Main, qui appuie le chanteur Andreas Ronbeck dans des titres comme No Romance et la belle ballade Run Away, de Howard Jones, Simple Minds ou encore Bryan Ferry en solo, notamment dans Wonderful Life, afin de mieux décrire les 9 titres qui allongent à peine les 37 minutes de cet album. Il y a de bons moments, comme Night of the Living Synth, et beaucoup de titres dansables construits autour d'un Let's Dance de David Bowie comme meilleur outil de référence. L'approche reste très rétro avec structures rythmiques soutenus par des percussions en boîtes et des effets très pastiches des années d'or de la Synth-Pop. C'est d'ailleurs une des faiblesses de cet album. En offrant une musique, qui est tout de même assez séduisante, aux amateurs du genre, le duo Norvégien oublie grandement l'aspect innovateur. Les sons, les tons et les arrangements se situent dans la catégorie des années 80. C'est agréable, mais plus de 35 ans plus tard le genre a passablement évolué. À moins que ARGH vise les nostalgiques. Si c'est le cas, on peut dire mission accomplie. Bref; du Synth-Pop bien fait avec des tonalités d'hier rendues avec des instruments d'aujourd’hui. Et il paraît que le groupe offre tout un spectacle avec un Glenn Main inspiré qui est entouré de sa fille et son fils Nicko. Donc avis aux intéressés.

Sylvain Lupari (22 Juin 2017)

SynthSequences.com

Disponible au AD Music

2 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle