• Sylvain Lupari

JOHN GREGORIUS: Still Voice (2016) (FR)

Still Voice est un album New Age avec une guitare touchante et une belle vision mélodique qui vous fera voyager à travers les nuages

1 Grounded in Mystery 4:07 2 Wonder of Grace 4:44 3 Fall into the Open 6:16 4 Benevolence 4:23 5 Trust 5:34 6 Still Voice 3:41 7 True Self 4:14 8 Let it Go 3:23 9 Salt and Light 2:02 10 The Dance 7:59 Spotted Peccary ‎| SPM-1802

(CD 46:43) (Progressive New Age)

Lorsque j'ai reçu cet album de Spotted Peccary et que j'ai lu la revue de presse, mes oreilles ont voulu se pousser. Des fresques de guitares aux lignes superposées qui étendent leurs rêveries dans des nappes de synthé? Très peu pour moi! Mais j'ai un énorme respect pour Howard Givens qui réussit toujours à donner du souffle aux productions de son label. Par conséquent, j'ai écouté ce STILL VOICE. Mais il fallait bien que je rattrape mes oreilles. John Gregorius est un musicien/producteur très reconnu en Californie où il a produit et joué avec plusieurs groupes et/ou artistes qui ont un impact dans le pays des oranges. Guitariste chevronné, il avait tenté une expérience solo avec Heaven and Earth en 2007. Son style s'apparente un peu à celui de Checkfield, Stephen Caudel ou Darshan Ambient. Même que des fois, les multicouches de guitares et leurs arrangements m'ont fait penser à du David Gilmour très sage. Mais encore là, il y a bien longtemps que j'ai entendu du Gilmour en solo. Et pour bien donner une bonne dose de frissons dans l'âme, John Gregorius a retenu les services de 5 musiciens qui manient des instruments à cordes et à vents. Pas vraiment ma tasse de thé mais bon... J'ai finalement retrouvé mes oreilles!

Les notes d'une guitare s'accrochent à une ombre d'ambiances moroses. Des cliquetis s'invitent de même qu'une basse, des percussions et le piano. Grounded in Mystery débute cette odyssée de notes de guitares très fermement pincées avec une structure de rythme quasiment vivante où le piano et la guitare se livrent un sobre duel. Alors qu'une autre ligne de guitare attaque la mélodie avec des notes tellement plus harmoniques, la basse et la batterie restructurent Grounded in Mystery vers une ballade dont l'effet de lourdeur ajoute une dimension assez poignante. C'est beau, mais j'ai le sentiment d'avoir entendu cette musique. Soit avec Darshan Ambient, pour l'enveloppe très mélancolique, ou encore Stephen Caudel pour cet espèce de soif de liberté. Mais peu importe, c'est assez tentant de poursuivre. Wonder of Grace débute avec des boucles de guitares qui ondulent comme une ballade folk. Ici, John Gregorius étend trois lignes de guitares qui entrecroisent leurs harmonies et leurs songes sur un sobre jeu de batterie. Et soudainement, ce sont les anges qui chantent sur cet hymne très éthéré. Les percussions deviennent plus rock et la guitare reste cosmique, comme du bon Gilmour. Et là, notre réserve face à la musique de John Gregorius s'amenuise peu à peu. Je ne dis pas que c'est génial mais ça plait ma Lise! Fall into the Open est une lente marche funèbre avec la voix de Kimberly Daniels, pour deux couplets, qui caresse autant que les larmes des violons. C'est tantôt doux, tantôt très mélancolique et ça porte le poids du monde sur cette lente marche ornée de petits bijoux d'harmonies. C'est très New Age et on imagine facilement les anges valser tendrement sur ce rythme quasiment funèbre. Benevolence est le titre le plus animé de STILL VOICE. C'est quasiment électronique avec les percussions qui roulent et les ambiances séraphiques où se perd la six-cordes de John Gregorius. À date, ça va. C'est pas laid, même que les riffs donnent un aspect légèrement rocker au titre. Trust est un titre ambiant qui traîne le poids de Fall into the Open. John Gregorius met beaucoup d'effets de réverbérations sur les gouttelettes de sa guitare, amplifiant la portée émotive de sa musique. La voix de Kimberly Daniels donne des petits frissons à l'âme. La pièce-titre est un amalgame de Fall into the Open et Benevolence. True Self est un beau petit titre assez saisissante avec de bons arrangements et un rythme mou où l'on pourrait se voir flotter dans les airs. La batterie est aussi active que sur Benevolence, mais ça demeure une mélodie ambiante. Let it Go est quasiment acoustique. C'est comme amener ses potes sur le bord d'un ruisseau pour y faire un jam acoustique. Idem pour Salt and Light, mais seul les cordes sont au menu avec deux lignes de guitares. Violons et guitare acoustique, The Dance est un long titre aussi tranquille que le générique d'un film qui fini mal.

Nous sommes loin de l'électronique, mais j'ai trouvé ça beau! STILL VOICE est un album sans prétentions pour ceux qui aiment rêver au son d'une musique douce. C'est agréable, ça s'écoute assez bien et ça met notre cerveau à off! Lise a aimé. C'est déjà ça de pris!

Sylvain Lupari (18 Avril 2016) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Spotted Peccary Bandcamp

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari