• Sylvain Lupari

ROBERT SCHROEDER: nEW Frequencies Vol. 3 (2018) (FR)

“Avec ses nouvelles textures sonores, incluant au niveau du séquenceur, nEW Frequencies Vol. 3 est plus qu'un simple album de dance-music”

1 Moving Lights 4:28 2 Life Streams 5:04 3 When I Think 6:08 4 Time Transfer 7:22 5 Around the World 6:46 6 Space Horses 6:57 7 Upspace Dreams 8:13 8 My Baby 6:19 9 Faces 5:16 10 House Music 8:24 NEWS CDR12.003

(CD 64:57) (EDM, Dance styles)

En premier lieu, rendons à César ce qui appartient à César! Robert Schroeder est une bête de studio toujours à l'affut d'une idée constructive et novatrice qui fait et/ou fera progresser l'univers de la MÉ, surtout dans le style musique de danses. Cette fois-ci, il nous ramène dans son univers EDM très stylisé avec le troisième volet de sa série nEW FREQUENCIES. Quelque 8 ans après le deuxième volet de cette série consacrée à une musique de danse, l'ami Robert trouve encore des nouveaux moyens de polariser les fruits de ses nouvelles textures musicales sur des rythmes incendiés par des avalanches de percussions et un mélange de séquences numériques et analogues dans un festival d'effets sonores, nouveaux comme anciens, qu'il vaut mieux entendre les oreilles libres d'écouteurs afin d'en saisir l'unique dimension. L'utilisation massive des cuivres et de voix, tant des fredonnements éthérés que de vrais chants, ajoutent une dimension Groove & Funk futuriste à l'ensemble de nEW FREQUENCIES Vol. 3 qui débute assez sobrement.

Avec un bon rock électronique pimenté par une entrée de percussions fracassantes et des nuages radioactifs qui propagent leurs effets jusqu'à l'approche funky du séquenceur. Les ions juteux boitillent en zigzaguent à travers des bribes de voix et des percussions en mode ska. Une ligne de basse restructure l'approche de Moving Lights en une rythmique très entraînante qui est bien appuyée d'autres percussions plus sobres. Les arrangements orchestraux offrent un bon trio de trompettistes et saxophonistes alors que les voix sont l'affaire d'une Diva toujours aussi colorée et dont l'image de celle dans The Fifth Element ne peut décoller de mon esprit. La texture musicale et sonore est aussi riche et diversifiée que nos oreilles peuvent souhaiter. Sobre et semi habillé d'artifices soniques, Moving Lights est le bon titre pour nous amener dans les territoires des danses futuristes des visions de l'ingénieur en sons d'Aachen. Life Streams suit avec un genre d'Ambient House qui a conservé son cachet acide. Le rythme est entraînant avec des effets organiques qui couinent entre les nappes de voix, les exaltations d'un robot derrière un vocodeur, les lames de guitares flottantes et les striures déchirantes de synthétiseur aussi acides que du miel psychédélique. Les séquences vives et les effets percussifs sous formes de crotales sortent la musique de son lit EDM, donnant une étiquette électronique cosmique. When I Think est un up-tempo épuré par de fascinants et créatifs solos de synthé qui sont aussi efficaces que ceux d'un guitariste inspiré. L'utilisation massive des effets vocaux, non seulement les nappes de voix mais ces voix synthétisées qui chantent réellement, nous amène dans les infinis possibilités des synthétiseurs. Time Transfer n'est ni plus ni moins l'équivalent d'une renaissance d'Earth, Wind & Fire sur une fascinante structure de Groove et de Funkabilly dans une version House Acid. Les nappes de voix séraphiques qui entourent le rythme ska de Around the World est l'un des rares éléments de la Berlin School tel que vue par Robert Schroeder à l'époque de Floating Music.

Space Horses fait très rave avec des séquences vives et des effets de DJ dans un festival néo-punk. Le jeu des séquences est hyperactif ici, alors que des effets éthérés ajoutent une dimension flottante à une finale qui doit reposer ses ions brûlés par un surplus d'activité. Upspace Dreams est un Groove sans frontières. Effets de voix, explosions de percussions, cisaillements des ambiances par des lames de synthé libres de cohésion et explosion pour une nouvelle direction de rythme sont aussi l'apanage de ce titre qui est sans doute le plus relaxe de cet album. Aussi incroyable que cela puisse paraître, mais je crois que My Baby invente un nouveau style de danse. J'aime bien ce titre à cause de la texture des effets percussifs et de ses accords un peu dans le genre Western. Faces est un point de rencontre entre le vieux disco et un techno pour extra-terrestres intellectuels, alors que House Music n'a pas vraiment besoin de descriptif. Ça veut dire ce que ça veut dire!

Évidemment, mon lexique sur les modes House, Chill, Ambient Chill et autres formes de styles Néo-Techno étant limité, j'ai décrit au mieux de mes connaissances les nombreux styles de Dance Music dans cet album explosif de Robert Schroeder qui, encore une fois, étonne par la diversité de ses découvertes sonores. nEW FREQUENCIES Vol. 3 est plus qu'un simple album de danse. C'est un album de sons et de textures musicales qui, assemblés à la manière Schroeder, trouvent une étonnante cohésion à travers les multiples éléments de tapage de la EDM. Chaque titre dévoile un secret auditif qui étonne et fait toujours sourire. Et soyons honnête; tant qu'il y aura des artisans comme Robert Schroeder, l'art, et peu importe ses formes, évoluera toujours avec ce souci inné de surprendre et de charmer. C’est exactement la façon de décrire ce nEW FREQUENCIES Vol. 3. Sylvain Lupari (05/06/18) ***½** SynthSequences.com Disponible au Robert Schroeder Webshop

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari