• Sylvain Lupari

NORTHCORE: Desatero (2012) (FR)

Desatero est un étonnant voyage musical qui se déguste avec un envoûtement sans cesse croissant

1 Looking Glass 4:19 2 Jupiter 5:05 3 Nocturne 5:41 4 Oxygen 3:51 5 Ladybird 3:53 6 Quercus 3:02 7 Green Fridge 4:53 8 Metronome 2:48 9 Parting 4:18 10 Min Ros 3:48 Spotted Peccary| SPTD2101

(CD 41:38)

(EDM, Tribal Ambient, Electronica)

Voilà une étonnante production du label Spotted Peccary. Northcore est un obscur duo Anglais composé de Carl Gibbons (claviers, synthés, voix et effets) et Jana Tillotson (voix et effets) qui s'est taillé une enviable réputation dans les sphères de la MÉ underground, sans pour autant avoir réalisé un seul album. Et c'est ce label américain, plutôt renommé pour sa MÉ aux caresses de New Age progressif ou aux douces envolées séquencées, qui a réussi à capturer l'univers sonique de Northcore avec une belle production musicale où tous les détails sonores sont stigmatisés avec main de maître. DESATERO, pour 10 commandements, est un album sans frontières. Présenté dans une belle pochette troublante, c'est une fascinante mosaïque musicale de 10 titres, dont près de la moitié sont chantés et/ou narrés, qui voguent entre du down-tempo et de l'ambiant ethnique dans une superbe enveloppe poétique. Autopsie d'un étonnant album qui envoûte à chaque écoute.

Des pas froissant une neige métallique ouvrent Looking Glass qui étale toute la splendeur sonique de DESATERO avec une toile sonore au milles prismes. Des souffles éthérés soulèvent des poussières prismiques lorsqu'une voix feutrée donne le coup d'envoi à un savoureux down-tempo auquel s'accroche une ligne mélodieuse qui gambade entre les méandres ambiophoniques de Looking Glass. Le rythme est fragmenté entre ses atmosphères glauques et cristallines, évitant constamment une structure soutenue pour errer entre ses phases hallucinogènes. Jupiter est le seul titre à présenter un rythme soutenu. Et il est lourd. Arqué sur de bonnes frappes pulsatrices, il bat une mesure d'un genre mid-tempo avec de fines séquences circulaires qui moulent un léger filet stroboscopique qu'une ligne de synthé survole de sa mélodie ciselée. L'enveloppe est riche et foisonne de tonalités connexes qui ajoutent une dimension, cette fois-ci rythmique, surréelle à ce premier album de Northcore qui assaille les oreilles avec une incroyable finesse. Nocturne émerge d'une faune de bruits blancs pour offrir une séduisante incantation berbère où tam-tams claniques et grosses nappes d’orgues ténébreuses exposent tous les paradoxes qui sommeillent dans cet album. À la fois sensuel et lyrique Nocturne flotte entre deux phases, passant d'une danse tribale ambiante à une profonde immersion cauchemardesque. Oxygen est un titre chanté avec une voix suave et absente qui instaure un climat de tension horrifique avec cette comptine à la Freddy Kruger susurrée d'une voix feutrée qu'une fine et malicieuse ligne de piano accompagne au plus profond d'une paranoïa cérébrale. Ladybird est un beau moment d'ambiances avec ses lignes de vie qui psalmodient en cercles divinatoires autour d'un étrange marché public où se conte une comptine tchèque. Quercus continue l’ensorcellement avec un carrousel de clefs carillonnées qui tournoient sous les chauds vents d'une flûte onirique, alors que Green Fridge nous amène aux antipodes avec une approche angoissante où des lamentations stridentes crissent après une intro noircie de souffles effroyables. D'ailleurs son intro dépasse toute fiction avec une ribambelle de tonalités absconses qui soulèvent des pulsations glauques et des couinements de dents de bois pour s'arrimer à un furieux rythme noir qui tergiverse entre sa pesanteur circulaire et ses errances spectrales. Comme un tic-tac fuyant son temps Metronome couche un down-tempo ambiant enveloppé d'une incroyable aura musicale où niche une savoureuse mélodie née d'un inégal duel de voix. C'est très beau! C'est juste trop court. Toujours enracinée dans une forme de non-être, la voix de Jana Tillotson n'a rien à envier à Beth Gibbons, surtout sur Parting qui est un superbe down-tempo ambiant. Min Ros, un chant traditionnel Suédois, clôture l'album avec tout le mysticisme d'une œuvre celtique, témoin de la multiethnicité de cette étonnante et savoureuse première œuvre de Northcore sur Spotted Peccary.

DESATERO est une surprenante aventure musicale qui se déguste avec un envoûtement sans cesse croissant. Northcore tisse les lignes d'un étonnant croisement entre Dead Can Dance et Solar Fields qui fait voyager l'auditeur à travers les couloirs du monde avec des contes et comptines trappés dans des ambiances paranormales et où les rythmes et ballades flottent dans une riche et fascinante faune sonique qui rehaussent les frontières d'un univers psychédélique. C'est remarquable et saisissant, et c'est surtout extrêmement envoûtant. Le plaisir est multiplié par dix avec un bon casque d'écoute.

Sylvain Lupari (09/10/12) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Spotted Peccary Music

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari