• Sylvain Lupari

RON BOOTS: An evening with Friends (2017) (FR)

Updated: Feb 21, 2021

“C'est un solide album live avec de superbes interprétations et quelques nouveaux morceaux improvisés. Un must pour les fans de MorPheuSz et Ron Boots!”

1 A Warm Place 11:25 2 Not yet There 19:46 3 Lea Hall Brawl 7:54 4 After 8 Hours 14:17 5 Acoustic Shadows 7:48 6 Franky's Floyd 9:43 GROOVE | GR-243

(CD/DDL 71:13) (Berlin School & Progressive E-Rock)

Faisant suite à la chronique sur Cosmic Nights 2018, AN EVENING WITH FRIENDS est un autre CD que Ron Boots distribuait lors de l’événement; Hello 2018! @ Zeiss Planetarium qui s'est tenu à Bochum (Allemagne) le 30 Décembre 2017. Le CD était par la suite donné aux spectateurs du festival E-Live en 2018. Divisé sur 2 spectacles, ce CD de 70 minutes propose 2 titres joués dans le cadre du Schwingungen Party à Hamm (Allemagne) le 1er Juillet 2017 et 4 autres titres performés lors du festival Awakenings en Novembre 2017 au Lea Hall Social Club à Staffordshire, Angleterre. Deux performances qui témoignent de cette complicité entre Ron Boots, Frank Dorittke et Harald Van der Heijden et qui présente aussi la participation de Stephan Whitlan à côté du trio pour le concert au Awakenings. Au programme, de la MÉ du style Ron Boots enveloppée d'une vision de rock progressif unique à MorPheuSz. Et surtout, un Frank Dorittke en feu!

A Warm Place surprendra bien des fans avec une structure à la Broekhuis, Keller & Schönwälder genre la série Repelen. L'introduction est orientée vers une approche vaporeuse où traînent des accords d'un clavier qui sonne assez Rick Wright et des percussions du genre tribales éthérées. Des rugissements du synthé laissent entrevoir une structure sauvage. Mais c'est plutôt une ballade bohémienne avec une très belle guitare acoustique qui fait duel avec les arpèges en suspension du clavier de Ron Boots. Harald Van der Heijden est l'équivalent de Bas Broekhuis ici avec un très bon jeu de percussions acoustiques qui sont aussi séduisantes qu’enchanteresses. Mais ce sont les agiles doigts de Frank Dorittke qui volent la vedette ici dans une belle pièce de musique plus acoustique qu'électronique et ce même avec les bons solos de Ron Boots qui par endroits ont ce parfum de flûte absente. Un très beau titre plein de romance qui est tout à fait inattendu des membres de MorPheuSz. À cet effet, Not yet There est dans la pure tradition de ce groupe mis sur pied par Ron Boots. L'introduction crache ses vapeurs nébuleuses, j'entends des sordides miaous, alors que le séquenceur tisse les fils d'un rythme qui galope de ses fluides oscillations. La guitare s'ajuste et le synthé libère des vapeurs sibyllines ainsi que des parfums de flûtes qui flottent avec des desseins harmoniques. Harald Van der Heijden tabasse les ambiances qui ont reçues l'appui de Frank D avec des riffs émiettés ici et là. La structure passe par une phase ambio-sonique autour des 8 minutes, il y a de fortes fragrances de Tangerine Dream à cet instant, avant de revenir avec plus de vigueur grâce aux pas résonnants du séquenceur qui lancent Not yet There dans un gros rock électronique progressif lourd et entraînant.

Lea Hall Brawl nous amène au festival Awakenings 2017 avec une nouvelle étiquette sonore. J'ai trouvé le son plus limpide, moins filtré d'obscurité sur cette seconde partie du CD. L'introduction est constituée de poussées de brumes qui vacillent avec des fins cliquetis de prismes. Une nappe de basse étend un voile d'intensité lorsque les ambiances embrassent un court moment de grondements. Une ligne de séquences en émerge et fait tournoyer ses ions qui virevoltent sur place. Une autre ligne de séquences, plus basses et plus pesantes, trace un mouvement ascensionnel, assez caractéristique au Berlin School, qui a besoin des percussions afin de mordre dans un élan plus entraînant. La guitare de Frank D est toujours aussi séduisante avec des solos qui survolent une belle phase de rock progressif électronique. On glisse vers After 8 Hours, pour après 8 heures de musique, et son introduction inspirée par les moments de romance et d'égarements de Vangelis. Peu à peu, la musique glisse vers un genre de Jazz sur un bon tempo de Blues. La musique est douce et assez éthérée avec des parfums de Tangerine Dream, années Jive, dans les harmonies qui se font et se défont entre de denses bancs de brume vaporeuse. Disons que ça passe très bien entre la fureur de Lea Hall Brawl et la très solide interprétation d'Acoustic Shadows. Un titre qui n'a plus besoin de présentation et qui prend une toute autre dimension avec les percussions et les riffs de Frank Dorittke. Les synthés, séquenceurs et claviers de Ron Boots et Stephan Whitlan ajoutent une profondeur et donnent un cachet intense absolument renversant. Toute une interprétation mes amis! Frank D. brille de mille feux sur cet album et le termine avec une solide prestation dans Franky's Floyd qui propose un amalgame de Wish You Were Here et Comfortably Numb de Pink Floyd. L'introduction repose sur les solos errant de WYWH alors que doucement la guitare verse vers les fabuleux solos dans Comfortably Numb. Et c'est aussi intense, sinon plus, que David Gilmour en studio. Ça vous donne une idée! Mais peu importe, il s'agit d'une solide interprétation du quatuor qui m'a donnée quelques frissons. Des frissons que j'ai eu aussi dans la version d'Acoustic Shadows! Et au final, AN EVENING WITH FRIENDS est un incontournable pour les fans de MorPheuSz et de Ron Boots!

Sylvain Lupari (06/02/19) ***½**

SynthSequences.com

Disponible au Groove NL

4 views0 comments

Recent Posts

See All